Automne_2004 - page 3

5
4
Dossier
Le premier membre élu dans la section VII de l’Académie
des Beaux-Arts , “Créations artistiques dans le cinéma et
l’audiovisuel”, fut Marcel Carné en 1985. Le réalisateur des
Enfants du paradis
y était membre libre depuis 1979.
Puis furent élus, dans cette dernière-née des sections de
notre Académie, René Clément en 1986,
Claude Autant-Lara et Pierre Schoendoerffer en 1988,
Gérard Oury et Roman Polanski en 1998,
Henri Verneuil en
1999, Jeanne Moreau en 2000, et moi-même en 2002.
L’éclectisme dont fait preuve l’Académie des Beaux-Arts en
élisant des cinéastes aux parcours si variés montre à
l’évidence qu’elle considère, à juste titre, que le cinéma
trouve sa force et sa grandeur dans la diversité.
Aujourd’hui, à l’aube du XXI
e
siècle, 109 ans après la
naissance du cinéma, il m’a semblé opportun de faire un
point sur la situation et l’avenir de notre cinématographie
nationale. J’ai demandé à Pascal Thomas, auteur-réalisateur,
Thierry Frémaux et Gilles Jacob, délégué artistique et
président du Festival de Cannes, Patrick Brion, historien du
cinéma et responsable du service cinéma de France 3,
Jean-François Lepetit, président de la chambre syndicale
des producteurs de films, Pascal Rogard, directeur général
de la SACD, Jean-Luc Douin, critique de cinéma,
de nous faire part de leurs réflexions et de nous
livrer leurs diagnostics.
Francis Girod
,
membre de l’Académie des Beaux-Arts
Quel avenir
pour le cinéma
au XXI
e
siècle ?
Jean Dasté dans
L'Atalante
, de Jean Vigo (1934). Production Gaumont.
1,2 4,5,6,7,8,9,10,11,12,13,...15
Powered by FlippingBook