Ete_2012 - page 20-21

20
|
| 21
«
L
a mission suprême de l’art consiste à libérer nos
regards des terreurs obsédantes de la nuit
(…).
L’art rien que l’art, nous n’avons que l’art pour ne
point mourir de la vérité ».
C’est ainsi que Nietzsche évoque,
non sans une certaine gravité, la force
philosophique, quasi métaphysique de
l’art qui permet à l’être humain de trans-
cender sa condition ontologiquement
finie et de conjurer le désespoir qui en
découle nécessairement.
L’art, et d’une manière plus générale,
la culture sont indispensables à la vie et
à l’épanouissement des hommes ; le regard des créateurs
est essentiel à notre interprétation, à notre décryptage, à
notre compréhension du monde pour aider à combattre ses
démons, ses inégalités, ses injustices ;
« Faites toujours que
D
ossier
votre tableau soit une ouverture sur le monde »
proclamait
Léonard de Vinci comme pour rappeler que l’art se doit
d’être l’interprète de valeurs fondamentales comme le
respect de l’altérité, la tolérance, la fraternité. Parce que la
création renferme des enjeux politiques
fondamentaux qui interrogent le sens
de l’humanité, elle doit être résolument
protégée. Parce que la culture est un
ferment puissant pour nourrir un idéal
humaniste et démocratique, elle doit
être inlassablement défendue dans la
diversité de ses expressions.
C’est cet idéal culturel qui anime Arte depuis sa création,
il y a plus de vingt ans. Arte s’est incontestablement affirmée
comme la chaîne de la curiosité, de la découverte, de l’ima-
gination, qui, ouverte à tous les élans artistiques du monde,
a toujours accordé à la création, une place prépondérante.
Elle est aujourd’hui unique et singulière, au sein d’un
paysage audiovisuel qui se banalise et s’appauvrit. Arte, forte
d’une mémoire franco-allemande désormais étayée, est une
belle utopie audiovisuelle qui s’est déjà réalisée et qui doit
plus que jamais perdurer !
Plus qu’un simple miroir, Arte peut et doit être l’acteur
d’un vrai projet de société et de communauté pour l’Europe
par la culture. Cette exigence est d’autant plus prégnante en
ces temps de crise européenne qui démontrent que l’écono-
mique, seul, ne peut pas tout. Pour cela, il faut élaborer un
imaginaire commun capable de cimenter un socle culturel
Le numérique : une aubaine
pour l’affirmation et le
rayonnement des identités
culturelles en Europe
Par
Véronique Cayla
, présidente d'Arte
en Europe, étayer un destin commun. Nous devons aider
l’Europe à se doter d’un véritable projet de civilisation
adapté au XXI
e
siècle en revisitant à l’ère du numérique nos
valeurs traditionnelles.
Aujourd’hui, nous sommes à un tournant technologique
majeur qui a des implications considérables sur la télévision
et la diffusion de la création. Je suis convaincue que, loin
d’être un instrument de dilution des identités, Internet peut
et doit être un instrument d’affirmation et de renforcement
de la pluralité culturelle. Cette technologie qui abolit la
rareté de la diffusion est une chance extraordinaire pour
valoriser notre patrimoine artistique et culturel commun qui
fait la richesse de l’Europe. À condition bien sûr de ne pas
se laisser prendre au dépourvu par la vague déferlante du
numérique. À condition d’accomplir rapidement la mue de
notre chaîne en véritable bi-média afin d’utiliser au mieux
les possibilités qu’offrent ces nouveaux vecteurs.
C’est bien notre priorité aujourd’hui d’anticiper la
convergence qui progresse à grands pas entre le web et la
télévision, et d’achever de transposer l’identité d’Arte dans
le monde numérique. À cet égard, Arte a des atouts certains.
D’abord, elle a été pionnière en commençant à décliner
très tôt, et avec succès, deux de ses thèmes de prédilection
sur internet : je pense au spectacle vivant avec « Arte Live
Web » et à la création numérique avec Arte Créative. Tout
comme elle a été pionnière en matière de création de
nouveaux contenus hybrides. L’autre atout majeur d’Arte,
c’est sa personnalité singulière, sa distinction, fortement
ancrée dans la conscience des téléspectateurs. Dans ce
monde infini et mondialisé qu’est internet, il faut des
repères, des balises, une vitrine. C’est en effet à partir des
fondamentaux de l’antenne, que nous allons développer des
offres sur le web conçues comme autant de prolongements
et d’extensions des piliers phares d’Arte. Le projet que nous
appelons désormais la « Galaxie Arte » doit faire en sorte
que le téléspectateur de la chaîne ait envie de rester dans
l’univers offert par Arte, un univers dans lequel il pourra
trouver davantage de contenus, de réponses à ses demandes,
à ses désirs. Il doit aussi séduire tous ceux et notamment les
jeunes qui ont déserté la télévision classique, lui préférant le
vertige du web propice aux usages libres et individués.
Avec un univers enrichi, plus diversifié, plus respectueux
de chacun, Arte a donc tous les moyens pour accomplir
sa prophétie culturelle dans le monde numérique, pour
renforcer son rayonnement en Europe et défendre, avec
son audace et son inventivité, un projet de civilisation
démocratique et humaniste.
Notre chaîne a gagné du temps, elle ne doit donc pas en
perdre ! Car nous avons devant nous des acteurs écono-
miques puissants, non européens et non régulés, et peu
soucieux de nos identités. Il est donc impératif qu’Arte
devienne la référence culturelle européenne sur Internet.
C’est un défi considérable, majeur pour l’imaginaire collectif
que nous construisons, majeur pour l’identité de l’Europe,
majeur pour son avenir.
u
Arte est aujourd’hui
unique et singulière,
au sein d’un paysage
audiovisuel qui se banalise
et s’appauvrit. 
Extrait de
Good Bye Lenin
, un film de Wolfgang Becker, produit par
Arte en 2003, César du Meilleur film de l’Union Européenne en 2004.
Photos : WDR
Vue de la pièce
Le dernier Caravansérail
, mise en scène
d'Ariane Mnouchkine, diffusé sur Arte en juillet 2008.
Photo : Michèle Laurent
Le groupe rock The Hives au festival EuropaVox, filmé le 27 mai 2012
et diffusé sur le canal internet « Arte Live Web ».
1...,2-3,4-5,6-7,8-9,10-11,12-13,14-15,16-17,18-19 22-23,24-25,26-27,28-29,30-31,32
Powered by FlippingBook