Ete 2008 - page 2

3
2
Lettre
de
l'
ACADEMIE
des
BEAUX-ARTS
I N S T I T U T
D E F R A N C E
Heureuse rencontre, dans la
Lettre de
l’Académie des Beaux-Arts
, de Son Altesse le
Prince Karim Aga Khan, associé étranger,
grand mécène du château de Chantilly,
domaine de l’Institut de France, et de la
Manufacture nationale de Sèvres, dont les commandes, depuis près de trois
siècles, ont favorisé la création artistique. Quatre-vingt membres de
l’Académie des Beaux-Arts y ont œuvré, de François Boucher en 1749 à trois
peintres d’aujourd’hui, Yves Millecamps, Zao Wou-Ki et Chu Teh-Chun qui
présente ici la technique qu’il y développe, signature originale de la
Manufacture de Sèvres.
Le mécénat perpétue l’exemple donné, dans la Rome antique, par Caius
Cilnius Maecenas, Ministre de l’Empereur Auguste : protecteur des arts, il
avait pour familiers les poètes Virgile et Horace dans sa demeure sur
l’Esquilin et à Tivoli.
Le terme est relativement récent : il apparut dans la seconde moitié du XIX
e
siècle. Il s’est manifesté avec éclat dans la section des membres libres de
l’Académie des Beaux-Arts par l’élection, en 1880, du duc d’Aumale, qui a
légué à l’Institut le château de Chantilly et ses collections. En 1885, l’appella-
tion conjuguée de “banquier, collectionneur et mécène” présida à l’élection
du baron Alphonse de Rothschild, premier d’une lignée familiale d’académi-
ciens, puis de David David-Weill dont le fils, Pierre, créa le Prix de Dessin de
l’Académie. Amateurs d’art, ils ont eu en commun de mettre les moyens que
leur fortune leur offrait au service de la diffusion des œuvres, par leurs dons
aux musées et l’aide aux artistes.
Cet intérêt désintéressé a animé Jacques Rouché, élu en 1924, polytechnicien
voué aux recherches des arts de la scène, administrateur général, pendant
trente ans, de l’Opéra de Paris, patron des parfums Piver, consacrant 22
millions personnels au meilleur fonctionnement du théâtre national.
Sont venus après lui Georges et Daniel Wildenstein, galeristes et historiens
d’art, Paul-Louis Weiller, André Bettencourt et, correspondante, Simone del
Duca qui a institué, avec la Fondation Simone et Cino del Duca, les plus
grands prix de l’Académie pour la musique, la peinture et la sculpture.
Aujourd’hui, Michel David-Weill, Pierre Cardin et Marc Ladreit de Lacharrière
perpétuent cette tradition au sein de la Compagnie.
Gustave Flaubert, si rudement confronté à la justice de son temps, lançait cet
appel : “Soyez mon mécène ! Protégez les arts !”.
LETTRE DE L'ACADÉMIE DES BEAUX-ARTS •
Directeur de la publication :
Arnaud d’Hauterives •
Comité de rédaction
: délégué Paul-Louis Mignon ;
membres : Louis-René Berge, Yves Boiret, Edith Canat de Chizy, Gérard Lanvin, François-Bernard Michel, Lucien Clergue •
Conception
générale, rédaction et coordination
: Nadine Eghels •
Conception graphique, réalisation
:
Impression :
Imprimerie Delcambre
ISSN 1265-3810 •
Académie des Beaux-Arts
23, quai de Conti 75006 Paris •
ht t p : / /www. academi e - de s - beaux - ar t s . f r
sommaire
page 2
Editorial
page 3
Réception sous la Coupole :
Son Altesse l’Aga Khan
page, 4, 5
Le projet “Tapisserie
Contemporaine et
Art Textile en Europe”
page 6
La Flamme de la Liberté
par Jean Cardot
pages 7 à 22
Dossier :
“Des académiciens à Sèvres”
Retour sur la présence des
membres de l’Académie
à la Manufacture nationale
page 23
Hommage :
Marc Saltet
Election :
Pierre Edouard
Décorations
pages 24, 25
Exposition :
“Premier Eté Contemporain”
au Musée Marmottan-Monet
par Lydia Harambourg
pages 26, 27
Communication :
“Aux origines de
la photographie :
Nicéphore Niépce”
par Jean-Louis Marignier
page 24
Calendrier des académiciens
Editorial
Extrait du discours d’Arnaud d’Hauterives
Au sein de la vaste entreprise de développement que
Votre Altesse a mise en œuvre, la culture occupe une
place privilégiée. Vous pensez en effet que la culture, loin
d’être un agrément seulement accessible aux populations
les plus favorisées, peut s’avérer comme un véritable
catalyseur du développement dans les communautés
déshéritées dont elle constitue souvent, mais encore faut-il
en prendre conscience, la seule véritable richesse. Ainsi
avez-vous pu démontrer à travers votre action en faveur de
la revitalisation de l’héritage historique de populations
défavorisées, que cette dernière constituait à la fois le
moteur d’un développement économique et social par les
nouvelles activités qu’elle générait, mais aussi un
formidable levier moral dans lequel s’ancrait fierté et
sentiment d’appartenance à une communauté de destin.
