English version |
Suivez-nous sur :

Séance publique annuelle des cinq Académies

Tous les ans, le mardi le plus proche du 25 octobre, date de la création de l’Institut de France (3 brumaire An IV), les cinq Académies qui le composent se réunissent sous la Coupole pour leur séance solennelle de rentrée. Les délégués des cinq Académies y prononcent, à travers le prisme de leur spécialité, un discours sur un thème choisi collégialement. Cette année, c'est le thème "L'étonnement" qui a été retenu.

Le programme de la séance

Ouverture de la séance, par Jean-Louis Ferrary, président de l’Institut de France et de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

"L'homme, étonnement de Dieu, par le grand rabbin Haïm Korsia, délégué de l’Académie des sciences morales et politiques

"L'étonnement sur le voyage énigmatique du regard", par Brigitte Terziev, déléguée de l’Académie des beaux-arts

"Science sans étonnement n'est que ruine de la science", par Yves Agid, délégué de l’Académie des sciences

"Face au matin du monde : les hommes du moyen-âge devant la création", par Jean-Yves Tilliette, délégué de l’Académie des inscriptions et belles-lettres

"Le sommeil de Neptune", par Sir Michael Edwards, délégué de l’Académie française

En hommage à René de Obaldia de l'Académie française, à l'occasion de son centenaire, la séance s'est achevée avec la création mondiale des Innocentines de Régis Campo, membre de l'Académie des beaux-arts. Il s'agit de 4 poèmes pour chœur mixte et violoncelle solo d'après des poèmes de René de Obaldia qui ont interprétés par l'Ensemble Sequenza 9.3 dirigé par Catherine Simonpietri, et le violoncelliste Henri Demarquette,

Consulter les discours sur le site de l'Institut de France






19/10/2018
Partager le site