Ete 2008 - page 14

26
27
Divulguée le 19 août 1839, à l’Institut de France,
devant les Académies des Sciences et des Beaux-Arts
réunies, l’invention de la photographie a pour
origine les travaux de Joseph Nicéphore Niépce
(1765-1833), auquel s'associa Louis Jacques Mandé
Daguerre (1787-1851) en 1829.
E
n ffet, c'est en 1829 que Niépce rédigeait un texte
intitulé “
Notice sur l’Héliographie
” dans lequel il
expliquait son procédé en commençant par cette
phrase : “
La découverte que j’ai faite et que je désigne sous le
nom d’Héliographie consiste à reproduire spontanément, par
l’action de la lumière avec les dégradations de teintes du noir
au blanc les images reçues dans la chambre-obscure
”.
Sans être tombées dans l'oubli, les recherches de Niépce
demeuraient mal connues et la pratique de son procédé s'é-
tait perdue. Constatant cet état de fait dans les années 90,
nous avons alors entrepris de reconstituer le procédé
héliographique puis l'ensemble des recherches
de l’inventeur, en nous fondant sur ses seuls
écrits, c'est-à-dire sa correspondance et les
quelques textes succincts qu'il rédigea sur
ses expériences. Ce fut sans aucun doute
une des clés de notre réussite dans la
reconstitution de l'invention de Niépce.
Nos résultats ont permis de donner un
compte-rendu complet des recherches
photographiques de Niépce depuis 1816
jusqu'à sa mort.
Nicéphore Niépce, fils de riches pro-
priétaires terriens à Chalon-sur-Saône, naît
en 1765, sous le règne de Louis XV, à l'apogée
du siècle des Lumières. Il fait ses études au col-
lège de Chalon-sur-Saône puis entre chez les
Oratoriens à l'âge de vingt ans. Quatre ans plus tard survient
la Révolution Française. D'abord engagé dans l'armée révo-
lutionnaire, il se fixe à Nice en 1794, bientôt rejoint par son
frère aîné Claude. A Nice, les deux hommes se consacrent à
une activité née de la révolution : celle d'inventeur. Leur
première invention est celle du moteur à combustion
interne qu'ils nomment :
pyréolophore
. Les carburants qu'ils
utilisent sont d'abord des poudres explosives avec entre aut-
res une substance inattendue : le bitume de Judée que l'on
retrouvera dans l'invention de l'héliographie. Revenus à
Chalon-sur-Saône, en 1801, les deux frères obtiennent
ensuite un brevet en 1807. Quelques années plus tard, ils
perfectionneront ce moteur en l'alimentant avec de l'huile
de pétrole blanche autrement dit de
l'essence, pour laquelle Nicéphore
invente le principe de l'injection encore
utilisé dans nos moteurs actuels. En
1816, Claude Niépce s'installe à Paris pour
obtenir une prolongation du brevet initiale-
ment pris pour dix ans. Eloigné de son frère,
Nicéphore décide de se consacrer à de nouvelles
recherches pour tenter de capter les images de la chambre
obscure, cet instrument d'optique que certains peintres
comme Canaletto utilisèrent pour repérer les lignes et les
perspectives dans la préparation de leurs tableaux.
Il lui faudra huit années de recherches pour réussir et
se déclarer enfin satisfait des images obtenues en sep-
tembre 1824.
