Académie des Beaux-Arts
English version |
Suivez-nous sur :

Prix littéraires

L’Académie encourage particulièrement l’édition d’art et l’édition critique artistique en attribuant chaque année un nombre significatif de distinctions à des ouvrages liés à l’art ou à des beaux livres.

Prix du Cercle Montherlant

Créé en 2002 à l’initiative du Cercle Montherlant, en hommage à Henry de Montherlant, le Prix du Cercle Montherlant – Académie des beaux-arts récompense chaque année un ouvrage d’art de langue française. D’un montant de 10.000 euros, le Prix est réparti depuis 2016 entre l’auteur (8000 euros) et l’éditeur (2000 euros) ; il est entièrement financé par Monsieur Jean-Pierre Grivory, Président Directeur Général de la Société « Parfums Salvador Dali ».

La qualité de l’ouvrage primé fait l’objet d’une appréciation globale (éditoriale, illustrative, rédactionnelle). Sont exclus de la sélection les ouvrages collectifs, les traductions et les catalogues d’exposition.

  • Edition 2017
  • Edition 2016
  • Edition 2015
  • Edition 2014
  • Edition 2013
  • Edition 2012
  • Edition 2011
  • Edition 2010
  • Edition 2009
  • Edition 2008
  • Edition 2007
  • Edition 2006
  • Lors de sa réunion de présélection des ouvrages le mercredi 21 juin 2017, le jury du Prix du Cercle Montherlant – Académie des beaux-arts a sélectionné les ouvrages suivants :

    L’art et la table
    de Patrick Rambourg, aux Editions Citadelles & Mazenod

    J.M.W. Turner. Les carnets secrets
    de Alain Jaubert, aux Editions Cohen&Cohen

    L’art au XIXe siècle. Un nouveau regard. Les écrits de Jacques Thuillier aux Editions Faton

    L’attribution du prix aura lieu le mercredi 11 octobre ; il sera remis sous la Coupole de l’Institut de France le 15 novembre lors de la Séance solennelle de l’Académie des beaux-arts.

    Le communiqué de presse

  • Le Prix du Cercle Montherlant - Académie des beaux-arts 2016 a été décerné à l'ouvrage Bernard Boutet de Monvel de Stéphane-Jacques Addade, paru aux Editions Flammarion.

    Cet ouvrage constitue la première monographie dédiée à la figure fascinante de Bernard Boutet de Monvel (1881-1949), peintre, décorateur, dandy mais aussi héros de la Première Guerre mondiale. Initiateur dès 1909 du goût Art Déco, il devient à partir de 1926 le portraitiste adulé de la « Café- society » américaine. Mais Bernard Boutet de Monvel fut également un artiste essentiel du mouvement précisionniste, témoignant de la modernité industrielle et urbaine de l’Amérique des années 1920 à travers ses singuliers paysages. Richement illustré de documents et de photographies inédites, cet ouvrage apporte un nouvel éclairage sur l’œuvre protéiforme de cet artiste, lui restituant sa place de tout premier plan dans l’histoire de l’art tant française qu’américaine.

    Le communiqué de presse

  • Le Prix du Cercle Montherlant - Académie des beaux arts 2015 a été décerné à l'ouvrage L'imaginaire des grottes dans les jardins européens de Monique Mosser et Hervé Brunon, paru aux Editions Hazan.

    Parcourant cinq siècles d’histoires des jardins, cet ouvrage servi par une iconographie très riche offre un voyage original dans l’univers des grottes abordé sous l’angle de l’imaginaire. Dévoilant un patrimoine exceptionnel relativement méconnu, Monique Mosser et Hervé Brunon se sont attachés à mettre en lumière une prodigieuse inventivité, formelle et technique, ainsi qu’à explorer d’étranges esthétiques. Loin de constituer des motifs isolés, les grottes participent à la mise en scène du jardin et révèlent les aspirations d’une époque ou les obsessions singulières de personnalités souvent atypiques. Les douze chapitres diachroniques de l’ouvrage embrassent ainsi des notions littéraires, esthétiques ou anthropologiques, tels le primordial, le profane, le tellurique, le merveilleux ou le diluvien qui déclinent la poétique profonde des éléments et des émotions à l’œuvre dans la grotte.
    L’ouvrage a également été salué cette année par le Prix Pierre-Joseph Redouté 2015, le Prix de l’Académie française (médaille vermeil) ainsi que le Prix du Syndicat National des Antiquaires 2015.

