Hiver_2002 - page 2

3
2
Lettre
de
l'
ACADEMIE
des
BEAUX-ARTS
I N S T I T U T
D E F R A N C E
D
es autochromes représentant
le jardin de Monet à Giverny
ont été exhumés. La sensibilité et
la finesse de ces clichés nous autorisent à supposer que l’auteur
en serait Monet lui-même, qui se passionnait pour ce jardin au
point d’en reproduire les nuances sur tous les supports dont il
pouvait disposer à l’époque. Ces documents rares, dont nous vous
offrons ici un avant-goût, sont conservés au Musée Marmottan-
Claude Monet.
Nous déplorons dans ce numéro la disparition de notre confrère
Maurice Novarina, membre de la section d’Architecture. Dans
le prolongement de son œuvre, notre dossier est consacré aux
rapports entre architecture et arts plastiques, à ce dialogue
des formes qui s’établit lorsque le bâtiment ou l’espace public
accueille en son sein des œuvres de natures différentes. Le
peintre Guy de Rougemont et l’architecte André Wogenscky
nous livrent ici leur point de vue.
Chaque année, l’automne est la saison des séances publiques
sous la Coupole, celle des cinq Académies de l’Institut de France,
où l’Académie des beaux-arts était représentée par Jean-Marie
Granier, membre de la section de Gravure, et notre Séance
Solennelle, au cours de laquelle les nombreux prix attribués
au cours de l’année ont été proclamés, et les récompenses remises
aux lauréats. Le discours d’Arnaud d’Hauterives, notre secré-
taire perpétuel, nous a emmenés sur les traces de Baudelaire,
critique d’art. De ces deux événements, nous vous rendons
compte dans nos colonnes.
Nous étions heureux d’accueillir sous la Coupole Yves
Millecamps, membre de la section de Peinture, et nous saluons
l’élection de l’architecte Yves Boiret, du cinéaste Francis Girod,
et du peintre Zao Wou-Ki.
LETTRE DE L'ACADÉMIE DES BEAUX-ARTS •
Directeur de la publication :
Arnaud d’Hauterives •
Conception générale, rédaction et coordination
:
Nadine Eghels •
Conception graphique
: claude matthieu pezon • Imprimerie CL2 • ISSN 1265-3810 •
Photos
: pages 1, 4, 5, 6, 7, 18 en bas, 19, 20, 21,
22 en bas à gauche et en bas à droite, 24 : droits réservés / pages 3 et 17 : Michel Jacquelin / pages 8 et 9 : André Morin / pages 10 à 13 : Musée
Marmottan-Monet / page 13 : / pages 14, 15, 22 en haut : Brigitte Eymann / page 16 : Louis Monier / page 18 : Jean-Marie del Moral / page 23 : Pierre Schwartz
Académie des beaux-arts
23, quai de Conti 75006 Paris •
sommaire
*
page 2
Editorial
*
page 3
Réception sous la Coupole :
Yves Millecamps
*
pages 4 à 9
Dossier : Architecture et
arts plastiques
*
pages 10 à 13
Les autochromes
de Monet
*
pages 14 et 15
Séance publique annuelle de
l’Académie des beaux-arts
*
page 16
Maurice Novarina
*
page 17
Séance publique annuelle
des Cinq Académies
*
page 18
Eduardo Chillida
*
page 19
Exposition / Publications /
Décorations / Elections /
Voyage en Géorgie
*
page 20
Exposition Paris Pékin
*
pages 20 et 21
Prix de Dessin
Pierre David-Weill 2002
*
page 22
Prix Pierre Cardin 2002 /
Prix de Musique de la Fondation
Simone et Cino Del Duca 2002 /
Grand Prix d’Orgue de
l’Académie des beaux-arts
*
page 23
Prix de Peinture de la Fondation
Simone et Cino Del Duca 2002 /
Prix d’Ouvrages 2002
*
page 24
Calendrier des académiciens /
Membres de l'Académie
des beaux-arts
Editorial
E
lu membre de la section de Peinture, le 27 juin 2001, au
fauteuil précédemment occupé par Jean Dewasne, Yves
Millecamps est né à Armentières en 1930. Elève de l’école
nationale supérieure des arts décoratifs, alors dirigée par Léon
Moussinac, il suit les cours d’André Arbus, Eric Bagge, Jacques
Despierre, Michel Faré, Gilbert Poillerat, Marc Saint-Saëns…
En 1954, à Saint-Céré, il rencontre Jean Lurçat qui l’encou-
rage très vivement à créer des cartons de tapisserie. Il réalise sa
première “tombe de métier” en 1956. En vingt ans, plus d’une
centaine de cartons seront composés et tissés, dont
Les sciences
physiques et chimiques
pour la nouvelle faculté des Sciences de
Rennes (Louis Arretche, architecte),
Espérance
pour le nouveau
Palais de Justice de Lille (Jean Willerval architecte),
DiaphonieII
pour l’hôtel Sheraton à Paris (Pierre Dufau, architecte),
Ibi Bases
Mentis
pour IBM à Austin Texas.
