PIERRE-EDOUARD
English version |
Suivez-nous sur :
De nombreuses informations sont disponibles sur le site internet de PIERRE-EDOUARD.


le 28 octobre 1959

PIERRE-EDOUARD

Section II : Sculpture
Fauteuil VII

Sculpteur, Peintre, Graveur

Élu membre de l'Académie des Beaux-Arts,
le 28 mai 2008, au fauteuil d'Albert Féraud




  • Biographie
  • Distinctions
  • Actualités
  • Canal académie
  • Discours
  • Oeuvres

Pierre-Edouard naît en 1959. Très tôt, il se passionne pour le dessin et la peinture aux côtés de son père, peintre lui-même. A 14 ans, il exécute ses premières sculptures, tout en continuant à peindre et à dessiner. Les œuvres de cette période sont influencées par la statuaire Khmer et par Giacometti. 
Suivra une période abstraite où il découvre les grands abstraits américains - surtout Rothko - qui resteront toujours pour lui une référence importante.
Au terme de ce voyage dans la peinture pure, il se tourne à nouveau vers la figuration, mais une figuration qui est passée par l’abstraction et en gardera à jamais les stigmates. 
Il commence à élaborer une œuvre dessinée. De cette période datent les premières « Têtes » et la découverte de ce qu’il appellera « le modelé ininterrompu », vision à partir de laquelle il établira l’œuvre à venir. Cette vision l’amène à appréhender toute forme sous l’angle d’un modelé d’ombre et de lumière, qui plus qu’un simple modelé est une véritable utilisation, quasi musicale de la modulation des ombres.
A 21 ans, Pierre-Edouard entrait à la Galerie Claude Bernard. Sa collaboration avec cette prestigieuse galerie lui permet la rencontre d’artistes remarquables - Balthus, Bacon, César, Raymond Mason, Sam Szafran, Lopez-Garcia…

C’est en 1989 qu’il fera sa première exposition personnelle de peintures et de dessins à la galerie. Il y exposera ensuite régulièrement et ses œuvres y sont présentées en permanence. 
De cette période datent les « Doubles portraits », les « Groupes » et surtout les premiers « Hommes à terre » qui préfigurent son travail de sculpture. Suivra toute une série de pastels et de dessins sur le thème du “Personnage à l’échelle”. Il y développe une déconstruction de la figure par le fragment : l’image est désormais lacunaire.
Au tout début des années 90, Pierre-Edouard renoue avec la sculpture à laquelle il va se consacrer prioritairement au fil des années. La sculpture lui paraît correspondre plus exactement à son besoin de modelé et d’espace. Le public découvre en 2001 les premières figures de femmes en apesanteur : le thème d’« Eve » ou de « Noût ». Ce thème va désormais dévorer son travail.
Il sera en 2003 lauréat du Grand Prix de la Fondation Prince Pierre de Monaco, dont il obtient le premier prix. Une exposition suivra l’année d’après à la Principauté de Monaco. En 2008 il est élu à l’Académie des Beaux Arts de l’Institut de France au fauteuil d’Albert Féraud.


Son œuvre se poursuit entre sculpture, dessin et gravure. La récurrence des thèmes en fait une longue chaîne dont chaque œuvre est un jalon et l’ensemble un édifice en construction.


Chevalier des Arts et Lettres

27 mai - 23 septembre : exposition personnelle "Baleines et déesses" à Tanlay.



Partager le site