Serge NIGG
English version |
Suivez-nous sur :

né Paris
le 6 mai 1924

Serge NIGG

Section V : Composition musicale
Fauteuil Fauteuil IV

Compositeur

Élu membre de l'Académie des Beaux-Arts,
le 01 mars 1989

Décédé le 12 novembre 2008.



  • Biographie
  • Distinctions
  • Oeuvres

Entré à 17 ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (1941) dans la classe d’Olivier Messiaen, puis dans celle de contrepoint et fugue de Simone Plé-Caussade, Serge Nigg en sort en 1945. Il rencontre René Leibowitz qui l’initie à la technique dodécaphonique. Mais, dès 1943, ses premiers ouvrages sont exécutés au concert : la 1ère Sonate pour piano, et sa première œuvre symphonique, Timour, que crée en 1943 Roger Désormière à la tête de l’Orchestre National.
Il écrit en 1946 ce qui peut être considéré comme la première œuvre rigoureusement dodécaphonique conçue en France : les Variations pour piano et 10 instruments.
N’éprouvant qu’un goût modéré pour les recherches purement abstraites et formelles, il s’éloigne dès 1950 de la technique sérielle qui a tendance, chez les jeunes musiciens de l’époque à dessécher et à stériliser l’inspiration.
Certaines œuvres peuvent être considérées comme une réaction vive contre des règles trop étroites : le 1er Concerto pour piano et orchestre (1954), le 1er Concerto pour violon et orchestre (1960), le Concerto pour flûte et cordes (1960).
Vers les années 60 s’annonce une nouvelle période dodécaphonique retrouvée, mais dans laquelle toute sécheresse, tout systématisme semblent devoir être dominés. C’est cette période d’équilibre où le souci de la beauté sonore, de l’expression se voit lié à l’exigence d’une langue musicale sans complaisance. Vont se succéder la Jérôme Bosch-Symphonie (1960), Histoire d’œuf (d’après Blaise Cendrars, 1961), commande de la Radio pour le premier concert public des Percussions de Strasbourg, le Chant du Dépossédé (1964) d’après des notes poétiques de Stéphane Mallarmé, Visages d’Axël inspirés de l’œuvre de Villiers de l’Isle-Adam (1967), Fulgur (d’après Héliogabale ou l’anarchiste couronné d’Antonin Artaud (1970).
Parmi les œuvres qui suivent, retenons le 2e Concerto pour piano et orchestre (1971), Les Fastes de l’Imaginaire (1974), Mirrors for William Blake (1979), Million d’oiseaux d’or (1981), Arioso (1987), le Concerto pour alto et orchestre (1988), le Quatuor à cordes(1989), le Poème pour orchestre (1990), la Sonate pour violon et piano (1994), le 2e Concerto pour violon et orchestre (2000), Deux images de nuit pour piano (2002).

Parallèlement à son travail de composition, Serge Nigg se consacre au développement de la vie musicale française et à l’enseignement.
En 1956 il est nommé au Comité de la Musique de la Radiodiffusion française. En 1967, il entre à la Direction de la Musique où il est chargé par Marcel Landowski de l’Inspection des Théâtres Lyriques Français, poste qu’il occupe jusqu’en 1982. En 1978, il succède dans sa classe de composition à Olivier Messiaen, au C.N.S.M. ; en 1982 lui est confiée la classe d’instrumentation et d’orchestration nouvellement créée.
En 1989 il est élu à l’Académie des Beaux-Arts dont il est le Président en 1995 ; la même année, celle du Bicentenaire, il assure la présidence de l’Institut de France.

Parmi ses interprètes les plus éminents, on trouve les noms de R. Désormière, A. Cluytens, J. Martinon, Ch. Bruck, E. Bour, M. Rosenthal, R. Frubeck de Burgos, M. Soustrot, M. Plasson, J.C. Casadesus, Serge Baudo, Antal Dorati, Kurt Masur, Karel Ancerl, des violonistes comme Christian Ferras ou R. Oleg, des pianistes comme Pierre Barbizet, Claude Helffer, Monique Haas, des cantatrices comme Irène Joachim, des flûtistes comme J.P. Rampal, le Quatuor Enesco…
Parmi les nombreux orchestres qui ont exécuté ses ouvrages : l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, l’Orchestre Lamoureux, l’Orchestre de Paris, l’Orchestre de la Radio de Strasbourg, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, celui des Pays de Loire, de Lyon, les Orchestres de Minnéapolis, Mexico, Québec, Suisse romande, Zürich, Luxembourg, Oslo, Katowice, Palerme, Melbourne, Saint-Petersbourg, Moscou, Riga, Prague, etc…