Cor Nostrum Ardens
, desti-
née à la cathédrale Notre-Dame de la Treille à Lille (Alain
Plateaux, architecte), a été tissée en 1999.
En 1962, il est invité à la première Biennale Internationale de
Tapisserie à Lausanne, dont la délégation française est repré-
sentée notamment par Adam, Le Corbusier, Lurçat, Mategot,
Matisse, Prassinos, Saint Saëns, Wogenscky. Il prendra égale-
ment part à celles de 1969 et 1971.
En même temps, il se consacre de plus en plus à la peinture
et à la sérigraphie, participe à de nombreuses expositions, parfois
internationales, personnelles ou collectives et aux principaux
salons parisiens : Art sacré, Salon de mai, Comparaisons, Grands
et jeunes d’aujourd’hui, Société des artistes décorateurs,
Salon d’automne, Réalités nouvelles, Mac 2000.
De grandes peintures lui seront commandées par Citroën,
la Compagnie générale d’informatique, la Cogéma, la R.A.T.P.
Ses œuvres figurent également dans divers musées en France
et à l’étranger.
Sa passion pour le métal l’amène à réaliser des œuvres d’une
autre dimension, en particulier à Paris, deux animations murales
en acier inoxydable et éclairage cinétique de 200 m
2
chacune
pour l’hôtel Méridien (Pierre Guariche, architecte d’intérieur)
et le Sheraton (Pierre Dufau, architecte) ; à la Défense, un relief
en acier inoxydable pour Rhône Progil (Michel Buffet, designer
industriel). Pour le lycée technique d’Haubourdin (Pierre
Delanoy, architecte), il exécutera un signal cinétique en alu-
minium de 13 mètres de hauteur.
En 1990, la société SNL-le Nickel, groupe Eramet, lui com-
mande une grande sculpture en acier inoxydable offerte à la ville
de Nouméa.
Convaincu qu’aucun domaine n’est étranger à la création
artistique, il a dessiné des montres (Oméga, Artwatch), des
médailles, presse-papiers, trophées frappés à la Monnaie de
Paris, des couvertures pour l’édition (Masson, le Miroir Volant),
ainsi que des logos (Groupe Percier UIS, groupe Eramet,
société Hubert SEH).
Mais c’est sa solide expérience de la peinture, réel fil rouge
de son parcours, qui lui permet d’aborder ces multiples
domaines créatifs.
Réception
sous
la
Coupole
Le mercredi 9 octobre
2002, Yves Millecamps,
élu membre de la section
de Peinture, était reçu
par Antoine Poncet,
membre de la section
de Sculpture.
Yves
Mille
camps
Yves Millecamps, au centre,
entouré de Pierre Carron,
Guy de Rougemont,
Antoine Poncet et
Laurent Petitgirard.
1 3,4,5,6,7,8,9,10,11,12,...13
Powered by FlippingBook