Ete 2010 - page 20-21

20
|
| 21
P
remier musée français après le Musée du Louvre pour
la peinture ancienne antérieure à 1850, Chantilly
conserve un prestigieux ensemble de plus de huit
cents tableaux de maîtres français, italiens et nordiques. En
effet, aucun autre musée en France ne peut se prévaloir
de présenter trois Raphaël, un Sassetta, trois Fra Angelico,
un Enguerrand Quarton, cinq Nicolas Poussin, quatre
Watteau, quatre Greuze, cing Ingres, trois Delacroix, sans
oublier Mignard ni Champaigne.
La peinture italienne, sans laquelle on ne peut parler
de collection au XIX
e
siècle, comprend une centaine de
tableaux. Les chefs-d’œuvre de Fra Angelico et de Sassetta
sont des éléments de retables démembrés anciennement.
Parmi les trois Raphaël, figurent les célèbres
Trois Grâces,
charmant petit tableau de jeunesse de l’artiste, inspiré d’un
marbre antique, la
Madone d’Orléans,
ainsi nommée parce
que provenant de la collection de cette famille sous l’Ancien
Régime
,
et enfin la
Madone de Lorette,
grand panneau sur
bois qui, longtemps connu comme une copie ancienne
d’une œuvre célèbre de Raphaël, ne
fut identifié qu’en 1976
lors d’une restauration grâce à son numéro d’inventaire du
XVII
e
siècle. Plusieurs tableaux de Carrache provenant du
Palazzino Farnèse à Rome et une suite de toiles de Salvator
Rosa complètent cet ensemble remarquable.
Un des temps forts de la collection de peintures françaises
est constitué par l’ensemble unique au monde de portraits
du XVI
e
siècle par Jean et François Clouet, et Corneille de
Lyon ; rois et reines de la maison de Valois font revivre le
faste de la cour de France à travers ces portraits austères
mais très réalistes, inspirés de l’art nordique. Un autre
ensemble prestigieux de Chantilly est formé par la collec-
tion de peintures orientalistes : le jeune duc d’Aumale qui
D
ossier
« Voulant conserver à la France le Domaine
de Chantilly dans son intégrité, avec ses
bois, ses pelouses, ses eaux, ses édifices et ce
qu’ils contiennent, trophées, tableaux, livres,
archives, objets d’art, tout cet ensemble qui
forme comme un monument complet et varié
de l’art français dans toutes ses branches
et de l’histoire de ma patrie à des époques
de gloire, j’ai résolu d’en confier le dépôt à
un corps illustre qui m’a fait l’honneur de
m’appeler dans ses rangs à un double titre »
Testament d’Henri d’Orléans duc d’Aumale,
du 3 juin 1884, par lequel il lègue Chantilly à
l’Institut de France.
fut le vainqueur de l’émir Abd el-Kader en 1843 lors de
la prise de la smalah d’Abd el-Kader, puis le gouverneur
général de l’Algérie de 1847 à 1848, s’est passionné pour ce
courant de l’école romantique, mouvement caractéristique
de la génération des années 1830 auquel il appartenait. De
l’esquisse des
Pestiférés de Jaffa
de Gros à
La chasse au faucon
de
Fromentin, en passant par une
des premières œuvres orientalistes
d’Horace Vernet, de rares Marilhat
et un important ensemble de toiles
de Decamps, l’orientalisme est à
l’honneur à Chantilly.
Le cabinet des dessins réunit deux
mille cinq cents feuilles parmi les-
quelles Dürer, Raphaël, Primatice,
Poussin, Watteau, Ingres, l’un des
albums de Delacroix au Maroc
(1832), et surtout l’inestimable
ensemble des trois cent soixante
portraits dessinés au XVI
e
siècle
par Jean et François Clouet qui
restituent les traits des rois, reines,
enfants royaux et de la cour de
France à la Renaissance. Le cabinet des estampes réunit plus
de deux mille cinq cents gravures allant de la Renaissance
italienne à la fin du XIX
e
siècle, où figurent Albrecht Dürer,
Rembrandt ou Callot. On sait moins que Chantilly conserve
aussi un important fonds photographique (architectures de
Baldus et Bisson, marines de Le Gray, etc.).
Le cabinet d’antiques, fondement classique d’un cabinet
d’amateur, est formé d’environ cent quarante pièces prove-
nant en partie de l’oncle et beau-père du duc d’Aumale, le
prince Léopold de Bourbon-Siciles, prince de Salerne. Parmi
les antiques les plus célèbres de ce prince napolitain, figurent
naturellement des mosaïques et un
abondant matériel archéologique
venant de Pompéi, mais aussi des
acquisitions du duc d’Aumale sur le
commerce d’art, comme le vase grec
à figures rouges dit « de Nola » ou le
bronze grec de Minerve.
La prestigieuse bibliothèque
réunit des éditions rares et des
manuscrits enluminés du Moyen
Âge d’une exceptionnelle qualité,
comme les célèbres
Très Riches
Heures du duc de Berry
, mais aussi
le psautier de la reine Ingeburge,
épouse du roi Philippe-Auguste, le
bréviaire de Jeanne d’Evreux ou les
Heures d’Anne de Montmorency.
Cet ensemble a été réuni par le
duc d’Aumale, fils du roi Louis-
Philippe qui fit du château de Versailles un « musée dédié
à toutes les gloires de la France » ; Aumale rassemble à
Chantilly les portraits de ceux qui ont fait l’histoire de notre
pays et qui sont ses ancêtres, d’Henri IV à Louis-Philippe,
de François Ier aux derniers princes de Condé dont le
musée porte le nom. Le prince veut aussi faire revenir
Le Musée Condé à Chantilly
Par
Nicole Garnier
, conservateur général du Patrimoine, chargée du Musée Condé à Chantilly
En haut : Alfred Decaen (1820-1893) d’après Horace Vernet (1789-1863)
La Prise de la Smalah d’Abd El-Kader.
Photo : © RMN (Domaine de Chantilly) / Jean-Gilles Berizzi
A droite : Raphaël (dit), Sanzio Raffaello (1483-1520),
Les trois Grâces.
Photo : © RMN (Domaine de Chantilly) / Franck Raux
1...,2-3,4-5,6-7,8-9,10-11,12-13,14-15,16-17,18-19 22-23,24-25,26-27,28-29,30-31,32
Powered by FlippingBook