Ete_2013 - page 4-5

| 5
4
|
« La Briqueterie », le nouveau centre de développement chorégraphique
du Val-de-Marne qui vient d’ouvrir en 2013, est un exemple du foison-
nement de l’art de la danse en France mais aussi dans toute l’Europe :
festivals, spectacles multiples, ateliers de recherche, stages, lieux de
rencontre pour jeunes chorégraphes.
Est-ce un signe ? Une réponse à un monde où l’intellectualisme de nos
pères voyait d’un œil condescendant ou puritain l’art qui s’exprime par
le corps en mouvement et ouvert à la grâce des sens ?
La danse, la chorégraphie qui en est la sophistication, s’est affranchie
du mépris d’autrefois, lorsqu’elle était reléguée à un art mineur; et cela
malgré l’estime reconnue des réalisations de leur époque.
À présent, c’est une expression florissante qui a parfois la force et la
richesse d’ouvrir à sa discipline des autres composants de l’expression
corporelle tels que le mime, le cirque, la marionnette et même le théâtre ;
mais aussi la danse urbaine avec le hip-hop, très prometteuse dans sa
nouvelle liberté technique.
Ainsi la danse, la plus intime expression du corps, devient de nos jours,
par sa qualité artistique et l’intérêt du public à son égard, l’un des arts
les plus vivants.
Brigitte Terziev
, membre de la section de Sculpture
D
ossier
D
anser
maintenant
Marie-Agnès Gillot et Stéphane Bullion dans
Orphée et Eurydice
, chorégraphie de Pina Bausch sur la musique
de Willibald Gluck. Opéra national de Paris, 2012.
Photo © Agathe Poupeney / OnP
1,2-3 6-7,8-9,10-11,12-13,14-15,16-17,18-19,20-21,22-23,24-25,...32
Powered by FlippingBook