Hiver 2008 - page 8-9

R
egard
| 9
Un Prix qui évolue au cours du temps
1975,
l’Académie des Beaux-Arts crée le Grand Prix d’Architecture
, ouvert aux
étudiants et aux architectes âgés de moins de 35 ans. Depuis sa création, le
concours n’a cessé d’évoluer.
Dès sa création, le concours a pour but l’étude d’un bâtiment ou d’un ensemble architectural
de prestige. Afin de mieux adapter le concours à son époque, l’Académie décide de proposer
des programmes plus proches de l’actualité et éventuellement implantés sur un site imposé.
Ainsi, « l’Auditorium de la musique symphonique de France », implanté porte Maillot, joignant
un programme très discuté, depuis longtemps, à Paris, à un lieu réclamant une solution urba-
nistique digne d’une entrée de la capitale. Ainsi, « le Centre mondial de la biodiversité » pro-
posé durant l’année mondiale de la biodiversité inaugurée par le Président de la République,
Jacques Chirac, dans le cadre de l’UNESCO, et implanté sur l’île Seguin. Et encore, « le Palais
de l’Europe à 25 nations », implanté à Luxembourg sur le plateau du Kirschberg.
En 2003, l’Académie des Beaux-Arts impose l’utilisation de l’outil informatique comme moyen
d’expression pour le Grand Prix d’Architecture.
En 2007, notre confrère Claude Parent, propose un nouveau type de programme avec « la
définition d’un nouvel établissement humain » ; la richesse du sujet, incitant les jeunes archi-
tectes à réfléchir à rien de moins qu'un nouveau mode de vie durable, ainsi que son dévelop-
pement nous amène à étaler le concours sur trois années consécutives, et à proposer aux trois
lauréats de chaque année de participer à la dernière épreuve du concours de l’année suivante.
Première année, 2007 : principes du nouvel établissement humain. Deuxième année, 2008 :
traitement architectural du lien, trait d’union entre la ville existante et son développement.
Troisième année, 2009 : application sur un site donné, la ville d’Arles de 53 000 habitants
devant recevoir 25 000 habitants au cours d’une génération, soit 25 ans. Ce concours est riche-
ment doté : 40 000 euros au total, soit Premier Prix : 25 000 euros, Deuxième Prix : 10 000
euros, Troisième Prix : 5 000 euros.
En 2008, le jury a sélectionné trois lauréats : Premier Prix, Vincent Champier, architecte
D.P.L.G., lauréat en 2007 ; Deuxième Prix, Solweig Doat, architecte D.P.L.G. ; Troisième Prix,
Fabizio Esposito, architecte D.P.L.G.
Le jury a classé premier le projet de Vincent Champier pour son parti architectural répon-
dant au programme et réalisé par des volumes simples et lisibles, le trait d’union étant bien
situé au dessus de l’autoroute, zone d’intérêt conduisant le voyageur vers l’accueil de la partie
nouvelle de la cité.
Le jury a classé deuxième le projet de Solweig Doat, pour sa recherche d’un signal important,
original, fort et d’un bel effet plastique, le trait d’union se trouve au dessus de l’autoroute et
constitue un zone d’équipements intéressant le voyageur.
Le jury a classé troisième le projet de Fabrizio Esposito, bien que l’ensemble du trait d’union
soit situé hors de la zone du pont sur l’autoroute, déjà impliqué dans la structure de la partie
nouvelle de la cité, mais les volumes culminant à proximité de l’autoroute, par leurs silhouettes
créent un signal important et significatif pour le voyageur.
En conclusion, le Grand Prix d’Architecture de l’Académie des Beaux-Arts continue à évoluer
afin de mieux répondre aux défis contemporains en matière d'urbanisme et d'environnement.
Michel Folliasson
, membre de la section d’Architecture, Président du jury
A l’origine du Grand Prix d’Architecture,
le Prix de Rome fut initié en 1663 en France sous le
règne de Louis XIV. Il s’agissait d’une récompense
annuelle attribuée à de jeunes artistes.
L’Académie de France à Rome, créée en 1666 à
l’initiative conjuguée de Lebrun et de Colbert,
a reçu depuis cette date des lauréats
peintres, sculpteurs, graveurs, architectes
et compositeurs. Les Prix de Rome furent
décernés par l’Académie des Beaux-Arts jusqu’en
1968, puis supprimés par André Malraux.
Ci-contre : Renard, « Prix extraordinaire », 1772.
Tiré des
Grands Prix de Rome, Concours de l'Académie royale d'architecture au
XVIIIe siècle,
éditions Berger-Levrault - Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts.
Le Prix de Rome
8
|
1,2-3,4-5,6-7 10-11,12-13,14-15,16-17,18-19,20-21,22-23,24-25,26-27,...28
Powered by FlippingBook