Automne 2008 - page 28-29

28
|
A
ctualités
D
epuislongtempsonétudielessourceshistoriques,cultu-
relles, sociales, religieuses et, avec l’artmoderne, la sub-
jectivité individuelle, qui guident le regarddes peintres.
L’œil, et la vision au sens physique, ne forment qu’un fil-
tre, aussi complexe soit-il ; mais quand ce filtre défaille, cela
affecte à la fois le regard et le geste de l’artiste en altérant
la traduction de facteurs « objectifs » comme « subjectifs »
dans ses options esthétiques et leurs instruments techniques.
Des cas célèbres déjà connus, mais le plus souvent superfi-
ciellement, voire en forme de clichés, comme l’astigmatisme
d’El Greco ou la cataracte de Claude Monet, ont laissé entre-
voir comment un peintre peut vivre et s’adapter à un handi-
cap, le contourner, voire en bénéficier fût-ce sans intention.
Les ophtalmologues se sont depuis longtemps intéressés
à cette problématique. Bien sûr, en médecine – comme
en psychologie – la définition du « normal » ne se con-
çoit le plus souvent qu’en creux: c’est ce qui ne dysfonc-
tionne pas. Claude Monet cherchait à fixer sur la toile
des instants précis dans ses conditions de vision. En
sorte qu’on peut contempler ses œuvres en cherchant,
pour chacune, l’aspect des processus visuels privilégiés.
Constructiondescontours,perceptiondesformes,représenta-
tiondumouvement, sensationchromatique.Lapossibiliténous
est aussi offerte de voir comment cet artiste confronté à une
perte de capacités dans des facultés directement indis-
pensables à l’exercice de son art s’en est accommodé.
Au sommet de son art, dont il avait porté la maîtrise à
hauteur de son désir, Monet a été forcé de revoir son
approche devant le fait incontournable d’un handicap
visuel plus ou moins invalidant. Cela a marqué des limi-
tes à son expression; comme tout jeu de contraintes, cela
a pu aussi le mener à de nouvelles voies, inattendues.
E
xposition
Quelle part des
Nymphéas
deMonet est due à l’aboutissement
d’une démarche entamée une soixantaine d’années plus tôt au
Havre ? Certainement la plus grande ; mais quelle autre part
peut relever de la bataille dans laquelle il était engagé face à sa
cataracte, à ses effets anxiogènes, alors qu’il était enfin reconnu
et libre dans son désir de laisser à l’éternité un témoignage
magistral et irréfragable de sa relation particulière aumonde ?
Cette exposition tente, avec l’appui des connaissances scien-
tifiques les plus avancées sur la vision, de nous faire appré-
hender plus précisément ce qui résume le mieux l’œuvre et
l’originalité d’un peintre : son regard. Elle présentera une
soixantaine d’œuvres en provenance d’institutions diverses et
des collections propres du Musée Marmottan Monet.
Musée Marmottan Monet
Monet : l’œil impressionniste
Du 16 octobre 2008 au 15 février
2009, le Musée Marmottan Monet
présente une exposition fascinante
explorant les rapports entre la peinture
et la physiologie de l’œil. Et plus
particulièrement le cas de Monet, qui
était atteint de cataracte.
Visite du Pape
Benoît XVI à
l'Institut de France
L
e samedi 13 septembre 2008, le Pape Benoît XVI
a été accueilli au bas des marches de la Coupole, par
le Chancelier de l'Institut, M. Gabriel de Broglie, le
président de l'Institut, M. Jean-François Jarrige et les
Secrétaires perpétuels des cinq Académies : Mme Hélène
Carrère d’Encausse, Secrétaire perpétuel de l’Académie
française, M. Jean Leclant, Secrétaire perpétuel de
l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres,
M. Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de
l’Académie des Sciences,
Arnaud d’Hauterives, Secrétaire perpétuel de l’Académie
des Beaux-Arts, M. Michel Albert, Secrétaire perpétuel de
l’Académie des Sciences morales et politiques.
Le Saint-Père était suivi de cardinaux et prélats :
le Cardinal Tarcisio Carl Bertone, le Cardinal André
Vingt-Trois, le Cardinal Roger Etchegaray, le Cardinal
Jean-Louis Tauran, le Cardinal Paul Poupard, le Nonce
apostolique Fortunato Baldelli et Monseigneur Fernado
Filoni, substitut pour les Affaires générales de la
Secrétairerie d’État du Vatican.
Photo Francis Apesteguy
Décoration
Charles Chaynes
a été promu Commandeur des
Arts et Lettres.
En haut, à gauche :
Pyramides à Port-Cotton, Belle-Île-en-Mer
, 1886,
huile sur toile. © Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague.
Photo Ole Haupt.
Ci-dessus :
Maisons au bord de la Zaan, à Zaandam
, 1871, huile sur toile.
© Ursula Edelmann / Artothek.
Ci-contre :
Le Bateau-Atelier
, 1875-1876, huile sur toile. © Musée d’art
et d’histoire, Département des arts plastiques, Neuchâtel, Suisse.
« Monet, l’œil impressionniste »
Du 16 octobre 2008 au 15 février 2009
Musée Marmottan Monet
2, rue Louis-Boilly, 75016 Paris
| 29
1...,8-9,10-11,12-13,14-15,16-17,18-19,20-21,22-23,24-25,26-27 30-31,32
Powered by FlippingBook