Tout au long de sa carrière de compositeur, Serge Nigg a reçu de très nombreux prix : 
Grand Prix du Disque (Académie Charles Cros) pour le 1er Concerto pour piano et orchestre (1957) ; Prix Italia (Venise) pour l’Etrange Aventure de Gulliver à Lilliput sur un livret de Philippe Soupault (1958) ; Grand Prix de la Communauté Radiophonique des Programmes de Langue Française (Montréal) pour Histoire d’œuf (1963) ; Grand Prix du Disque – Académie du Disque français pour le 1er Concerto pour violon et orchestre (1967) ; Grand Prix du disque (Académie Charles Cros) pour Visages d’Axël (1973) ; Grand Prix de la Ville de Paris (1974) ; Prix Florence Gould (Académie des Beaux-Arts, 1976 et 1983) ; Grand Prix de la Musique Symphonique de la SACEM (1978) ; Grand Prix du Disque – Académie du Disque français - pour Jérôme Bosch Symphonie et pour Le Chant du Dépossédé sur des notes poétiques de Stéphane Mallarmé (1981) ; Prix René Dumesnil – Académie des Beaux-Arts (1987) ; Grand Prix du Disque – Académie du Disque Français – grand lauréat pour la musique de chambre, pour le quatuor à cordes (1989) ; Prix de la meilleure création contemporaine (SACEM pour le Poème pour orchestre (1991) ; Grand Prix du Disque – Nouvelle Académie du Disque – pour la 1ère et la 2ème Sonate pour piano, la Sonate pour violon seul et la Sonate pour violon et piano (1996) ; Médaille de Vermeil de la Ville de Paris (2000).




Catalogue des œuvres

Piano
Sonate n° 1 (1943), durée 13’, créée par Yvette Grimaud, Ecole normale de Musique, 1943, éditeur Gérard Billaudot
Deux pièces (1947), durée 5’, créées à Paris, éditeur Le Chant du Monde
Sonate n° 2 (1964), durée 18’, créée en 1964 à Paris, au C.N.S.M., éditeur Jobert
Sonate n° 3 (1984), commande de Radio-France, durée 24’, créée à Paris le 23 mai 1985 par Claude Helffer, éditeur Gérard Billaudot
Tumultes (1998), durée 12’, pièce imposée au Concours Long-Thibaud en 1998, éditeur Gérard Billaudot
Deux Images de nuit (1998)
I – L’étang et ses secrets
II – Oiseaux funestes
Durée 7’40’’, créées à Paris par Geneviève Ibanez en 1999, éditeur Henri Lemoine

Violon
Sonate pour violon seul (1965), durée 16’, créée le 10 novembre 1965 à Carnegie-Hall (New-York) par Christian Ferras, éditeur Gérard Billaudot

Violon et piano
Arioso pour violon et piano (1987), durée 8’, pièce imposée au Concours Long-Thibaud en 1987, éditeur Gérard Billaudot

Sonate pour violon et piano (1994), commande Radio-France, durée 19’, créée à Paris le 16 décembre 1995 par Stéphane Tran Ngoc, violon et Brigitte Vandôme, piano, éditeur Gérard Billaudot

Flûte et piano
Pièce (1976), durée 8’, imposée au concours du CNSM de Paris en 1976, éditeur Gérard Billaudot

Trompette et piano
Pièce (1972), durée 7’, imposée au Concours du CNSM de Paris en 1972, éditeur Gérard Billaudot

Quatuor à cordes
Quatuor à cordes (1982), commande de Radio-France, durée 26’, créé le 11 avril 1983 à la Maison de la Radio à Paris par le Quatuor Enesco, éditeur Jobert

Quintette
Suite pour flûte, violon, alto, violoncelle et piano (1952), commande de l’ORTF, créée en 1952 à Paris par le Quintette instrumental de l’Orchestre national, durée 16’, inédit