    Le communiqué de presse

  • Le Prix du Cercle Montherlant – Académie des beaux-arts 2014 a été décerné à l’ouvrage Herri Met de Bles. Les ruses du paysage au temps de Bruegel et d’Erasme de Michel Weemans, paru aux Éditions Hazan.

    Première monographie d’envergure consacrée à Herri Met de Bles (1500-1558), l’un des représentants majeurs du paysage flamand du XVIe siècle, mais également le plus énigmatique dans l’histoire de cette peinture, cet ouvrage propose une réflexion sur l’image comme exégèse visuelle. Michel Weemans dévoile ainsi le rôle essentiel des images doubles et cachées de Bles, expliquant un phénomène pictural ignoré jusqu’à aujourd’hui : la présence d’énigmatiques figures anthropomorphes dissimulées dans la trame végétale et dans les rochers.
    Les illustrations très nombreuses de cet ouvrage offrent une multitude de détails qui permettent de déchiffrer ces énigmes.

    Le communiqué de presse

  • Le Prix du Cercle Montherlant – Académie des beaux-arts 2013 a été décerné  à l’ouvrage Le Cantique des Oiseaux d’‘Attâr illustré par la peinture en Islam d’Orient de Leili Anvar et Michael Barry, aux Éditions Diane de Selliers.

    Récit initiatique, le Cantique des oiseaux est un chef d’œuvre de la littérature soufie du XIII e siècle, qui chante le voyage de milliers d’oiseaux en quête de Sîmorgh, oiseau mystique et manifestation visible du Divin. 207 miniatures persanes, turques, afghanes et indopakistanaises du XIVe au XVIIe siècle illustrent l'intégralité du Cantique des oiseaux dans cette première traduction en vers du persan en français.

    Le communiqué de presse

  • Le Prix du Cercle Montherlant – Académie des beaux-arts 2012 a été décerné à l'ouvrage L’Art persan d’Henri Stierlin (Imprimerie nationale Éditions).

    Richement illustré de photographies, cet ouvrage cerne avec précision les caractères de l’art persan, offrant un panorama qui multiplie les correspondances entre les chefs-d’œuvre de l’architecture, les trésors des poètes, les merveilles de la miniature et de la céramique.
    Historien de l’art et de l’architecture, Henri Stierlin a effectué, depuis près d’un demi-siècle, de nombreuses missions d’étude et de reportages photographiques en Iran et dans les pays limitrophes, hauts lieux de l’art persan.

    Le communiqué de presse

  • Le Prix du Cercle Montherlant – Académie des beaux-arts 2011 a été décerné à l'ouvrage La Sculpture romane de Jean-René Gaborit aux Éditions Hazan.

    Véritable somme sur la sculpture romane, cet ouvrage, qui privilégie une approche typologique, propose de la saisir dans ce qui fait toute son unité : les sources d’inspirations communes, les recours aux mêmes modèles, l’adaptation aux mêmes schémas iconographiques, les solutions parallèles adoptées pour répondre aux mêmes nécessités.
    Servi par une iconographie très riche, La Sculpture romane révèle ce qui fascine dans cet art, appréhendé dans toute sa complexité et toute son ambivalence.

    Le communique de presse

  • Le Prix du Cercle Montherlant – Académie des Beaux Arts 2010 a été décerné à l'ouvrage Jacques Androuet du Cerceau, les dessins des plus excellents bâtiments de France de Françoise Boudon et Claude Mignot, aux Éditions Le Passage (en coédition avec les éditions Picard et la Cité de l’architecture et du patrimoine).

