Ete_2005 - page 2

2
3
Lettre
de
l'
ACADEMIE
des
BEAUX-ARTS
I N S T I T U T
D E
F R A N C E
L’exposition que le Musée Marmottan
Monet présente à l’automne, avec la
collection Reine-Marie Paris et des
prêts particuliers, rappelle justement l’importance longtemps
négligée du génie singulier de Camille Claudel dans l’histoire de
la sculpture. Etonnante configuration poétique qui associa, dans
une aventure majeure des arts, les personnalités de Camille
Claudel, de Paul Claudel, son frère cadet - son “petit Paul” -, et
d’Auguste Rodin, son professeur et maître, de vingt ans son
aîné, devenu son amant et compagnon.
Des liens passionnés et passionnels.
De toujours, la sœur et le frère,
tempéraments jumeaux, ont été unis dans une exceptionnelle conni-
vence, emportés par l’élan commun d’une ambition créatrice. Elle,
animée d’une orgueilleuse volonté, lui, nature rude, fasciné par
Camille, s’avouant “un peu plus mou, rêvasseur”, ne cessant de
proclamer son admiration pour elle et, souscrivant, un jour de
1913, à son internement.
Dans quelle mesure les déchirements des
amours tumultueuses de Camille et de Rodin ont-ils affecté la raison
de la jeune femme et l’ont-ils conduite à la rupture et à un isole-
ment qui l’entraîna dans la spirale de la folie ? Internée, elle en
demeura prisonnière pendant trente ans, jusqu’à sa mort.
Le cas Camille Claudel relève-t-il de ce qu’on appelle “artiste
maudit” ? La fascination de sa destinée tragique a suscité un flot
de commentaires et d’interprétations, roman, film, bande
dessinée, danse, dramatisation théâtrale et, récemment à Paris,
drame musical.
Au-delà, c’est l’œuvre de Camille Claudel qui est en jeu pour les
visiteurs des vingt-sept musées de France où elle est présente et,
bientôt au Musée Marmottan Monet ; au-delà, c’est la vérité de
cette œuvre telle que l’histoire l’a fixée.
LETTRE DE L'ACADÉMIE DES BEAUX-ARTS •
Directeur de la publication :
Arnaud d’Hauterives •
Comité de rédaction
: délégué Paul-Louis
Mignon ;
membres : Yves Boiret, Francis Girod,
Gérad Lanvin, François-Bernard Mâche, François-Bernard Michel,
Guy de Rougement
Conception générale, rédaction et coordination
:
Nadine Eghels •
Conception graphique, réalisation
: cmpezon.fr •
Impression :
Imprimerie
Delcambre • ISSN 1265-3810 •
Photos
: pages 1, 4 à 25, 26 (portrait et œuvre de R.
Couturier), 27 en bas et 28 : droits réservés, page 3 :
© Institut de France, page 26 (portrait et œuvre de E. Arroyo) :
Galerie Louis Carré & Cie, page 26 (portrait D.
Dusapin) :
Marthe Lemelle, page
27 en haut : Frédéric Schadoroff •
Académie des Beaux-Arts
23, quai de Conti 75006 Paris •
sommaire
page 2
Editorial
page 3
Actualités : Création d’une
section de photographie à
l’Académie des Beaux-Arts
pages 4 à 19
Dossier : “Camille Claudel,
la vérité d’une œuvre”
réalisé par Paul-Louis Mignon
page 20
Communication :
“Vers une histoire des couleurs :
possibilités et limites”
par Michel Pastoureau
page 21
Communication :
“Les Expositions Universelles
de Paris” par Marc Gaillard
page 22
Communication :
“Un parcours architectural
intimement inspiré par la mer”
présentation de l’architecte
Jacques Rougerie
page 23
Communication :
“Un toit dans un jardin”
par David Mangin
page 24
Actualités : Un stade contre
Vauban, l’Académie des
Beaux-Arts prend position
page 25
Exposition : Evolution,
meubles sculptures, 1970-2005
par Pierre Cardin
pages 26, 27
Prix et concours :
Prix de la Fondation
Simone et Cino del Duca
Prix de chant choral
Liliane Bettencourt
Grand Prix d’Orgue
Jean-Louis Florentz
page 28
Calendrier des académiciens
Editorial
P
ar décret du 10 mai 2005, l’Académie des Beaux-Arts a été
autorisée à modifier ses statuts pour créer une nouvelle
section, dédiée à la photographie.
L’Académie des Beaux-Arts, héritière des Académies royales
d’Ancien Régime, comptait jusqu’alors sept sections : peinture,
sculpture, architecture, gravure, composition musicale,
membres
libres (accueillant des historiens d’art, des mécènes, des artistes
appartenant à des disciplines non représentées dans les autres
sections, des personnalités du monde artistique et culturel), et,
depuis 1985, créations artistiques dans le cinéma et l’audiovisuel.
Fidèle à une tradition pluriséculaire, l’Académie des Beaux-Arts
réunit en son sein les principales disciplines artistiques dans un
souci d’affirmation de leur complémentarité.
Il était devenu urgent pour cette Compagnie d’accueillir des
photographes aux côtés des peintres, sculpteurs, graveurs,
architectes, compositeurs et cinéastes.
La section de photographie comptera deux membres, ce qui
portera l’effectif de l’Académie des Beaux-Arts à 57 membres et
16 associés étrangers. Ces deux membres seront élus par les
membres de l’Académie d’ici la fin de l’année 2005.
Le dossier de la
Lettre de l’Académie des Beaux-Arts
n°42 sera
consacré à la photographie.
Illustration : Claude Monet,
Giverny, l’allée avec les épicéas,
vers 1900, autochrome
.
A
ctualités
Création d’une section de photographie
à l’Académie des Beaux-Arts
1 3,4,5,6,7,8,9,10,11,12,...15
Powered by FlippingBook