Le principe de son invention est fondé sur l'insolubilisa-
tion de «
l'asphalte ou bitume de Judée
» sous l'action de la
lumière. Il est extrêmement intéressant d'observer com-
ment Niépce s'approprie les éléments de diverses tech-
niques des arts graphiques. Les supports de ses images sont
aussi bien la pierre calcaire de la lithographie, inventée
récemment, que le cuivre des graveurs à l'eau-forte qu'il
remplace ensuite par de l'étain blanc. Il y étend un vernis de
bitume de Judée qu'il choisit de dissoudre dans l'essence de
lavande à la manière des peintres pour pouvoir l'étaler en
couche très mince au pinceau ou au tampon. Par son pro-
cédé, il réussit d'abord à reproduire des dessins. La ressem-
blance de l'image obtenue dans le vernis au bitume est si
proche de celle produite par les graveurs à l'eau-forte, qu'il
pousse l'analogie jusqu'au bout et grave l'image à l'acide
dans le support. Le dessin original est alors reproduit gravé,
donnant une matrice similaire à celles utilisées en imprime-
rie. Un graveur imprimeur parisien, Augustin Lemaître,
confirme que les plaques de Niépce permettent bien d'obte-
nir des tirages sur papier. On assiste alors à l'invention de ce
qu'on appellera plus tard, la photogravure.
Nicéphore Niépce expose ensuite ses plaques vernies non
plus sous des dessins mais au fond de sa chambre obscure
pour tenter d'enregistrer les vues depuis les fenêtres de sa
maison près de Chalon-sur-Saône. Pour y parvenir, il doit
faire preuve de persévérance car le bitume peu sensible à la
lumière demande des temps de pose très longs qui vont
parfois jusqu'à trois ou quatre jours ! Au prix de ces longues
attentes, il parvient à enregistrer sur le vernis, l'image néga-
tive de la vue donnant sur la basse-cour et la volière de sa
propriété. En effectuant volontairement une sous-exposi-
tion, il obtient des images constituées d'un film de bitume
extrêmement ténu sur des plaques d'étain brillantes comme
un miroir. En orientant de telles images dans la lumière, il
est possible de les voir en positif sous certaines incidences
de lumière. Ainsi la seule héliographie connue de Niépce et
considérée comme la plus ancienne photographie au
monde est une image de ce type. Par la suite, Niépce per-
fectionnera son procédé en réalisant les images sur des
plaques de cuivre argenté et inversera le négatif en le sou-
mettant à des vapeurs d'iode, obtenant de véritables positifs
sur argent avec tous les dégradés du noir au blanc.
Il décrit l'ensemble de ses procédés inventés par lui seul,
le 24 novembre 1829 dans sa
Notice sur l'Héliographie
rédi-
gée pour Daguerre au moment où il s'associe à lui pour per-
fectionner son invention. C'est en effet un peintre décora-
teur de théâtre qui, le premier, comprendra l'immense inté-
rêt de l'invention de Niépce. Les
deux hommes inventeront en 1832
un second procédé photographique
que nous avons redécouvert : le
phy-
sautotype
. Fondé uniquement sur
l'essence de lavande sans bitume, ce
procédé abaisse le temps de pose à
seulement 4 à 8 heures selon les
conditions de lumière. Niépce meurt
subitement le 3 juillet 1833 sans
avoir été reconnu ni pour l'invention
de la photographie ni pour aucune
de ses autres inventions. Daguerre
continuera seul les recherches.
Utilisant les techniques apprises
auprès de Niépce, il inventera un
troisième procédé, le
daguerréotype
,
premier procédé photographique
pratiquable du fait d'un temps de
pose descendu à environ quinze
minutes. On le comprend, ce der-
nier procédé est directement rede-
vable à Niépce. L'inventeur chalon-
nais demeure le seul précurseur à
avoir avancé dans l'inconnu et le
doute jusqu'à la réussite, ouvrant
ainsi la voie à ses successeurs.
Grande salle des séances,
le 25 juin 2008
Aux origines de
la photographie :
Nicéphore Niépce
Par
Jean-Louis Marignier
, chercheur au CNRS,
Université Paris-Sud Orsay
C
ommunication
Médaillon : portrait de Niépce jeune.
En haut : reproduction de la seule image photographique de Niépce
conservée actuellement : le point de vue depuis la fenêtre (Coll.
Gernsheim, Harry Ransom Center, Université du Texas à Austin USA).
A droite : Grande salle des séances le 19 août 1839, lors de la
divulgation de l'invention de la photographie par Arago.
1...,4,5,6,7,8,9,10,11,12,13 15
Powered by FlippingBook