    Cet ouvrage reproduit pour la première fois in extenso le recueil dessiné sur vélin par Jacques Androuet du Cerceau des plus beaux châteaux de France entre 1576 et 1579 ; il permet par là même au public d’aujourd’hui de retrouver le regard porté par un artiste génial sur l’architecture de son temps.

    Le communiqué de presse

  • Le Prix du Cercle Montherlant – Académie des Beaux-Arts 2009 est attribué à Fabrice Hadjadj pour l'ouvrage L’Agneau mystique, le retable des frères Van Eyck paru aux éditions de L’Œuvre.

    L’Agneau mystique, polyptique de Jan Van Eyck réalisé au XVe siècle et conservé dans la cathédrale Saint-Bavon de Gand en Belgique, est peut-être le plus grand chef d’œuvre de la peinture flamande. Fabrice Hadjadj en livre un commentaire poétique à la fois érudit et accessible qui permet de redécouvrir cette œuvre universelle de manière inédite.

    Fabrice Hadjadj est professeur agrégé de philosophie en faculté et au séminaire de Toulon. Il est l’auteur d’essais comme Réussir sa mort ou La profondeur des sexes. Dramaturge, il collabore également au Figaro Littéraire et à Art Press.

    Le communiqué de presse

  • Le Prix du Cercle Montherlant - Académie des beaux-arts 2008 a été attribué à l'ouvrage Portraits de société XIXe-XXe siècles de Gabriel Badea-Päun publié aux Editions Citadelles et Mazenod.

    Panorama fidèle et varié d’un des genres les plus variés de l’histoire de l’art, cet ouvrage présente pour la première fois une somptueuse galerie de portraits allant du début du XIXe siècle aux années 1950. Docteur en histoire de l’art à l’Université Paris IV (Sorbonne), Gabriel Badea-Päun est l’auteur d’une biographie de la reine Elisabeth de Roumanie et de nombreux articles sur le portrait de société à la fin du XIXe siècle.

  • Le Prix du Cercle Montherlant - Académie des beaux-arts 2007 a été décerné à l’ouvrage Marbres, de carrières en palais de Pascal Julien, photographies de Jean-Claude Lepert, aux Editions Le Bec en l'air.

    Ce livre conte le voyage du marbre vers la lumière, depuis sa périlleuse extraction dans les carrières jusqu'à ses applications les plus prestigieuses dans l'architecture et les oeuvres d'art. Pascal Julien retrace l'histoire oubliée des carrières de France qui furent assidûment recherchées et exploitées par les souverains, de la Renaissance aux Lumières, en France comme en Italie.
    Professeur et chercheur, Pascal Julien dirige le département d'histoire de l'art à l'université de Toulouse Le Mirail.

  • Le Prix du Cercle Montherlant - Académie des beaux-arts 2006 a été décerné à l’ouvrage Le Noir de Gérard-Georges Lemaire aux éditions Hazan.



Prix Lurçat

Grand Prix de bibliophilie

Ce prix, d’un montant de 5.000 € a été créé en 2005 à l’initiative de Madame Simone Lurçat, pour encourager l’art de la bibliophilie. Son époux Jean Lurçat (1892-1966), Membre de l’Académie des Beaux-Arts, peintre et rénovateur de l’art tapisserie, s’est en effet également illustré dans l’art de la bibliophilie.

Le Prix Jean Lurçat couronne chaque année un peintre ou un graveur qui a illustré un ouvrage de bibliophilie, œuvre originale récente. Si l’auteur du texte de l’ouvrage est vivant, le prix est divisé entre l’illustrateur et l’auteur. Il s’agit du seul Grand Prix de bibliophilie en France destiné exclusivement à récompenser un ouvrage de ce genre.

