Hiver_2011 - page 26-27

26
|
| 27
L
e
Prix du Cercle Montherlant – Académie des Beaux-Arts
, créé
en 2002, récompense chaque année l’auteur d’un livre d’art composé en
langue française. L’appréciation du jury repose sur une appréhension glo-
bale (éditoriale, illustrative et rédactionnelle) des ouvrages consacrés à l’art, sous
son acception la plus large – disciplines ou objets artistiques, études thématiques,
monographies, etc. D’un montant de 10 000 euros, il est entièrement financé
par Jean-Pierre Grivory, Président Directeur Général de la Société « Parfums
Salvador Dali ».
Il vient d’être attribué à
Jean-René
Gaborit
pour l’ouvrage
La Sculpture
romane
(Éditions Hazan). Ancien
conservateur général, responsable du
département de sculptures du Musée
du Louvre de 1980 à 2004, Jean-René
Gaborit a livré un ouvrage extrêmement
documenté sur les différents aspects de
la sculpture romane et de son développe-
ment dans l’ensemble de l’Europe occiden-
tale. Servi par une très riche iconographie,
cet ouvrage permet d’appréhender cette
période de l’histoire de l’art dans toute sa
complexité et son ambivalence.
u
P
rix & concours
Le Prix
Nahed Ojjeh
A
ttribué pour la quatrième année, ce Prix d’un montant de 15 000 euros
créé par Madame Nahed Ojjeh, correspondant de l’Académie des Beaux-
Arts, récompense l’œuvre d’un graveur confirmé.
Le
Prix Nahed Ojjeh 2011
a été décerné à
Philippe Mohlitz
, né en 1941 à
Bordeaux. Philippe Mohlitz a été l’élève de Jean Delpech en 1965. Il a réalisé plu-
sieurs centaines de gravures et dessins. Ses premières œuvres ont été présentées
en 1967. Souvent de grandes dimensions, et toujours ultra-détaillées, ses œuvres
ont rapidement été diffusées à une échelle internationale. Véritable chef de file
de la gravure dite « fantastique », Philippe Mohlitz s’est inspiré des œuvres de
Dürer en mettant en scène des sujets sombres et agités, ainsi que des œuvres de
Rodolphe Bresdin en choisissant de valoriser le trait et la technique.
u
La création de ce prix est venue à point pour mettre en lumière une
discipline peu valorisée de nos jours, mais qui recèle des artistes
remarquables, soucieux de maintenir vivantes des traditions séculaires en les
confrontant aux enjeux et aux techniques de la modernité.
Remis par trois fois déjà, ce prix a été définitivement attribué à la section de
Gravure. Nous remercions le Secrétaire perpétuel Arnaud d'Hauterives d'avoir
pris cette décision qui encourage et soutient notre discipline. »
Louis-René Berge
,
membre de la section de Gravure
D
écerné pour la troisième fois
cette année, ce prix a été
créé à l’initiative de Mme
Pilar de la Béraudière, en mémoire
de son grand-père Paul-Louis Weiller,
membre de l'Académie de 1965 à
1993 (section des Membres libres) et
grand mécène. Il couronnera chaque
année un sculpteur confirmé.
Il vient d’être décerné à
Arlette
Ginioux
. Après avoir suivi les
cours du sculpteur Charles Auffret
à l’Académie Malebranche, Arlette
Ginioux intègre l’Ecole Nationale
Supérieure des Beaux-Arts de
Paris où elle suit l’enseignement
Le Prix du
Cercle Montherlant
Académie des Beaux-Arts
Prix Maria
Pilar de la
Béraudière
en souvenir de
Paul-Louis Weiller
de Raymond Corbin. En 1970, elle
réalise la médaille d’Alain Bombard
(Hôtel des Monnaies), frappée avec
des coins qu’elle taille directement
dans l’acier. Elle reçoit en 1971 le
Prix Despiau-Wlérick puis participe
à plusieurs salons. En 1972, Georges
Muguet l’invite à l’Exposition de
Sculpture de Ville d’Avray, aux côtés
de Paul Cornet, Georges Hilbert, Jean
Carton… En 1981, elle prend part
avec Charles Auffret, Jean Osouf et
Roch Vandromme à l’exposition de
la galerie de Nevers, « Indépendance
et Tradition », préfacée par Patrice
Dubois. En 1987, elle est invitée
au 6
e
Salon d’Angers, présidé
par Jean Carton et inauguré par
François Mitterrand, et elle expose
à la Fondation Madame du Barry à
Versailles pour « Sculpture Française
de notre Temps ».
A l’instar de Paul Valéry, Arlette
Ginioux défend le dessin comme
une discipline à part entière, aussi
importante que la sculpture et la
peinture. Solitaire et indépendante,
elle ne sépare pas la vie de l’art...
u
En haut : Arlette Ginioux,
Eve 1
.
Photo DR
En haut : les membres du jury, Patrick de Carolis,
Membre libre, Jean-Pierre Grivory, le Secrétaire perpétuel
Arnaud d'Hauterives et François-Xavier de Samburcy de
Sorgue entourent Jean-René Gaborit.
Photo Juliette Agnel
En haut : les membres de la section de Gravure, Louis-René Berge et Erik Desmazières avec le
lauréat 2011 Philippe Mohlitz.
Photo Juliette Agnel
En haut, à gauche : Philippe Mohlitz,
Le Sommeil des Carriers
, 1973.
1...,6-7,8-9,10-11,12-13,14-15,16-17,18-19,20-21,22-23,24-25 28-29,30-31,32
Powered by FlippingBook