Ete 2010 - page 14-15

14
|
| 15
D
ossier
Q
ui pourrait rester insensible au charme du Domaine
de Chantilly ? Au XVII
e
siècle, Henri IV déclarait
déjà que c’était « la plus belle maison de France ».
Moi-même séduit par son château, son vaste parc et ses jar-
dins historiques, ainsi que par ses écuries monumentales,
j’ai éprouvé le désir d’œuvrer à la sauvegarde et au dévelop-
pement de l’un des plus beaux ensembles architectural et
paysager du patrimoine mondial.
Résidence princière des Montmorency, des Condé puis
des Orléans, le domaine fut légué à l’Institut de France en
1884 par le duc d’Aumale avec l’obligation de conserver en
l’état à la fois le bâti, le parc et l’ensemble des collections
présentées comme au XIX
e
siècle. Aujourd’hui, sa gestion
se révèle être un véritable défi : plus d’un siècle après
ce legs, dans le contexte culturel et socio-économique
actuel, comment faut-il préserver un patrimoine d’une telle
importance et le faire partager à un public aussi large que
possible ? Comment augmenter la fréquentation du site, et
ainsi permettre sa découverte par des publics nombreux et
divers, sans porter atteinte à son authenticité historique ni
le détériorer ?
Mon intérêt envers le Domaine de Chantilly et ma con-
viction que ce magnifique ensemble patrimonial pourrait,
et devrait être attrayant pour des visiteurs d’aujourd’hui,
sont partagés par le Collège des Conservateurs de l’Institut
de France ainsi que par les pouvoirs publics concernés
par le site, à savoir le Ministère de la Culture et de la
Communication (DRAC), le Conseil régional de Picardie, le
Conseil général de l’Oise et la Communauté de Communes
de l’aire cantilienne.
Compte tenu de l’expérience acquise par le Réseau Aga
Khan de développement dans la restauration patrimoniale à
travers le monde, il m’a semblé que seul un partenariat entre
les secteurs public et privé faciliterait la prise de décisions
stratégiques et permettrait de dégager les ressources néces-
saires afin de sauvegarder le domaine à l’avenir.
La Fondation pour la sauvegarde et le
développement du Domaine de Chantilly
La création de la Fondation de Chantilly en 2005, pour
une durée de vingt ans, a été juridiquement rendue possible
grâce à la loi Aillagon sur le mécénat du 1er août 2003. Au-
delà de ma contribution personnelle, la Fondation bénéficie
du soutien actif et financier de l’Institut de France et des
pouvoirs publics. Le but de la Fondation est simple mais
ambitieux : rendre le Domaine de Chantilly économique-
ment viable avant de le restituer à son propriétaire, l’Institut
de France.
Au cours de cette période, la Fondation s’est engagée à
programmer plusieurs campagnes de travaux de restauration
du patrimoine foncier et mobilier qui visent à rendre sa
splendeur et son attrait au domaine. En complément de
la contribution financière de notre Fondation privée et de
ses partenaires, ce programme conséquent de restauration
nécessitera le soutien d’autres mécènes souhaitant s’engager
dans ce projet d’envergure.
Le Domaine de Chantilly
Par
Son Altesse Karim Aga Khan
, Associé étranger, Président de la
Fondation pour la sauvegarde et le développement du Domaine de Chantilly
Depuis 2006, la Fondation a travaillé sur l’ensemble des
composantes du domaine afin de poser les bases des futurs
aménagements et d’enrichir l’offre proposée aux visiteurs.
Le Château / Musée Condé
Avec l’Institut de France, la Fondation a commencé dans
le château la réalisation de grands travaux comme la restau-
ration patrimoniale des salles, l’amélioration de la gestion
du climat interne et de la lumière, des services dédiés aux
publics et des conditions d’accueil. La volonté de recevoir
un public plus nombreux s’est également traduite par
l’ouverture de nouveaux espaces jusqu’alors fermés. Parmi
les réalisations, il faut mentionner la restauration progressive
des Grands appartements dès 2006 (lancée par l’Institut de
France), la Grande Singerie en 2008 (avec le soutien du
World Monuments Fund) et le Salon de Musique prévu pour
2010. Les salles des Petits appartements sont quant à elles
restaurées avec l’aide des Amis du Musée Condé. Chaque
campagne de travaux est exécutée en maintenant l’accès aux
visiteurs, leur permettant ainsi de continuer à admirer les
riches collections du musée et du Cabinet des livres.
Le Parc
L’actuel parc de 240 hectares, vestige du parc dessiné
par André Le Nôtre au XVII
e
siècle, s’est enrichi au fil des
siècles de nouvelles créations réalisées selon les modes de
chaque époque, de sorte qu’il offre aujourd’hui un panorama
exceptionnel de l’art du jardin occidental. Pour en restituer
toute la magnificence, la Fondation, dès sa création, a donné
priorité à la restauration du Grand Axe Le Nôtre. Achevée
en 2009, la restauration du Grand Parterre a été rendue
possible par un ensemble de travaux techniques préparatoi-
res réalisés en 2007 et 2008 (curage du Grand Canal et des
principaux canaux, remise en état de l’Aqueduc du Prince
alimentant les bassins du parterre). La restauration du
Hameau et du Jardin anglo-chinois a été entamée en 2008.
La restauration architecturale de la Maison de Sylvie est
programmée pour 2010. Enfin dès 2011, le Jardin anglais
concentrera tous les efforts afin de restituer au public
l’ensemble des fabriques qui le parsèment.
Parallèlement à ce programme de restauration, la Fondation
s’inscrit également dans une démarche de développement
durable. Elle a en effet le souci constant de préserver l’envi-
ronnement et les ressources naturelles du parc, notamment
dans le cadre de la restauration des parterres.
A gauche : les Grandes Écuries.
Photo André pelle
Ci-dessus et ci-contre : Cour des
remises (Grandes Écuries) pendant les
restaurations en 2010.
Photo R&B
1,2-3,4-5,6-7,8-9,10-11,12-13 16-17,18-19,20-21,22-23,24-25,26-27,28-29,30-31,32
Powered by FlippingBook