  • Edition 2016
  • Edition 2015
  • Edition 2014
  • Edition 2013
  • Edition 2012
  • Edition 2011
  • Edition 2010
  • Edition 2009
  • Edition 2008
  • Edition 2007
  • Edition 2005
  • Le Prix Jean Lurçat 2016 a été attribué à Je marchais sur le bord même de la mer de Judith Rothchild (illustrations, gravures en manière noire), sur un texte de Paul Valéry aux Editions Verdigris (2016).

  • Le Prix Jean Lurçat 2015 a été attribué à Fragments de Marc Desgrandchamps (illustrations), sur texte de Pline l'Ancien aux Editions Michaël Woolworth.

    Ce livre d’artiste juxtapose 15 extraits de l’histoire naturelle de Pline l’Ancien sur les origines de la peinture, et 15 compositions originales de Marc Desgranchamps. Il a été réalisé en 50 exemplaires.

    L’ouvrage Histoire naturelle, qui compte 37 livres, est considéré comme la première encyclopédie. Après avoir sélectionné quinze passages du Livre XXXV, Marc Desgrandchamps a créé quinze compositions originales non pas pour les illustrer mais en tant que réponse visuelle, comme des évocations iconographiques. Les plages énigmatiques de l’artiste, - il évoque une « perception confuse, hachée, fragmentée de la réalité » -, rassemblent une multiplicité de sources : images glanées de revues, de rêves et du cinéma. Pour produire ce livre, il a travaillé à partir de reproductions de ses propres peintures, découpant dans des reproductions, assemblant différents éléments pour recréer d’autres compositions, chacune en relation d’un des fragments du texte. Ces textes, comme le souligne Marc Desgrandchamps dans sa préface, semblent « comme les fragments d’un vase, d’une sculpture, ou d’un tableau ruiné par le temps dont seraient visibles quelques parcelles de couleur. La question était de savoir à partir de quelle matière travailler pour tenter d’entrer en résonance avec cet univers ».

    Le communiqué de presse


  • ouvrage primé

    Le Prix Jean Lurçat 2014 a été attribué à We talked between the rooms, illustrations de Farhad Ostovani (lithographies et bois gravés), sur un poème d'Emily Dickinson traduit par Yves Bonnefoy, aux Editions Michaël Woolworth.

  • Le Prix Jean Lurçat 2013 a été décerné le 30 octobre à l’ouvrage Lieu de Joël-Claude Meffre (texte) et Claire Illouz (gravures), aux Éditions Claire Illouz (2012)

    Exploration onirique du monde végétal, Lieu met en regard les textes poétiques inédits de Joël-Claude Meffre avec les gravures imprimées sur soie de l’artiste Claire Illouz. Il s’agit d’une édition originale réalisée en 22 exemplaires.

    Le communiqué de presse

  • Le Prix Jean Lurçat 2012 a été attribué à L’Enfant au nuage de Jean Daive (texte) et Eduardo Arroyo (illustrations) - Robert et Lydie Dutrou éditeurs.

    L’Enfant au nuage rassemble les textes du poète et écrivain Jean Daive, illustrés de six eaux-fortes originales rehaussées de collages et de vignettes réalisées par l’artiste espagnol Eduardo Arroyo.
    Il s’agit d’une édition originale tirée à 75 exemplaires.

    Le communiqué de presse

     

  • Le Prix Jean Lurçat 2011 a été attribué 88 Maps de Matt Mullican aux Éditions Three Star Books.

    Ouvrage exceptionnel à bien des aspects, 88 Maps regroupe 36 planches proposant une vue d’ensemble de plus de 40 ans de recherches artistiques de l’artiste américain Matt Mullican. Grâce à un système de classification propre établi dans cet ouvrage à travers une série limitée de couleurs représentatives – rouge, bleu, jaune et vert –, il élabore un véritable modèle de cosmologie toute personnelle, usant de pictogrammes. L’artiste imagine des villes et des contes universels qui simulent les phénomènes de la nature ou les mystères de l’être humain.

    Le communiqué de presse

  • Le Prix Jean Lurçat 2010 a été décerné à l'ouvrage Le Soudeur de murmures  de Luis Mizón (textes) et Alexandre Hollan (sérigraphies) - Atelier Eric Seydoux / Éditions Écarts.

