Automne_2004 - page 2

3
2
Lettre
de
l'
ACADEMIE
des
BEAUX-ARTS
I N S T I T U T
D E
F R A N C E
Né en 1895 avec les frères Lumière,
le cinéma est bien l’art du XX
e
siècle.
Tout au long de ces décennies, à
travers les périodes de trouble comme de prospérité, il n’a
cessé de se développer et de s’enrichir, se nourrissant des
soubresauts de l’histoire, se fortifiant des progrès techniques,
diversifiant ses sources d’inspiration, élargissant ses moyens
de diffusion.
Mais cette évolution semble aujourd’hui menacée :
on entend dire que les structures de financement se fragili-
sent, que les modes de production se radicalisent, que les
publics se dispersent. Et pourtant les réalisateurs ne manquent
ni d’idées ni d’énergie, les projets fleurissent, et, lorsqu’ils
se réalisent, suscitent le plus souvent l’estime de la critique et
l’intérêt du public.
Quel avenir pour le cinéma français au XXI
e
siècle ? Sous la
conduite de Francis Girod,
membre de la section des Créations
artistiques dans le cinéma et l’audiovisuel, nous avons abordé
cette question sous divers angles, en interrogeant plusieurs
acteurs ou témoins majeurs de notre système spécifique de
production - auteur-réalisateur, producteur, historien du
cinéma, programmateur à la télévision, critique de cinéma,
organisateurs de festival, représentants des auteurs, réalisa-
teurs et producteurs de films - qui, depuis leur position singu-
lière, font le point sur la situation et les enjeux de la cinéma-
tographie française aujourd’hui. C’est l’occasion aussi de
revenir sur la communication de Jean Cluzel, secrétaire perpé-
tuel de l’Académie des Sciences morales et politiques, et sur
le débat qui s’ensuivit en séance de l’Académie des Beaux-Arts.
LETTRE DE L'ACADÉMIE DES BEAUX-ARTS •
Directeur de la publication :
Arnaud d’Hauterives •
Conception générale, rédaction et coordina-
tion
:
Nadine Eghels •
Conception graphique
: claude matthieu pezon • Print Offset • ISSN 1265-3810 •
Photos
: pages 1, 3, 6, 7, 9, 10, 11, 12 en haut,
15, 17, 18, 19, 20 en haut à droite et en dessous à gauche, 21, 22 et 24 : droits réservés / pages 4, 5 et 8 : Production Gaumont / page 12 en bas :
Wydawnictwa Artystyczne / page 14 :
Marie Fouque / pages 20 en haut à gauche et 26 : Francis Apesteguy / page 27 :
M.P. / Dossier : remerciements à
la Bibliothèque du Film •
Académie des Beaux-Arts
23, quai de Conti 75270 Paris cedex 06 •
sommaire
page 2
Editorial
page 3
Exposition des
pensionnaires de la
Casa de Velàzquez
pages 4 à 21
Dossier :
Quel avenir pour le cinéma
au XXI
e
siècle ?
pages 22 à 24
Communication :
Paris, capitale artistique
et culturelle dans le monde,
par Christophe Girard
page 25
Prix François-Victor Noury
Exposition “Les Clémences
de Napoléon”
Exposition Jean Puy
Grand prix
d’Architecture 2004
Elections
page 26
Décès de Jean-Louis Florentz
page 27
Décès d’André Wogenscky
page 28
Calendrier des académiciens
Editorial
Actualités
Exposition des
pensionnaires de la
Casa de Velàzquez
C
haque année, une grande impatience nous saisit quand
vient le moment de découvrir les œuvres des pension-
naires de la Casa de Velazquez. C’est une tradition
désormais bien ancrée : l’exposition statutaire des travaux de ces
jeunes créateurs prometteurs se tient au mois de mai à Madrid,
puis au mois de septembre à Paris, au Palais de l’Institut.
L’Académie des Beaux-Arts, qui soutient avec constance les
jeunes artistes, en octroyant des bourses, en décernant des prix
d’encouragement, ou encore en soutenant ce fleuron des Ecoles
françaises à l’étranger qu’est la Casa de Velazquez, est très atten-
tive à l’évolution de l’inspiration des générations montantes de
l’art. Notre Compagnie s’attache à maintenir une juste harmonie
entre le respect de l’héritage du passé, terrain d’enracinement
indispensable, et la création contemporaine, qui n’exclut nulle-
ment la connaissance de règles immuables.
Alors que nous avons fêté, en 2003, le soixante-quinzième anni-
versaire de la Casa de Velazquez, il nous plaît de relire les listes
de noms des pensionnaires, dont beaucoup sont devenus des
artistes renommés. Pendant un an ou deux, ils ont bénéficié des
bienfaits d’un séjour dans ce lieu où peuvent se développer libre-
ment leurs activités créatrices, dans une émulation et un bras-
Comme chaque année, l’Académie des Beaux-Arts a présenté, dans la salle Comtesse de Caen,
les travaux des pensionnaires de la Casa de Velàzquez. Des œuvres originales, en prise sur le monde
d’aujourd’hui, et qui reflètent toutes les tendances de l’art contemporain : au-delà des disciplines
classiques - dessin, peinture, sculpture -, des installations, des mises en espace,
et une part importante à la photographie.
sage fécond des disciplines. Une quinzaine d’artistes, peintres,
sculpteurs, graveurs, architectes, compositeurs, cinéastes, photo-
graphes formant la section artistique côtoient en effet les archéo-
logues, historiens, géographes, littéraires, linguistes, sociologues,
économistes réunis au sein de la section scientifique.
De cette
proximité naissent parfois des rencontres insolites dont les fruits
se récoltent tout au long des carrières des uns et des autres.
Je souhaite rendre hommage à Gérard Chastagnaret, direc-
teur de cette belle institution, qui assume cette responsabilité
depuis maintenant deux ans. Avec lui, comme avec ses prédé-
cesseurs, se nouent des relations empreintes de respect et d’es-
time mutuelle.
Arnaud d'Hauterives
Secrétaire Perpétuel de l'Académie des Beaux-Arts
Illustration : Karine Hoffman,
Dyptique : Juste à côté
(2004).
1 3,4,5,6,7,8,9,10,11,12,...15
Powered by FlippingBook