Hugues R. GALL
English version |
Suivez-nous sur :

né à Honfleur (Calvados)
le 18 mars 1940

Hugues R. GALL

Section VI : Membres libres
Fauteuil III

Directeur de théâtre

Élu membre de l'Académie des Beaux-Arts,
le 18 décembre 2002, au fauteuil de Daniel Wildenstein

Directeur de la Fondation Claude Monet à Giverny


  • Biographie
  • Distinctions
  • Canal académie
  • Discours

Cette épée rappelle l'envol de la musique par ses ailes en cristal de roche et diamants. Au centre figure un rubis "de théâtre" serti par des griffes en platine noirci. La poignée de l'épée représente un torse de style grec, en argent. Il s'agit de la statue d'un éphèbe (Musée d'Athènes), dit l'enfant de Kritios, attribuée à l'atelier de ce sculpteur, vers 485 av. J.C. Les ailes évoquent les dieux de la Grèce antique, Apollon et Pan, symboles de rigueur et de folie. La gravure porte la devise "Ne pas subir" et, avec les initiales "H.R.G." d'Hugues Randolph Gall, la date du "5 mai 2004". La lame se tient dans un bloc de cristal de roche. L'épée a été créée par JAR, place Vendôme à Paris.

Hugues R. Gall est né le 18 mars 1940 à Honfleur. Ses études à l'Institut d'Etudes Politiques, parallèlement à une licence de lettres allemandes à l'Université de la Sorbonne, le conduisent au cabinet d'Edgard Faure, ministre de l'Agriculture, puis de l'Education nationale. Hugues R. Gall se voit ainsi confier le dossier des enseignements artistiques et travaille à la mise en place du baccalauréat musique, ainsi qu'à la création du département d'enseignements artistiques de l'Université de Vincennes - aujourd'hui à Paris VIII-Saint-Denis. Il rejoint ensuite le cabinet d'Edmond Michelet au ministère des Affaires culturelles.

En 1969, Hugues R. Gall est nommé secrétaire général de la Réunion des Théâtres Lyriques Nationaux. Rolf Liebermann le choisit ensuite comme adjoint. Hugues R. Gall reste à ses côtés tout au long des sept années d'un mandat qui voit l'Opéra de Paris retrouver non seulement son rang international, mais aussi un public fidèle, passionné, nombreux.

En 1980, il est appelé à la direction du Grand Théâtre de Genève. Il y reste quinze ans, faisant de cette maison un haut lieu de la vie lyrique en Europe. Genève saura reconnaître l'apport d'Hugues R. Gall en faisant de lui l'un de ses très rares bourgeois d'honneur.

A la fin de son mandant genevois en 1995, il est nommé à la tête de l'Opéra national de Paris. Les neuf années du mandat d'Hugues R. Gall, qui s'achève en juillet 2004, ont été marquées par la restauration de la confiance entre l'Etat et l'Opéra de Paris, institution désormais gérée avec rigueur et dynamisme. Ces neuf années auront vu la réussite enfin consacrée du projet de l'Opéra Bastille, associé au Palais Garnier dans une relation solidement unifiée : 360 représentations par an sur les deux scènes, devant près de 900.000 spectateurs ; 80 productions lyriques et une politique de commande qui a permis de faire entrer la création à l'Opéra Bastille, tandis que 60 nouvelles oeuvres étaient inscrites au répertoire du ballet.

Hugues R. Gall préside l’Institut pour le financement du Cinéma et des industries culturelles (IFCIC), l’Orchestre français des Jeunes (OFJ) et l’Année Messiaen en 2008. Il est vice-président de la Chambre professionnelle des directeurs d’opéra et de la Fondation Noureev.

Il a reçu le prix Montaigne en 1996 et le prix Grand-Siècle-Laurent Perrier en 1999


Commandeur de la Légion d'Honneur
Commandeur de l'Ordre National du Mérite
Commandeur des Palmes Académiques
Commandeur des Arts et Lettres
Partager le site