Hiver_2012 - page 20-21

| 21
20
|
Cooper, s’arrêtent sur des visages, des mains, des objets
de la vie quotidienne, des familles, des symboles et des
contes de fées…
Katharine Cooper est née en Afrique du Sud,
à Grahamstown. Après avoir suivi ses premiers cycles
d’études au Zimbabwe, elle quitte l’Afrique en 1999 afin
d’étudier la photographie au Royaume-Uni. Elle s’installe
en France en 2001 et intègre l’école de photographie
d’Arles dont elle a été diplômée avec les félicitations du
jury. Elle débute sa carrière aux Rencontres d’Arles
en
participant pendant plusieurs années à des expositions
collectives. Profondément touchée par ses années passées
au Zimbabwe, Katharine Cooper expose des photographies
d’un pays dont elle garde un souvenir unique. À partir de
2007, ses œuvres sont exposées dans différentes galeries
d’art dans le cadre d’expositions collectives, en 2007, avec
Véronique Coty (Picassiette) à l’Hôtel de l’Amphithéâtre
d’Arles, à la Galerie de l’Instant à Paris ou encore à la
Galerie Pascal Polar & NKA à Bruxelles. À partir de 2009,
ses œuvres sont présentées au Mas de la Chapelle à Arles
puis chez Artcurial à Paris dans le cadre de l’exposition «
Les 10 ans du Renard Pâle ». En outre, Katharine Cooper
publie des livres photographiques -
Art du Nu
Tome 3
,
Hymne au Sexe, Possession, Klitoris
- pour différentes
maisons d’édition (Editions Le Renard Pâle, Patou).
u
C
réé en 2007 à l’initiative de Marc Ladreit de
Lacharrière, membre de l’Académie (section des
Membres libres), ce prix récompense chaque année
un photographe confirmé, français ou étranger travaillant en
France, sans limite d’âge, auteur d’un projet photographique
original ; ce projet est exposé au Palais de l’Institut au cours
de l’année suivant l’attribution du prix.
Le mardi 30 octobre 2012, Marc Ladreit de Lacharrière
a proclamé
Katharine Cooper
lauréate du Prix de
Photographie Marc Ladreit de Lacharrière - Académie des
Beaux-Arts 2012, pour son projet
«
Les Blancs Africains
 »
.
Près de vingt ans après la fin de l’apartheid en Afrique du
Sud, les blancs africains restent un peuple ignoré. Le projet
photographique de Katharine Cooper est de mettre en
lumière cette minorité qui, aujourd’hui, reste dans l’oubli.
Avec ce projet, l’artiste signe un retour à la source de sa
vie :
« C’est là que je suis née. Je suis issue de cette nation.
J’ai l’ambition de faire le portrait intime de cette minorité
blanche qui perdure dans ce pays de beauté brutale. Pas de
misérabilisme, tel ne pourrait jamais être mon but car mon
âme est profondément tendre ; plutôt un regard franc et
poétique sur un peuple qui, tout comme
In The American
West
de Richard Avedon, subsiste parfois en marginalité».
L’exposition sera constituée de photographies argen-
tiques en noir et blanc. Epurées, les images de Katharine
C
e grand prix annuel, créé en 2002, est destiné
à promouvoir les jeunes organistes diplômés
des CNR, des ENM ou des Conservatoires
Municipaux de la Ville de Paris. Il porte depuis
2005 le nom de Jean-Louis Florentz, membre de
l’Académie des Beaux-Arts décédé en juillet 2004, qui
a été l’artisan du rapprochement entre l’ACSPO et
l’Académie des Beaux-Arts.
Le
Grand Prix d’Orgue Jean-Louis Florentz -
Académie des Beaux-Arts 2012
, organisé par
l’Association pour la Connaissance, la Sauvegarde et
la Promotion des Orgues du Maine-et-Loire, a été
décerné en 2012 à

David Cassan
(photo DR)
.
Né en 1989, David Cassan débute ses études
musicales au conservatoire de Caen dans les classes
de piano puis d’orgue (Premier Prix d’Orgue et Prix
de perfectionnement dans la classe d’Erwan Le
Prado). Il suit parallèlement des études d’harmonie
et de contrepoint au conservatoire d’Issy-les-
Moulineaux (Premier Prix à l’unanimité - classe
d’Isabelle Duha) ainsi qu’à l’école de musique de
Saint-Germain-en-Laye dans la classe de Pierre
Pincemaille. Il est également titulaire d’une licence
de musicologie obtenue à l’Université de la Sorbonne
Paris IV. Musicien éclectique, David Cassan a
aussi remporté un Premier Prix d’improvisation à
l’orgue au conservatoire de Saint-Maur-des-Fossés.
Il poursuit actuellement ses études en écriture et
en improvisation auprès de Thierry Escaich, Cyril
Lehn, Pierre Pincemaille et Philippe Lefebvre
au Conservatoire National Supérieur de Musique
de Paris (Prix d’harmonie et de contrepoint)
ainsi qu’au Conservatoire National Supérieur de
Musique de Lyon dans la classe d’orgue où il suit
l’enseignement de François Espinasse et Liesbeth
Schlumberger. Titulaire de l’orgue du couvent Saint
François à Paris ainsi que de celui de Notre-Dame
du Raincy, il développe aujourd’hui une carrière
de soliste et d’accompagnateur qui l’a amené à se
produire en compagnie de l’ensemble Vocalys, de
la soprano Nathalie Nicaud, du quatuor Girard, du
Chœur et Orchestre symphonique de Paris, dans de
nombreuses villes en France et à l’étranger.
u
Le Grand Prix d’Orgue
Jean-Louis Florentz
Le Prix de Dessin
de l’Académie des Beaux-Arts
Fondation Pierre David-Weill
C
réé en 1971 par Pierre David-Weill, membre de
l’Académie (1970-1975), (section des Membres
libres), ce concours est ouvert aux artistes
plasticiens de moins de 40 ans. Organisé par l’Académie
des Beaux-Arts, il est doté de trois prix.
1
er
Prix
décerné à
Clémentine Poquet
(illustration)
2
e
Prix
décerné à
Félicia Révay
3
e
Prix
décerné à
Jonathan Audin
P
rix & concours
C
e prix de sculpture figurative récompense un
artiste européen de moins de 30 ans. Ce prix de
l'Institut est attribué annuellement sur proposition
de la section de Sculpture de l’Académie des Beaux-Arts.
Décerné à
Anne-Charlotte Yver
.
Illustration :
Excavation - Objet 2 (Appareil)
, 2011.
Prix Georges Coulon
En haut : Katharine Cooper,
Danny & Tiger
.
À droite : Marc Ladreit de Lacharrière et Katharine Cooper.
Photo Thomas Raffoux
Le Prix de Photographie
Marc Ladreit de Lacharrière - Académie des Beaux-Arts
1...,2-3,4-5,6-7,8-9,10-11,12-13,14-15,16-17,18-19 22-23,24-25,26-27,28-29,30-31,32
Powered by FlippingBook