Election à l'Académie des Beaux-Arts

 
Au cours de sa séance hebdomadaire du 13 avril 2005, l’Académie des Beaux-Arts a élu Claude PARENT dans la section d'Architecture au fauteuil précédemment occupé par Jean BALLADUR.


Claude Parent est né en 1923 à Neuilly-sur-Seine. En 1936, il rejoint l’atelier de Noël Le Maresquier aux Beaux-Arts de Toulouse. Dix ans plus tard, il arrive à Paris et effectue des stages dans de nombreux ateliers, notamment ceux de Jean Trouvelot et de Charles Le Corbusier. Architecte dès 1955 à Neuilly-sur-Seine, il est membre de 1955 à 1988 du Comité de l’architecture d’aujourd’hui, membre de l’Académie d’Architecture, directeur du collège des architectes du nucléaire, co-fondateur en 1968 puis rédacteur en chef de la revue Architecture Principe, ancien chroniqueur à l’Architecture d’aujourd’hui.

En 1962 Claude Parent conçoit (avec André Bloc et les architectes iraniens Foroughi et Ghiai) la Maison de l’Iran à la Cité Universitaire de Paris. De 1964 à 1968, il travaille avec Paul Virilio, avec qui il met au point la théorie de la fonction oblique. Il entreprend aussi, jusqu’en 1973, une action de vulgarisation de l’architecture dans le cadre des Maisons de la Culture. Parallèlement, il réalise de grands ensembles commerciaux, notamment à Reims-Tinqueux, Sens, Epernay-Pierry, des ensembles socio-culturels, notamment la Maison des jeunes et de la culture de Troye, un édifice religieux, l’église Sainte-Bernadette à Nevers, des immeubles de bureaux à Lyon-Villeurbanne et dans le centre historique de Prague, des collèges et des lycées.
Claude Parent a aussi beaucoup travaillé dans le domaine de l’architecture nucléaire ; on lui doit notamment les centrales de Cattenom et de Chooz.
Il a réalisé le Théâtre Silvia Monfort à Paris, l’Hôtel de région à Marseille et l’Hôtel de Ville de Lillebonne.

Claude Parent est l’auteur de nombreux ouvrages, tels Vivre à l’oblique (1970), Cinq réflexions sur l’architecture (1972), Claude parent architecte (1975), l’Architecture et le nucléaire (1978), les Entrelacs de l’oblique (1981), l’Architecte, bouffon social (1982), Colères (1982), les Maisons de l’atome (1983), Errer dans l’illusion (2001), Quand les bouffons relèvent la tête (2002), Cuits et archicuits (2003), Portraits (impressionnistes et véridiques) d'architectes (2005).

En 1979, Claude Parent a reçu le grand prix national d’Architecture pour l’ensemble de son œuvre. Il est officier de la Légion d’honneur, Commandeur de l’ordre national du Mérite et des Arts et Lettres, officier des Palmes académiques.

Une exposition lui a été consacrée à la Biennale de Venise en 1996.