Musique vocale
Quatre mélodies sur des poèmes de Paul Eluard pour Soprano et piano (1948), durée 5’30, créées à l’Abbaye de Royaumont par Irène Joachim en 1948, éditeur Jobert
Le Chant du dépossédé (1964) pour baryton, récitant et orchestre, sur des « notes poétiques » de Stéphane Mallarmé, commande de Radio-France, durée 26’, créé le 25 juin 1964 au Festival de Strasbourg - Jacques Herbillon, baryton, Roger Pigaut, récitant, Orchestre Radio-symphonique de Strasbourg sous la direction de Charles Bruck, éditeur Jobert
Du clair au sombre (1986), cycle vocal pour Soprano et orchestre de chambre (ou version pianistique), commande de Radio-France, durée 25’, créé à la Maison de la Radio à Paris, le 7 mars 1987 par Pauline Vaillancourt soprano, et l’Ensemble instrumental du Nouvel Orchestre Philarmonique, direction F. Mechkat, éditeur Gérard Billaudot

Musique symphonique
Timour (1944)
Poème symphonique, durée 10’.
Créé en février 1944 à Paris par l’Orchestre National, dir. Roger Désormière, inédit

Pour un poète captif (1950)
Poème symphonique, durée 12’
Créé au Festival du Mai de Prague – Philharmonie tchèque (1951), direction Karel Ancerl, inédit

Jérôme Bosch-Symphonie (1959)
Commande du Festival de Strasbourg, durée 22’
Créée au Festival de Strasbourg le 21 juin 1960 par l’Orchestre de la radio de Strasbourg sous la direction de Charles Bruck, éditeur Gérard Billaudot

Visages d’Axël (1967)
Commande du Festival de Besançon, durée 22’
Créé au Festival de Besançon par l’Orchestre Philharmonique de l’ORTF sous la direction d’Antal Dorati (1967), éditeur Jobert

Fulgur (1969)
Commande de l’Etat, durée 15’30
Créé à Paris, Maison de la Radio, le 7 octobre 1969 par l’Orchestre Philarmonique de l’ORTF, direction Charles Bruck, éditeur Jobert

Fastes de l’imaginaire (1974)
Commande de l’Orchestre Philharmonique de Lyon, durée 15’
Créés à Paris, au Théâtre des Champs-Elysées par l’Orchestre Philharmonique de Lyon sous la direction de Serge Baudo en juin 1974, éditeur Gérard Billaudot

Million d’oiseaux d’or (1980)
Commande de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, durée 12’30
Créé au Symphony-Hall de Boston par l’orchestre du Capitole sous la direction de Michel Plasson, éditeur Jobert

Poème pour orchestre (1989)
Commande de la Communauté Radiophonique des Pays de langue française, durée 19’
Créé à Québec, au Palais Montcalm, par l’Orchestre Symphonique de Québec sous la direction de Simon Streatfeild, le 12 février 1990, éditeur Billaudot

Musique pour orchestre à cordes
Musique funèbre (1959)
Commande de Radio-France, durée 15’
Créée en 1960 par l’Orchestre de Chambre de la Radio sous la direction de Daniel Chabrun, éditeur Gérard Billaudot

Musique concertante
1er Concerto pour piano et orchestre (1954)
durée 25’, créé en 1957 à Paris au Théâtre des Champs-Elysées par Pierre Barbizet et l’Orchestre National sous la direction d’André Cluytens, éditeur Le Chant du Monde

1er Concerto pour violon et orchestre (1957)
Commande de l’Etat, créé le 27 mai 1960 à Paris au Théâtre des Champs Elysées par Christian Ferras et l’Orchestre National sous la direction de Manuel Rosenthal, éditeur Jobert

Concerto pour flûte et orchestre à cordes (1961)
Commande de Radio-France, duré e 18’
Créé le 26 juillet 1961 au Festival de Vichy, par Jean-Pierre Rampal et l’Orchestre du Festival de Vichy sous la direction de Roger Boutry, éditeur Jobert

2e Concerto pour piano et orchestre (1971)
Commande du Festival de Strasbourg, durée 25’
Créé au Festival de Strasbourg par Bernard Flavigny et l’Orchestre de la radio de Strasbourg, sous la direction de Roger Albin, éditeur Jobert

Scènes concertantes (1975) pour piano et cordes
Commande de Radio-France, durée 22’
Créées à Paris à la Maison de la Radio par l’Orchestre de Chambre de la Radio sous la direction de Daniel Chabrun avec l’auteur en soliste, éditeur Jobert

