Hiver 2008 - page 10-11

| 11
R
egard
D
ans
Eupalynos ou l’Architecte
, Paul Valéry nous dit
que certains édifices parlent et que d’autres chantent :
là est le talent du créateur à une époque où l’architecte
est plus volontiers assimilé à un technicien qu’à un artiste.
L’art et la science suscitent deux itinéraires égaux mais
inverses : l’homme va à la science en regardant à l’extérieur ;
pour l’art c’est le contraire, il s’agit de faire revenir sur soi
le monde extérieur, le créateur doit être son propre mani-
pulateur, « l’objet de l’art, c’est l’homme » comme l’a dit le
compositeur Pierre Schaeffer.
Le Grand Prix d’Architecture de l’Académie des Beaux-Arts
permet de recentrer les œuvres et les missions de l’architecte :
penser à l’homme dans son habitat, penser à l’habitat dans
le développement, la conception et l’évolution du monde ;
ces prix importants qui encouragent l’innovation permettent
au geste de jeunes créateurs talentueux de devenir image, à
l’image de quitter la virtualité et à l’utopie de devenir créa-
tion, car si on ne peut comprendre la vie qu’en regardant en
arrière, on ne peut la vivre qu’en regardant en avant.
C
haque année, l’Académie des Beaux-Arts
de l’Institut de France distribue des prix à
des artistes au seuil de leur carrière.
Elle contribue ainsi à l’épanouissement de
l’art des jeunes générations, dans un souci
constant du pluralisme des expressions.
Le Grand Prix d’Architecture est ainsi ouvert à
tous les architectes et étudiants en architecture,
ressortissants européens, de moins de 35 ans (*).
Les projets élaborés doivent permettre à ces jeunes
d’exprimer librement ce que pourrait être l’avenir
de l’architecture sous forme de réponses aux grands
enjeux d’aménagement et d’harmonie du monde.
Leur participation présente des avantages
non négligeables, à plusieurs titres :
- elle contribue à l’innovation architecturale
de notre temps, en toute liberté,
- elle fournit aux lauréats qui s’y livrent un
témoignage valorisant, juge de leur talent,
- elle accorde, au seuil de leurs carrières,
des récompenses aux meilleurs projets.
Ainsi, l’Académie des Beaux-Arts s’attache à l’épanouissement
de l’art, conçu par une jeune génération d’artistes, s’attachant
au développement dans le pluralisme des expressions.
L'avenir de l'Architecture
Par
Yves Boiret
, membre de la section d’Architecture
L'objet de l'art,
c'est l'homme
Par
Jacques Taddei
, membre de la section de
Composition musicale
10
|
A gauche, de haut en bas : projets de Vincent Champier, Premier Prix, Solweig Doat, Deuxième Prix, Fabrizio Esposito, Troisième Prix.
Photo DR
.
Ci-dessous : les lauréats et finalistes accompagnés des membres de l'Académie lors de la Séance publique annuelle, le 19 novembre 2008.
De gauche à droite : Fabrizio Esposito, Arnaud d'Hauterives, Vincent Champier, Solweig Doat, Fabrice Holsteing, Michel Folliasson,
Jerôme Bonneau et Yves Boiret.
Photo CM Pezon
Grand Prix d’Architecture 2008
de l’Académie des Beaux-Arts
L
e Grand Prix d’Architecture, créé en 1975, est ouvert aux étudiants et aux jeunes diplômés
en architecture de toutes nationalités, âgés de moins de 35 ans au 1er janvier de l’année qui
précède l’exécution du concours (*). Depuis 2002, la société HP, partenaire officiel de ce concours,
apporte son partenariat technologique au Grand Prix d’Architecture, en prêtant aux candidats le
matériel informatique le plus performant. L’Académie dispose également pour ce concours du
soutien d’un certain nombre d’éditeurs de logiciels informatiques.
En 2008, le Premier Prix et Prix Charles Abella a été décerné à
Vincent Champier
, le
Deuxième
Prix et Prix André Arfvidson a été décerné à
Solweig Doat
, et le
Troisième Prix et Prix Paul Arfvid-
son a été décerné à
Fabrizio Esposito
.
* Le réglement du concours 2009 est disponible sur le site de l'Académie des Beaux-Arts :
, rubrique « Prix et concours »
1,2-3,4-5,6-7,8-9 12-13,14-15,16-17,18-19,20-21,22-23,24-25,26-27,28
Powered by FlippingBook