    « Tout livre est improbable. Jusqu’à ce que, conçu, écrit, imprimé, il soit là, ouvert entre nos mains et désormais évident. Plus improbable encore : ces livres qui résultent du dialogue entre un poète et un peintre et qui condensent une aventure partagée. Il faut bien reconnaître que le hasard mène le jeu, le plus souvent. Mais un hasard aimanté. Et, dans l’aimant, ce sont les contraires qui s’attirent. » Le Soudeur de murmures signe la rencontre entre deux exilés dont la France est la terre d’accueil, rassemblant des textes du poète et romancier chilien Luis Mizón et treize sérigraphies du peintre d’origine hongroise Alexandre Hollan. Il est publié aux Éditions Écarts qui se consacrent à la publication d’ouvrages dans lesquels un artiste et un écrivain œuvrent ensemble et dialoguent.

    Le communiqué de presse

  • Le Prix Jean Lurçat 2009 est attribué à Séquelle de Jean Tardieu (textes) et Petr Herel (gravures en taille douce). L'ouvrage a été élaboré et imprimé au sein de la Zone Opaque pour La Librairie Nicaise.

    En 1978, à la lecture de Borges, le graveur Petr Herel réalise dix gravures, dix eaux-fortes emplies de personnages chimériques et fantasmatiques. Jean Tardieu les vit, au hasard d’un atelier et s’en inspira pour élaborer le texte Lettre à un graveur visionnaire. Trente ans plus tard, travaillés par le temps lui-même, les gravures et leur texte se rencontrent enfin sous l’égide de la librairie Nicaise pour Séquelle.

    Préfacé par Frédérique Martin-Scherer, cet ouvrage s’impose comme un véritable manifeste éditorial, qui tend à marquer à la fois une rupture esthétique et architecturale en matière de bibliophilie. In-4° de 305 x 240 mm, Séquelle est relié en un cahier unique par une charnière métallique, couvertures de Flexor. Le texte est composé à la main au plomb mobile en Gill Sans et est imprimé sur papier velin des papeteries Johannnot et Japon Kinugawa, tiré à 45 exemplaires. La Zone opaque en a assuré l’élaboration et l’impression pour Pierre Walusinski et la librairie Nicaise.

    Petr Herel est né en 1943 en Tchécoslovaquie. Après avoir séjourné en France plusieurs années, il vit et travaille actuellement en Australie.

    Le communiqué de presse

  • Après avoir couronné pour sa première édition, l’ouvrage Dieu prend-il soin des bœufs ?, texte de Patrick Modiano et lithographies de Gérard Garouste, puis en 2006, L’Epopée des vers luisants texte de Peter Handke et illustrations de Louis Pons,publié aux Editions d’art Gibralfaro à Vérone et enfin en 2007 Ailes texte d’Eric Chevillard et illustrations de Alain Ghertman publié aux Editions Fata Morgana

    Le Prix Lurçat 2008 est attribué à l’ouvrage "Voici le garde-voie" Texte de Maurice Chappaz, écrivain et poète suisse et Gravures de Gérard de Palézieux, peintre et graveur suisse
    Edition de la revue Conférence 2006

    Imprimé sous les presses typographiques de l’Imprimerie nationale à Paris pour les pages de Maurice Chappaz et dans l’atelier McCready à La Sarraz pour les gravures de Gérard de Palézieux, d’après une maquette  de Christophe Carraud. Tirage à 50exemplaires

  • Le Prix Jean Lurçat 2007 vient de couronner l’ouvrage "Ailes", texte d’Eric Chevillard et illustrations d’Alain Ghertman, publié aux éditions Fata Morgana

    Il s’agit d’une édition originale tirée à 30 exemplaires numérotés sur velin pour fil d’Arches, dont chaque ouvrage est illustré librement et différemment par Alain Ghertman (collages, fusains, crayons de couleur). C’est aussi le
    premier grand livre illustré d’Eric Chevillard dont les textes ont été principalement publiés aux Editions de Minuit.