Mirrors for William Blake, Symphonie concertante pour piano et orchestre (1978)
Commande de Radio-France, durée 26’15
Créées à Paris, à la Maison de la Radio par le Nouvel Orchestre Philharmonique, sous la direction de Gilbert Amy, avec l’auteur en soliste, éditeur Radio-France

Concerto pour alto et orchestre (1988)
Commande du Concours international d’Interprétation musicale du Festival de Reims – œuvre imposée au concours - , éditeur Gérard Billaudot

2e Concerto pour violon et orchestre (2000)
Commande de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse et de Musique Nouvelle en Liberté
Créé le 30 novembre 2000, à la Halle aux Grains de Toulouse par l’Orchestre du Capitole sous la direction de Michel Plasson, soliste Raphaël Oleg, éditeur Gérard Billaudot


Musique écrite pour la radio

L’Etranger (d’après l’œuvre d’Albert Camus)
Peter Ibbeston (d’après Georges du Maurier, adapté par Raymond Queneau
La Tapisserie de Bayeux (texte de Jean Warnant)
Les révoltés de la Marie-Longue (texte de Loÿs Masson)
Green Cross (texte de Fernand Rhodes)
Sentiment de Paris (texte d’André Beucler)
Le Théâtre du crime (texte de Georges Neveux)
La brune et la blonde (texte de Nino Franck)
Pougatcheff (d’après l’œuvre de Serge Essenine)
Prière pour le premier jour de l’été (texte de Loÿs Masson) pour baryton, récitants, chœur mixte, chœur d’enfants et orchestre
La Croisade des Enfants (1959)
Texte de Michel Suffran d’après l’œuvre de Marcel Schwob pour ensemble instrumental (15 instruments), chœur mixte et chœur d’enfants. Enregistrement radiophonique sous la direction de Daniel Chabrun, avec Roger Blin, Loleh Bellon, François Chaumette, Alain Cuny, Michel Etcheverry, réalisation Alain Trutat
L’Etrange aventure de Gulliver à Lilliput (1960)
Texte de Philippe Soupault d’après Swift, pour récitant, chœur d’enfants et ensemble instrumental (12 instruments). Enregistrement radiophonique sous la direction de Serge Baudo avec François Périer, récitant. Version de concert pour ensemble instrumental, créée à Paris en 1960 sous la direction de Daniel Chabrun
Histoire d’œuf (1963)
Texte d’Alain Trutat, d’après l’œuvre de Blaise Cendrars (Anthologie nègre), pour sextuor de percussion, piano, celesta et deux récitants.
Enregistrement radiophonique réalisé en 1963 sous la direction de Charles Bruck, avec les Percussions de Strasbourg, Marpessa Dawn et Bachir Touré, récitants.
Réalisation à la Télévision Française en 1965. Créé à la Maison de la Radio de Strasbourg par les percussionnistes de Strasbourg sous la direction de Charles Bruck. Version chorégraphique à l’Opéra de Nantes en 1977.


Musique de film

Qui êtes-vous, M. Sorge ? (Yves Ciampi)
Le Combat dans l’Ile (Alain Cavalier)


Discographie

1957 1er Concerto pour piano et orchestre, Orchestre National de la Radiodiffusion française, dir. André Cluytens, sol. Pierre Barbizet, Columbia FCX 500, réédition La Voix de son Maître, EMI OVB 500

1967 1er Concerto pour violon et orchestre, Orchestre Philharmonique de l’ORTF, dir. Charles Bruck, sol. Christian Ferras, DGG 139 171, réédition aux USA, sous étiquette Héliodor HS 25058

1973 Visages d’Axël, pour orchestre, Orchestre Philharmonique de l’ORTF, dir. Daniel Chabrun, Inédits ORTF distribution Barclay 995 030

1981 Jérôme Bosch-Symphonie, pour orchestre, Orchestre national de l’ORTF, dir. Dimitri Chorafas, Chant du Monde, Musique Française d’aujourd’hui CM 480

1981 Le Chant du dépossédé, pour baryton, récitant et orchestre, Orchestre Philharmonique de Radio-France, dir. Marc Soustrot, baryton Alan Opie, récitant P. Rousseau, Chant du Monde – Musique Française d’aujourd’hui CM 480

1987 Arioso, pour violon et piano, sol. Quian Zhou, Premier Grand Prix du Concours Marguerite Long-Jacques Thibaud 1987 REM 11055

