Automne 2008 - page 6-7

6
|
D
ossier
« La ville sans voiture, sur le parking, la plage ! ».
Dessin d'Yves Boiret, date ?
Héritage et création.
Cette question fondamentale, lorsqu’elle est
posée sous forme d’interrogation, n’obtient
parfois qu’une seule réponse :
« personne ne connaît la solution ! »…
Et pourtant : plutôt que de tenter vainement
d’en surmonter l’incertitude, ne conviendrait-il
pas d’en méditer le fonds ?
- d’une part, nous ressentons confusément la
crainte de perdre la moindre trace de notre
héritage passé,
- d’autre part, l’introduction de l’art contemporain
en milieu ancien est-elle admissible ?
L’Académie des Beaux-Arts, l’une des cinq
académies composant l’Institut de France
aujourd’hui, est forte de 57 membres, siégeant
dans huit sections.
A l’initiative des Comités de rédaction de la
Lettre de l’Académie des Beaux-Arts
, il a
été jugé pertinent d’amorcer une réflexion de
certains de ses membres intéressés par un tel
sujet. Il n’est pas nouveau, il est même vieux
comme le monde.
Mais certains considèrent parfois que notre
société n’est plus, aujourd’hui, capable de
prolonger sa propre histoire, et cela en jugeant
stérile toute velléité de s’y « greffer », en tentant
de concilier deux mondes artistiques considérés,
a priori, inconciliables.
D’autres, en revanche, reconnaissent que le
passé, sous toutes ses formes, possède, en art,
une capacité créatrice qui stimule la volonté
d’un renouveau complémentaire luttant contre
la tentation du repli.
- Aurions-nous perdu cette liberté de choix et
d’action dont l’histoire de l’art nous enseigne
la réussite fréquente d’une continuité possible
dans le temps et par l’esprit ?
- Pouvons-nous accepter aujourd’hui la
résignation ? Conserver le passé, s’il est
dépourvu de vie, ne le condamnerait-il pas à
n’être qu’une œuvre morte ?
- Est-il impossible de créer dans le créé ?
- Une co-existence est-elle condamnable ?
- Dépasse-t-elle nos capacités de partage ou de
complémentarité dans un respect mutuel ?
Qu’on le veuille ou non, la vie est de plus
en plus engagée dans un processus de
revitalisation.
L’art contemporain représente, sous toutes
ses manifestations, une nouvelle expression. Il
doit donc être de plus en plus engagé, dans ses
formes diverses, dans une délicate recherche de
continuité de principe avec le passé.
Mais si l’art contemporain a le droit de
s’affirmer, il ne doit pas détruire le passé.
Ambition, prudence et respect doivent donc
animer les partenaires de cette mutation dans la
contiguïté conservée.
Pour se manifester, toute création nouvelle doit
traduire sa « sympathie » avec le passé…
Ce fut le cas de Le Corbusier face au site de
Ronchamp, celui de Pierre Soulages méditant dans
l’église de Conques pour y concevoir ses verrières
en étant fidèle au monument millénaire tout en
y apportant du renouveau ; le festival d’Avignon
utilisant le Palais des Papes pour « mettre en
scène » au milieu des murailles du XIV
e
siècle.
C’est l’étincelle féconde d’une innovation
aboutissant à une nouvelle vie.
C’est ainsi que l’héritage du passé peut
demeurer utile à la société présente, en étant
lui-même revitalisé.
Le nouveau créateur ne peut être vaniteux car il
ne part pas de zéro. « Si l’on sait que l’on ne sait
rien », grâce à la subsistance du passé on sait,
au moins, que l’on n’est pas seul.
Il y a là le mystère de l’implantation
contemporaine dans le passé : il résulte
du miracle du « greffon » réussi lorsque le
respect du passé et ses qualités retentissent et
garantissent la vitalité de l’avenir.
Pour y parvenir, l’artiste ne doit pas être un
rêveur irresponsable qui placerait par-dessus
tout le souci de sa seule affirmation personnelle.
Ce serait le refus d’admettre tout lien
avec l’histoire.
Utiliser, par les moyens du moment présent,
la poursuite des talents successifs des temps
écoulés, et cela pour le bonheur de ceux qui
les recherchent, c’est démontrer qu’il existe
des solutions permettant de rendre compatible
l’association héritage et création.
Yves Boiret,
membre de la section d'Architecture
| 7
1,2-3,4-5 8-9,10-11,12-13,14-15,16-17,18-19,20-21,22-23,24-25,26-27,...32
Powered by FlippingBook