Jean PRODROMIDES
English version |
Suivez-nous sur :

né à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
le 3 juillet 1927

Jean PRODROMIDES

Section V : Composition musicale
Fauteuil II

Compositeur

Élu membre de l'Académie des Beaux-Arts,
le 21 février 1990

Décédé le 17 mars 2016.

Président de l’Académie des Beaux-Arts en 2005

  • Biographie
  • Distinctions
  • Discours
  • Oeuvres

Parallèlement à la classe d’Olivier Messiaen au Conservatoire national supérieur de Musique de Paris, Jean Prodromidès fréquente les cours de René Leibowitz (seul en France, à l’époque, à enseigner la technique sérielle) et passe également une licence de Droit pour "rassurer" son père, avocat.

Les premières années de sa carrière sont consacrées à l’écriture de musiques de films parmi lesquels, Le voyage en ballonMourir de plaisirHistoires extraordinaires de Vadim, Les amitiés particulières de Jean Delannoy, etc. Plus récemment (1983), il a composé la musique du Danton d'Andrzej Wajda qui a obtenu un Prix au Festival de Cannes.

Sa carrière, à côté d’œuvres symphoniques (Le Livre des KatunsParcoursCrossways…), s’oriente essentiellement vers les formes lyriques et dramatiques. Ainsi Jean Prodromidès a-t-il collaboré avec différents metteurs en scène et chorégraphes tels que Louis Erlo, Maurice Béjart, René Terrasson, Antoine Bourseiller, Jean-Louis Barrault, Claude Régy, Michel Cacoyannis et écrit de nombreuses partitions de musique de scène pour la Compagnie Marcel Marceau, le Théâtre de Chaillot et le Théâtre de France.

Outre par Les Perses (1961), oratorio dramatique qui reste l’une des plus célèbres émissions de la télévision française et qui était diffusé simultanément sur l’ensemble des radios nationales, cet attrait pour la forme lyrique et l’action dramatique se traduit également par plusieurs musiques de ballets, des œuvres pour le Théâtre musical (Les TroyennesSaloméUne saison en Enfer) et cinq opéras : Passion selon nos doutes (1971), Les Traverses du Temps (1979), H.H. Ulysse (1984), La Noche Triste (1989) et Goya (1997).

Jean Prodromidès définit ainsi ses préoccupations essentielles : "Mon travail s’exerce dans deux directions que je crois complémentaires : le traitement du matériau sonore à partir de la dynamique de ses différentes composantes - masses, timbres, intensités, durées attaques - hors de toute conception rhétorique de développement thématique du discours musical, et la forme lyrique qui est un besoin profond chez moi. J’ai toujours été intéressé par la scène, par le travail avec les chanteurs. Là réside peut-être aussi la voie qui permettra de résoudre les problèmes que se pose la musique contemporaine. C’est d’ailleurs la forme lyrique qui permet peut-être à certains moments le passage d’une époque musicale à une autre. […] Pour ma part, je pense que l’œuvre lyrique - à condition d’en repenser toutes les formes, de l’oratorio à l’opéra - permettra la mise en mouvement du matériau sonore tel que l’ont prospecté les recherches contemporaines et ouvrira le passage vers une nouvelle expressivité".

Jean Prodromidès a été membre du Jury et chargé de l'Inspection des Théâtres Lyriques au Ministère de la Culture (1972-1982) ; .Président du Comité Lyrique de l'Institut International du théatre à l'UNESCO (1981-1991), membre de la Commission d'Aide Sélective à la Musique de Film (C.N.C., 1985-1988), Président du Centre Français du Théatre (1988-1992) et en 1989, Vice-Président de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD) et de la Direction de la Commission Musique.
Jean Prodromidès a aussi été, de1973 à 1978, Professeur à l'Opéra-Studio de Paris, puis en 1994, Professeur à l'Ecole d'Art Lyrique de l'Opéra de Paris.




Principales oeuvres :

Opéras :
- 1971. Passion selon nos doutes, Opéra de Lyon. 
- 1979-1980. Les Traverses du Temps, Opéras de Nantes et de Rouen. 
- 1984. H. H. Ulysse, Opéra du Rhin, Opéra de Liège. 
- 1989. La Noche Triste, Opéra de Nancy, Théâtre des Champs-Elysées, Paris.

Théâtre musical : 
- 1963. Les Troyennes, Festival de Spolète (Italie) et New York. 
- 1965. L'Amérique, Théâtre de France, Paris. 
- 1966. Marat-Sade, Théâtre Sarah-Bernhardt, Paris.

Ballets: 
- 1962. La Belle et la Bête, chorégraphie de M. Béjart. 
- 1968. Salomé, chorégraphie de M. Béjart. 
- 1969. Une saison en Enfer, Théâtre de France, Paris.

Oeuvres symphoniques : 
- 1958. Deux Airs, pour mezzo et orchestre. 
- 1961. Les Perses, oratorio dramatique, Télévision française. 
- 1973. Parcours, mouvement symphonique.
- 1977. Le Livre des Katuns, oratorio pour soli, choeurs et orchestre. 
- 1978. Instantanés
- 1985. Crossways.

Musiques de films : 
- 1956. Courte tête, de Carbonneaux. 
- 1958. Archimède le clochard, de Grangier. 
- 1959. Le Baron de L'Ecluse, de Delannoy. Maigret et l'Affaire Saint-Fiacre, de Delannoy. 
- 1960. Le Voyage en ballon, de Lamorisse. Et mourir de plaisir, de Vadim. 
- 1961. Le bateau d'Emile, de D. de la Patelière. 
- 1963. L'Ours, de Séchan. 
- 1964. Les amitiés particulières, de Delannoy. 
- 1967. Vingt-quatre heures de la vie d'une femme, de D. Delouche. Mise à sac, de Cavalier. Histoires extraordinaires, de Vadim. 
- 1968. Sous le signe du Taureau, de Grangier. 
- 1983. Danton, de Wajda.

Musiques de scène : 
Nombreuses partitions pour la Compagnie du Mime Marceau, le T.N.P., le Palais de Chaillot, le Théâtre de France.


Principale publication :

- 1992. Le droit d'auteur et les menaces de la technique, communication de G. Koumantos à l'Académie des Beaux-Arts, interventions de M. Landowski et J. Prodromidès (Publications de l'Institut de France).

Biographie et bibliographie :

- "Jean Prodromidès - La Noche Triste", in L'Avant-Scène Opéra-SACD, coll. Opéra Aujourd'hui, Paris, 1991.

 

 

Officier de la Légion d'Honneur
Officier de l'Ordre National du Mérite
Commandeur des Arts et Lettres
Partager le site