Votre conception novatrice de la culture vous a conduit à
devenir l’une des personnalités les plus engagées du monde
en matière d’architecture, qu’il s’agisse de réhabilitation du
patrimoine ou de promotion de l’architecture
contemporaine. L’architecture est en effet pour vous la
pierre angulaire de votre conception de la culture.
Par l’impact immédiat qu’elle a sur la vie matérielle, mais
également spirituelle de l’individu, l’architecture porte
intrinsèquement en elle ce que vous appelez
le processus
du changement
.”
E
lu membre Associé étranger de l'Académie des
Beaux-Arts le 21 novembre 2007 au fauteuil de
Kenzo Tange, Son Altesse le Prince Karim Aga
Khan, né le 13 décembre 1936 à Genève, est le chef spiri-
tuel des ismaéliens nizârites et le 49ème imam de cette
communauté.
Après son enfance passée à Nairobi, il effectue ses études
en Suisse puis à l’Université d’Harvard dont il est diplômé
en histoire islamique.
Le 11 juillet 1957, il succède à son grand père, Sir Sultan
Mohamed Shah Aga Khan, à la tête d’une communauté
de plus de dix millions d’ismaéliens dispersés dans le
monde entier.
Il s'est efforcé depuis cette date d'améliorer les conditions
de vie de la communauté ismaélienne, mais également le
bien-être de l’ensemble des populations défavorisées.
Pour ce faire, il a créé et dirige le réseau Aga Khan de
Développement (AKDN), un groupe d’agences visant à l'a-
mélioration des conditions de vie des populations des pays
en voie de développement, sans distinction de confession
ni d’origine, dans les domaines de l’éducation, la santé,
l’architecture, le développement rural et la promotion de
l’entreprise privée.
L'une des personnalités les plus engagées au monde en
matière d'architecture, le Prince Karim Aga Khan a créé
en 1977 le Prix Aga Khan d’architecture qui récompense
des projets architecturaux novateurs destinés aux socié-
tés musulmanes.
Il est également à la tête d'un vaste programme de soutien
aux villes historiques fondé en 1992, visant à conserver et
réhabiliter édifices historiques et espaces urbains au sein
du monde musulman.
Depuis 2005, le Prince Karim Aga Khan s’est engagé dans
un vaste projet de rénovation et de
développement du domaine de Chantilly, propriété de
l’Institut de France depuis 1984.
Son Altesse
l’
AgaKhan
Le mercredi 18 juin 2008, sous la Coupole de
l’Institut de France, Son Altesse l’Aga Khan était
reçu à l’Académie des Beaux-Arts par le
Secrétaire perpétuel Arnaud d’Hauterives.
R
éception
sous la
C
oupole
Le Secrétaire perpétuel de l’Académie, Arnaud d’Hauterives,
et Son Altesse l’Aga Khan.
Photos Juliette Agnel
1 3,4,5,6,7,8,9,10,11,12,...15
Powered by FlippingBook