Hiver 2007 - page 5

9
8
Il est dans la nature humaine
de vouloir préserver les marques
et les témoignages de la vie
qui s’écoule”…
1
A cet égard, la Bibliothèque de
l’Institut de France, la
Bibliothèque Mazarine, les Archives, sont
représentatives de cette volonté de rassembler dans
le Palais de l’Institut, ancien Collège des Quatre
Nations, des valeurs symboliques de notre histoire.
Elles y bénéficient de la splendeur d’un décor plus
que centenaire, accueillant une qualité de service
qu’exige, aujourd’hui, la vocation d’une
prestigieuse institution.
La qualité de cette magnifique implantation
dans Paris, au bord de la Seine, l’intérêt des
collections, la nature même des tâches qui
s’y exercent, justifient que l’on accorde une
attention exceptionnelle au traitement d’un tel
service public.
C’est pourquoi d’importantes interventions seront
indispensables aujourd’hui pour améliorer de
façon pertinente l’entretien des lieux, mais
également les conditions d’exercice qui s’y tiennent
en permanence et se poursuivront demain.
Quelles sont-elles ?
Ce sera tout d’abord la recherche urgente et
prioritaire de capacités d’espaces disponibles pour
l’accueil des nouvelles collections proposées.
Ensuite, s’imposera l’amélioration, déjà en cours
de réalisation, des conditions de sécurité résultant
des obligations de mise en conformité avec les
normes actuelles. Cela exige des moyens, donc du
temps, et un talent discret de leur mise en œuvre
en ces vénérables lieux anciens.
Par ailleurs, le développement informatique qui se
précise dans tous les domaines est prometteur d’un
nouvel avenir.
Comment va-t-il poursuivre son insertion en ces
lieux ? Quel devenir promet-il notamment en
matière de conservation et de publication ?
Il ne faut pas oublier que ces problèmes ne sont
pas nouveaux, et l’expérience des tentatives
précédentes pour y répondre mérite réflexion.
La recherche d’un meilleur accueil des collections,
il y a trente-cinq ans, se heurtait déjà à l’obstacle
d’une saturation incompressible.
Hélas, l’intégrité précieuse de l’aile conçue par
l’architecte Le Vau fut sacrifiée pour gagner de la
place. L’un des plus anciens témoins existant dans
le site du Palais, pourtant classé parmi les
Monuments historiques en 1862, y perdit ses
formes, ses structures, ses décors.
On substitua à ses trois étages huit niveaux de
‘‘
magasins autoportants, permettant d’accueillir ce
qui est devenu aujourd’hui, en soixante-dix ans,
une nouvelle saturation inquiétante pour l’avenir.
2
En principe, des archives et des bibliothèques ne
sont pas destinées à disparaître pour laisser de la
place à de nouveaux apports.
Alors, quelle leçon tirer d’une telle expérience ?
Quels remèdes découvrir pour l’avenir ?
Le problème posé est délicat. Des réponses sont
indispensables. L’analyse des interrogations
correspondantes ne s’impose-t-elle pas ?
La modernité du XXI
e
siècle peut-elle pénétrer
encore en des lieux aménagés il y a deux siècles ?
Des milliers d’académiciens y ont rempli leurs
missions à l’Institut de France et leurs successeurs
la poursuivent encore aujourd’hui.
Leurs actions s’inscrivent toujours dans les murs
conçus par Le Vau à la demande du cardinal
Mazarin, sur le site de la Tour de Nesle et, depuis
lors, des adaptations successives et nombreuses,
efficaces et de qualité, n’ont jamais fait défaut, dès
l’instant où l’esprit du lieu a été compris, maintenu
et apprécié.
Les bibliothèques y ont toujours participé et
elles démontrent par leur valeur et leur
rayonnement exceptionnel la place privilégiée
qu’elles occupent dans la vie et la renommée du
Palais de l’Institut de France.
La vie doit donc s’y maintenir dans des
conditions d’interventions attentives à ce que l’on
en attend, c’est-à-dire en veillant à refuser les
incidences qui porteraient atteinte à ce lieu de rêve
et en y favorisant, au contraire, l’accentuation
de sa vitalité.
Yves Boiret, Membre de la Section Architecture
1) In :
Archives, Bibliothèques, Musées
, p. 9 – de Gilles Wolkowitsch,
collection “Collectivités territoriales” - Presses universitaires
de Marseille.
2) In :
Le Palais de l’Institut, du Collège des Quatre Nations à l’Institut
de France
.
Bibliothèque de l’Institut de France.
Photo CmPezon
1,2,3,4 6,7,8,9,10,11,12,13,14,15,...17
Powered by FlippingBook