Automne 2007 - page 3

Dossier
Tout artiste, qu’il fasse œuvre de plasticien, compositeur
ou architecte, se situe nécessairement dans une démarche
de recherche incessante, dont émane sa création.
Par référence sans doute à l’image conventionnelle du scientifique devant
son microscope, certains artistes refusent de se dire “chercheurs”, tandis
que d’autres revendiquent hautement ce qualificatif.
Comment ne pas approuver ces derniers, si l’on admet que le fil rouge
d’une vie d’artiste est la recherche permanente d’une création
initialement incertaine de ses moyens et résultats ?
On pourrait dire qu’à l’inverse du scientifique qui sait ce qu’il recherche
(sans méconnaître le caractère fortuit de certaines découvertes), l’artiste
qui “se met à l’œuvre” - tel le poète en attente d’inspiration qui ne sait
pas encore ce que va “dire” son poème - ne sait pas précisément quel sera
le fruit de sa recherche, qu’il ne découvrira pleinement parfois que dans
sa réalisation… partielle.
Car souvent insatisfait, il repart pour l’œuvre suivante, approfondit,
voire modifie le cap. Passant du scientifique à l’archéologue,
on pourrait dire que ce dernier recherche le préexistant, tandis que
l’artiste recherche de l’inexistant, comme s’il trouvait l’invisible dans le
chaos ambiant.
Plagiant un Général Président de la République qui déplorait qu’on lui
présente davantage des chercheurs que des “trouveurs”, j’ai envie de dire
que l’artiste-chercheur est un “trouveur” permanent, puisque chacune de
ses créations constitue une étape du long parcours de sa créativité.
Voilà mise à plat l’apparente opposition entre le “Je cherche” de Matisse
et le “Je trouve” de Picasso.
“Recherche”, dans le monde artistique contemporain, est un mot qui se
passe de promotion. Aucune œuvre, réalisation ou exposition qui ne se
dise issue “d’un profond travail de recherche”. On ne peut que se réjouir
de cette tendance effrénée pour la recherche, de ce désir d’inventer du
jamais vu ou entendu et de coller à l’actualité du monde.
Ce numéro de “La Lettre” voudrait témoigner pour ses lecteurs, du fait
que malgré les connotations trop souvent et injustement négatives
attachées à “l’Académisme”, l’Académie des Beaux-Arts demeure à
l’écoute, attentive à tout ce qui fait l’actualité des Arts.
La diversité des approches que vous lirez prouve qu’elle partage tous les
enthousiasmes, pourvu qu’ils se fondent sur la rigueur,
le travail, l’humanisme.”
François-Bernard Michel
,
membre de la section des Membres libres
La recherche en art
Projet architectural : Decoi Architects,
Paramorph – Gateway to the South Bank
, London 1999.
Projet expérimental non realisé. Maquette
Musée national d’art moderne, Centre Pompidou
1,2 4,5,6,7,8,9,10,11,12,13,...17
Powered by FlippingBook