    Le Prix Jean Lurçat est un prix de bibliophilie créé en 2005 à l’initiative de Madame Simone Lurçat, à la mémoire de son époux, membre de la section de peinture de l’Académie des Beaux-Arts, qui a pratiqué l’art de la bibliophilie. Il est doté d’un montant de 7.500 € et récompense chaque année un peintre ou un graveur ayant illustré un ouvrage original récent de bibliophilie. Il s’agit du seul Grand Prix de bibliophilie en France.

    Le Prix du Cercle Montherlant et le Prix Lurçat 2007 seront remis sous la Coupole de l’Institut de France, lors de la séance solennelle de l’Académie des Beaux-Arts, le mercredi 14 novembre 2007.

  • Ce prix, d’un montant de 7.500 € a été créé en 2005 à l’initiative de Madame Simone Lurçat, pour encourager l’art de la bibliophilie. Son époux Jean Lurçat (1892-1966), Membre de l’Académie des Beaux-Arts, peintre et rénovateur de l’art tapisserie, s’est en effet également illustré dans l’art de la bibliophilie et a réalisé de nombreux ouvrages.

    Le Prix Jean Lurçat couronne chaque année un peintre ou un graveur qui illustré un ouvrage de bibliophilie, œuvre originale récente. Si l’auteur du texte de l’ouvrage est vivant, le prix est divisé entre l’illustrateur et l’auteur. Il s’agit du seul prix en France destiné exclusivement à récompenser un ouvrage de bibliophilie.

    C’est ce qui s’est produit lors de cette première édition.

    Le Prix Jean Lurçat a couronné l’ouvrage "Dieu prend-il soin des bœufs ?" texte de Patrick Modiano et lithographies de Gérard Garouste, publié aux Editions de l’Acacia.


    L’auteur, l’artiste, les éditeurs et la Librairie Nicaise ont conjugué leurs talents de façon désintéressée afin que la totalité du produit de la vente de l’ouvrage revienne à l’association La Source, qui a pour but de permettre à des enfants et à des adolescents en difficulté d’explorer et de développer leur potentiel créatif.

    Les textes de cet ouvrage sont composés à la main par les typographes de l’Atelier du Livre à l’aide du caractère dit « Romain du Roi » et imprimés sur les presses typographiques de l’Imprimerie Nationale. Les lithographies originales de Gérard Garouste ont fait l’objet d’un tirage spécial sur les presses de Franck Bordas.

    Composition du jury

    Le jury 2005 était présidé par Arnaud d’Hauterives, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, et composé de Pierre Rosenberg de l’Académie française, les peintres Jean Cortot et Guy de Rougemont, du graveur Jean-Marie Granier, membres de l’Académie des Beaux-Arts, en présence de la donatrice.



Prix d'ouvrages

Une commission des Prix d'ouvrages a lieu chaque année à l'Académie. Les personnes souhaitant présenter un ouvrage à cette commission peuvent l'adresser au Secrétariat de l'Académie des Beaux-Arts 23 quai de Conti, 75006 Paris.

  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
  • Le Prix Bernier, d’un montant de 7000 €, a été partagé en deux prix et récompense deux ouvrages :
    - Les Rothschild, une dynastie de mécènes français (en trois volumes), réalisé sous la direction de Pauline Prévost-Marcilhacy, co-édité par Le Louvre éditions, BNF éditions et Somogy éditions d’art
    - Christian de Portzamparc, les dessins et les jours par Christian de Portzamparc, aux Editions d’art Somogy.

    Le Prix René Dumesnil, d’un montant de 3 000 €, a été partagé en deux prix et récompense deux ouvrages :
    - György Ligeti de Karol Beffa aux Editions Fayard
    - Henri Dutilleux de Pierre Gervasoni aux Editions Actes Sud – Philharmonie de Paris.