1989 Quatuor à cordes, Quatuor Enesco REM – Musique Française d’aujourd’hui – Société Nationale CD 311060

1991 Concerto pour alto et orchestre, Orchestre Philarmonique de Lorraine, dir. J.S. Béreau, sol. Sabine Toutain, B.N.L. 112752

1993 Poème pour orchestre, Orchestre Symphonique de Québec, dir. S. Streatfeild, REM 311197

1995 Million d’oiseaux d’or, pour orchestre, Orchestre de Paris, dir. Michel Plasson, coffret du Bicentenaire de l’Institut de France (5 disques des compositeurs membres de l’Académie des Beaux-Arts de Lully à nos jours, Erato 0630 108 28-2)

1996 1ère Sonate pour piano, 2ème Sonate pour piano, Sonate pour violon seul, Sonate pour violon et piano, Geneviève Ibanez, piano, Brigitte Vandôme, piano, Christian Ferras, violon, Stéphane Tran Ngoc, violon ; REM 371 288 XCD

1999 Concerto pour piano et orchestre n° 1, Orchestre national de France, dir. André Cluytens, sol. Pierre Barbizet, réédition dans le coffret EMI « André Cluytens accompagnateur » 724 357 31772

2002 Deux Images de nuit, pour piano, piano Geneviève Ibanez, éditeur Henri Lemoine

 

 

Bibliographie

La musique française contemporaine (P.U.F., Collection « Que sais-je » 1952) par Claude Rostand.
Pour ou contre la musique moderne ? (Flammarion, 1957) par Bernard Gavoty et Daniel-Lesur.
Panorama de la musique française moderne (Tendances, juin 1960) par Antoine Goléa.
Présences contemporaines (Nouvelles éditions Debresse, 1962) par Jean Roy.
Encyclopédie de la Pléïade – Histoire de la musique II (1963).
Dictionnaire de la Musique contemporaine (Larousse 1970) par Claude Rostand.
Histoire de la Musique (Paris, Fernand Nathan 1974 –III) par Robert Bernard.
La musique, de la nuit des temps aux aurores nouvelles, II (Alphonse Leduc, 1977) par Antoine Goléa.
Larousse de la musique - II - 1982
Dictionnaire de la musique (Bordas) par Marc Honegger.
The New Grove Dictionnary of Music and Musicians (Londres 1980).
Dictionnaire des grands musiciens, Paris, Larousse II, 1985.
Encyclopedia Universalis (Thésaurus).
L’œuvre de Serge Nigg, mémoire de maîtrise présenté par Gwennola Palluet sous la direction du Professeur Pierre Guillot en octobre 1991 à l’Université de la Sorbonne Paris IV.
Analyse de la 2e Sonate pour piano de Serge Nigg, mémoire pour le Diplôme d’Etudes Approfondies en musique et musicologie du XXe siècle par Eiko Shiono, sous la direction du Professeur Hugues Dufourt (septembre 1995 – Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales – Ecole Normale Supérieures de l’Ircam-CNRS-CIDRM).
Marius Constant et Serge Nigg : deux compositeurs en marge des systèmes, textes réunis par François Madurell (Actes du colloque tenu en Sorbonne le 3 mars 1998).
Serge Nigg : Itinéraire d’un compositeur de l’après-guerre, Mémoire de Maîtrise d’histoire culturelle sous la direction de Pascal Ory et de Pascale Goetschel, septembre 2001 – Université Paris I-Panthéon Sorbonne UFR d’Histoire, Centre d’Histoire sociale, par Chrysoline Dupont.
Serge Nigg, compositeur : capter le passé, appréhender le présent, pressentir le futur, Gérard Denizeau, Paris-Sorbonne OMF, 2010.

Textes écrits par Serge Nigg

Réponse à une enquête de la revue Contrepoint (n° 3, mars-avril 1946).
Réponse à une enquête du Journal Musical Français (1954).
Quelques feuillets de journal (XXe siècle, Images de la musique française, SACEM-papiers, textes et entretiens avec Jean-Pierre Derrien, 1986).
Les quatuors de Bela Bartok (revue Diapason, février-mars 1991).
Discours d’ouverture pour la commémoration du Bicentenaire (1795-1995) de l’Institut de France à la Sorbonne, le 10 octobre 1995.
La musique, création absolue de l'homme ? Actes des colloques du Bicentenaire de l'Institut de France (éd. Fayard - 1995)

Chevalier de la Légion d'Honneur
Officier de l'Ordre National du Mérite
Officier des Arts et Lettres
Partager le site