Jean ANGUERA
English version |
Suivez-nous sur :
De nombreuses informations sont disponibles sur le site internet de Jean ANGUERA.

né à Paris
le 22 décembre 1953

Jean ANGUERA

Section II : Sculpture
Fauteuil III

Sculpteur

Élu membre de l'Académie des Beaux-Arts,
le 27 février 2013, au fauteuil de François Stahly




  • Biographie
  • Distinctions
  • Actualités
  • Canal académie
  • Discours
  • Oeuvres

Issu d'une famille d'artiste, petit-fils du sculpteur Pablo Gargallo, Jean Anguera naît à Paris en 1953. Passionné par le modelage depuis son plus jeune âge, il suit les cours de l'atelier César en parallèle à ses études d'Architecture à l'École nationale supérieure des beaux-arts ; choisissant à partir de 1978 de se consacrer entièrement à la sculpture et au dessin, il retiendra de l'enseignement de l'architecture l'apprentissage d'un langage rigoureux et les rapports entre intériorité et extériorité qu'il transposera dans l'imaginaire de sa sculpture. Jacques Bosson, architecte-scénographe, ainsi que le comédien Jacques Lecoq et le sculpteur Gérard Koch influenceront les recherches formelles de sa sculpture. À partir de 1981, il choisit d'utiliser un matériau auquel il restera fidèle, la résine de polyester, qui lui permet de reproduire avec précision les modelages qu'il effectue dans l'argile.

Ayant épousé en 1977 Laure de Ribier, une jeune femme sculpteur rencontrée à l'atelier de César, il part s'établir avec elle en Auvergne ; la variété des paysages et des reliefs lui procure un vocabulaire formel qui alimente ses premières « images doubles » où se mêlent le corps humain et la représentation du paysage. À partir de 1997, le couple travaillera à une production commune de la sculpture. 

De ses paysages sculptés ou de ses figures monumentales, totémiques, à la surface striée, entaillée, émerge « un monde mystérieux né dans la poussière du temps » (Brigitte Terziev) : formes humaines, paysages, promeneurs, sentinelles, silhouettes assises faisant cor ps avec le sol, ses œuvres douces et massives, monolithes et complexes s'attachent à la représentation de l'homme dans sa dimension d'éternité.

Jean Anguera a exposé dans différents salons tel que le Salon de Mai. En 2011, le musée Goya consacre à son travail une première rétrospective. Suivront deux expositions importantes : en 2012 au musée du COMPA à Chartres et en 2013 à Yerres. Depuis 1999, il collabore à la Collection « Mémoires », dirigée par Eric Coisel et travaille à la réalisation de livres peints manuscrits avec de nombreux poètes, dont Michel Butor et Salah Stétié.
En 2012, l'Académie des beaux-arts lui décerne le Prix de Sculpture de la Fondation Simone et Cino del Duca pour l'ensemble de son œuvre.

Les titres de ses expositions personnelles « Cinq portraits/cinq villages » (1993), « Figures du paysage » (1994), « De la présence et du lieu » (1997), « Pensée du paysage » (1999), « L'intime dehors » (2004), « Terre d'appui » (2006), « Le paysage à travers l'homme » (2008), « L'homme jusqu'à la plaine » (2011), « Le paysage sculpture » (2012), témoignent d'une thématique centrale dans son œuvre : celle du paysage qu'il unit de manière indissociable à l'image de l'homme.


Chevalier des Arts et Lettres



13 mai - 1er juillet : exposition personnelle "Un désir de présence"  à La Chapelle, l'espace d'art contemporain de Pithiviers.
Entrée libre. Ouvert les mardis, jeudis et vendredis de 15h à 18h, mercredi de 10h à 12h et de 15h à 18h, samedi de 9h à 13h et de 14h à 17h.



16 mars - 29 avril : exposition En droite ligne 1 à la Galerie Lionelle Courbet.



Partager le site