    Le Prix Paul Marmottan, d’un montant de 1 800 €, a été attribué à l'ouvrage George Desvallières, l’œil, le cœur et l’esprit (en trois volumes), réalisé sous la direction de Catherine Ambroselli de Bayser, aux Editions d’Art Somogy.

    Le Prix Adophe Boschot, d’un montant de 1 600 €, a été décerné à l'ouvrage Giacometti devant Bourdelle, de la conversion au reniement de Colin Lemoine aux Editions Les presses du réel.

  • Le Prix Bernier, d’un montant de 5 000 €, a été partagé entre les ouvrages :
    - L’histoire de la reliure de création – la collection de la Bibliothèque Sainte Geneviève par Yves Peyré aux Éditions Faton et Djerbahood
    - Le musée de Street Art à ciel ouvert de Mehdi Ben Cheikh aux Éditions Albin Michel

    Le Prix Paul Marmottan, d’un montant de 1 600 €, a été décerné à l’ouvrage Gabriel Fauré, Correspondance suivie de Lettres à Madame H. de Jean-Michel Nectoux aux Éditions Fayard.

  • Le Prix Bernier, d’un montant de 6000€, a été partagé en deux prix et récompense les ouvrages :
    - Gao Xingjian de Daniel Bergez aux Editions du Seuil
    - Richard Texier – Ateliers nomades par Henri Belbeoch aux éditions Palantines.

    Le Prix René Dumesnil, d'un montant de 3 000 €, a été attribué à l'ouvrage Jean-Philippe Rameau par Sylvie Bouissou aux Editions Fayard.

    Le Prix Marmottan, d’un montant de 1 500 €, a été attribué à Vincent, entre Fragonard et David par Jean-Pierre Cuzin aux éditions Arthéna.

  • Le Prix Bernier, d’un montant de 5 000 €, a été attribué aux Papiers dominotés et dorés de Christine et Marc Kopylov aux Éditions des Cendres.

    Le Prix Marmottan, d’un montant de 1 600 €, a été décerné à l’ouvrage Regards sur Debussy réalisé sous la direction de Myriam Chimènes et Alexandra Læderich aux Éditions Fayard.

     

  • Le Prix Bernier, d’un montant de 5 000 €, a été partagé entre deux ouvrages : 
    Robert Nanteuil (1623-1678) d'Audrey Adamczak aux Éditions Arthena
    - Le Verre. Art & Design – XIXe-XXIe siècles d'Yves Delaborde aux Éditions ACR.

    Le Prix Richtenberger, d’un montant de 2 000€, a été décerné à l’ouvrage Frans Pourbus le Jeune (1569-1622) : le portrait d’apparat à l’aube du grand-siècle entre Habsbourg, Médicis et Bourbon de Blaise Ducos aux Éditions Faton.

    Le Prix Catenacci, d’un montant de 2 000€, a été décerné l’ouvrage Au cœur de l’orchestre de Christian Merlin aux Éditions Fayard.

    Le Prix Kastner-Boursault, d’un montant de 2 000€, a été décerné au Guide de la Musique de la Renaissance, ouvrage collectif réalisé sous la direction de Françoise Ferrand aux Éditions Fayard.

    Le Prix Jules et Louis Jeanbernat de Ferrari Doria, d’un montant de 2 000€, a été attribué à l’ouvrage Aveugles de Sophie Calle aux Éditions Actes Sud.

    Le Prix Marmottan, d’un montant de 2 500 €, a été décerné à l’ouvrage Cinéma et peinture de Joëlle Moulin aux Éditions Citadelles & Mazenod.

    Le Prix René Dumesnil, d’un montant de 5 000 €, a été décerné à l’ouvrage Béla Bartók de Claire Delamarche aux Editions Fayard.

    Le Prix Adolphe Boschot de 2 000 €, a été attribué à l'ouvrage Sacré Art Contemporain, Evêques, Inspecteurs et Commissaires d'Aude de Kerros aux Éditons Jean-Cyrille Godefroy.

     

  • Le Prix Bernier, d’un montant de 5 000 €, a été attribué au catalogue de l’exposition Odilon Redon, Prince du Rêve (1840-1916), réalisé sous la direction de Rodolphe Rapetti aux Éditions de la Rmn.

    Le Prix Jean-Jacques Berger, d’un montant de 1 600€, a été décerné à l’ouvrage de Paris proche et lointain (1972-2011) de Patrick Faigenbaum aux Éditions du musée de la Vie romantique/Paris musées.

    Le Prix Bordin, d’un montant de 1 600€, a été décerné à l’ouvrage Dans la tête de Richard Wagner, archéologie d’un génie de Christophe Looten aux Éditions Fayard.

    Le Prix Thorlet, d’un montant de 1 600 €, a été décerné à Zervos et Cahiers d’Art réalisé sous la direction de Christian Derouet aux Éditions du Centre Pompidou avec le concours de la Société Kandinsky

    Le Prix Debrousse-Gas-Forestier, d’un montant de 1 600 €, a été attribué à l’ouvrage Peinture et Théâtre, catalogue de l’exposition Lucio Fanti, sous la direction scientifique d’Elisa Farran et la direction éditoriale d’Aleksandra Sokolov aux Éditions Thalia.

    Le Prix Marmottan, d’un montant de 2 000 €, a été décerné à Sidsel Ramson, une odyssée photographique, textes de Trine Ross et de Sidsel Ramson aux Éditions du Cercle d’Art.

  • Le Prix Bernier, d’un montant de 5 000€, a été attribué à L’Art du trompe-l’œil d'Omar Calabrese aux Éditions Citadelles et Mazenod.

    Le Prix Adolphe Boschot, d’un montant de 1 600€, a été décerné à l’ouvrage Écrits et esprits de Mehdi Qotbi aux Éditions du Chêne.

    Le Prix Catenacci, d’un montant de 1 600 €, a été attribué à L’Histoire du quatuor à cordes, de l’entredeux guerres au XXIe siècle par Bernard Fournier en collaboration avec Roseline KassapRiefenstahl aux Éditions Fayard.

    Le Prix René Dumesnil, d’un montant de 3 500 €, a été décerné à l’ouvrage  Lénine, Staline et la musique réalisé sous la direction de Pascal Huyn aux Éditions Fayard.

    Le Prix Marmottan, d’un montant de 1 500 €, a été décerné à l'ouvrage Écrivains artistes, la tentation plastique (XVIII e -XXI e siècle) de Serge Linares aux Éditions Citadelles et Mazenod.

    Le Prix Houllevigue, d’un montant de 1 600 €, a été attribué à l'ouvrage L’Art nouveau de Jean-Michel Leniaud aux Éditions Citadelles et Mazenod.

  • Le Prix Bernier, d’un montant de 5 000 €, a été partagé en deux prix :
    - Lautréamont de Jean-Jacques Lefrère aux éditions Flammarion
    - Charles Gounod de Gérard Condé aux Editions Fayard.

    Le Prix Bordin, d’un montant de 1 600 €, a été attribué à Charles Lapicque, le dérangeur réalisé sous la direction de Philippe Bouchet aux Editions Thalia.

    Le Prix Marmottan, d’un montant de 3 500 €, a été décerné à l'ouvrage Papiers peints, Inspirations et tendances de Carolle Thibault-Pomerantz aux éditions Flammarion.

    Le Prix Debrousse-Gas-Forestier, d’un montant de 1 600 €, a été décerné à l'ouvrage Monstres de Pierre, Gargouilles, diablotins et autres créatures de Jean-Louis Fischer aux Editions Ereme.

    Le Prix Kastner-Boursault, d’un montant de 1 600 €, a été attribué à Nikolaï Rimski-Korsakov, Chronique de ma vie musicale d'André Lischke aux Editions Fayard.

    Le Prix Thorlet, d’un montant de 1 600 €, a été décerné à Cecilia Bione pour son ouvrage sur les Centres culturels, architecture 1990-2011 publié aux Editions Actes Sud.

Partager le site