Hiver_2012 - page 30-31

| 31
C
ommunications
30
|
F
orte de nombreuses interventions menées avec succès
(7
e
et 8
e
pylônes des temples de Karnak, dans le Caire
islamique à Bab Al-Futuh, Al-Fustat et Ibn Tulun), le
ministère de la Culture de la République Arabe d’Égypte et
son Conseil suprême des Antiquités lui confient en 2005 la
lourde responsabilité de réouvrir la Pyramide à degrés de
Djéser à Saqqarah, laissée fortement endommagée par le
tremblement de terre de 1992, et de procéder à un vaste
inventaire général de l’état des structures.
La Pyramide à degrés, vieille de plus de 47 siècles, est
la plus ancienne construction en Pierre de l’histoire de
l’Humanité, la première des pyramides d’Egypte, et le
premier programme architectural connu, œuvre du génial
architecte Imhotep.
Reprenant la suite des recherches qui y ont été menées
par Jean-Philippe LAUER, la mission a réalisé la docu-
mentation, sur plusieurs campagnes, de l’intégralité des
façades et abords immédiats de la pyramide, ainsi que la
quasi-totalité des 7 kilomètres de galeries souterraines.
L
a douleur corsetée de Frida Kahlo fut une source
majeure de sa créativité : « Le sol vacille, le monde
tangue, tangue Frida ». « À la peinture, oui tous à la
peinture ! Ceux qui m’ont opérée ont fait de moi un pistolet
mitrailleur ». « J’écrase le sang frais de l’oiseau nu sur le
cœur du miroir. Pleure le miroir ! »
(1, 2)
.
Frida Kahlo fait très tôt l'apprentissage de la souf-
france : atteinte d’une poliomyélite à l’âge de 6 ans, elle est
victime d’un grave accident d'autobus à 17 ans qui lui brise
la colonne vertébrale, le bassin, les côtes. Son ventre est
transpercé par une barre de fer. En pleine effervescence
politique et culturelle du Mexique, elle devient l’indomp-
table épouse du peintre Diego Rivera. Amie de Léon
Trotski, admirée des surréalistes, Frida a peint nombre
d’autoportraits, dont
Les Deux Frida (fig. ci-dessus)
. Voici
ce double autoportrait en pied grandeur nature (173 x 173,5
cm, Musée d'art moderne, Mexico), peint en 1939, l’année
de son divorce d’avec Diego Rivera. Frida se réfugie dans
le travail et peint beaucoup. Elle s’affirme « chromophore ».
Les Deux Frida
se tiennent la main sous un ciel orageux :
-sur le portrait de gauche, Frida, blafarde, porte une
déchirure de sa poitrine exposant son cœur écorché, brisé.
Dans sa main droite, une pince clampe une veine venant
du cœur.
-sur le portrait de droite, Frida apparaît le visage coloré.
Elle porte une robe mexicaine bariolée, la
tehuana
. Son
cœur, intact, est posé devant son corsage. Frida tient dans
sa main gauche le portrait miniature de Diego.
L’œuvre de Frida Kahlo porte l’empreinte sa douleur :
La Colonne brisée
(1944) stigmatise son corset d’acier,
ou
Le Petit Cerf
(« Je suis un pauvre petit cerf ») (1946)
qu’elle commente dans son
Journal
 : « Je suis ce
cerf femelle
criblé de mille et mille flèches… Mâle et femelle, femelle
L’ensemble des résultats collectés par les scanners tridi-
mensionnels (320 millions de mesures géo-référencées),
les relevés photogrammétriques, le monitoring structurel,
les études géophysiques (gravimétriques, magnétoélec-
triques...) alimentent pour la première fois au monde de très
performants Systèmes d'Information Géographique 3D.t, et
constituent ainsi une vaste base de données tridimension-
nelle et interactive.
Celle-ci représente les fondements pour des études
structurelles approfondies, des travaux de consolidations
d’urgence et un ambitieux programme de restauration
à venir. Elle permet simultanément de réactualiser la
compréhension du programme architectural de cette vaste
nécropole souterraine, structurée et hiérarchisée dans un
espace tridimensionnel très complexe.
Les tous derniers résultats communiqués aux membres
de l’Académie, révèlent des découvertes majeures. Elles
apportent, pour la première fois, des éléments de réponses
pour expliquer les raisons d’une révolution architecturale
sans précédant, permettent de mieux saisir l’organisation
de la Cour sous le règne de ce prestigieux souverain de
l’ancien empire, et offrent des perspectives de recherches
des plus prometteuses sur les pyramides à gradins de la
troisième dynastie.
u
Bibliographie : Lauer (J.-P.),
La Pyramide à degrés -
L’architecture
, Le Caire, IFAO, 1936. Lauer (J.-P.)
L’histoire
monumentales des pyramides d’Égypte
, Le Caire, IFAO, 1962.
Baud (M.)
Djeser et la III
e
dynastie
, Ed. Pymalion, Paris,
2002. Kletnieks (J.)
Muzibas valdnieki
, Ed. Tapals, Riga, 2008.
Wilkinson (A. H.)
Early Dynastic Egypt
, Routledge, Oxon, 1999.
Grande salle des séances, le 5 décembre 2012
ou mâle… je suis Frida Kahlo ». Mélange de cruauté et
d'humour, de candeur et d'insolence, elle définit sa pein-
ture non comme une vocation mais comme une nécessité,
l’aidant à lutter contre son martyre quotidien. Cette dualité
drame-espoir se retrouve dans l’
Arbol de la esperanza
mantente firme (
1946) : Frida Kahlo s’y représente à gauche,
allongée sur un brancard avec deux cicatrices dans le dos
sous un soleil de souffrance ; à droite, sous la lune, symbole
d’apaisement (?), habillée, assise, sorte de vierge en majesté,
tenant à la main son corset, espoir de guérison.
Peu de temps avant sa mort le 13 juillet 1954, alors
qu’elle peint depuis plusieurs mois couchée avec des
miroirs au-dessus de son lit (« à l’aide de l’image du
miroir »), Frida Kahlo l’affirme : « Je ne suis pas malade. Je
suis brisée. Mais je serai heureuse de vivre aussi longtemps
que je pourrai peindre ». Sur son dernier tableau, elle a
écrit : « Viva la Vida ».
u
[1]
Le Journal de Frida Kahlo
- Carlos Fuentes,
Sarah M. Lowe, Chêne, Paris, 1995
[2]
Salomon Grimberg - Frida Kahlo Confidences
,
Chêne, Paris, 2008
Grande salle des séances, le 7 novembre 2012
Travaux récents
menés dans la
Pyramide à degrés
de Djéser
(Nécropole royale de
Saqqarah - Egypte)
Par
Bruno Deslandes
, directeur de la Mission
scientifique lettone de Saqqarah, architecte du
Patrimoine, expert auprès de l’UNESCO-WHC
Créée en 2001, la Mission scientifique lettone est haute-
ment spécialisée dans la documentation et le diagnostic
de sites patrimoniaux majeurs, classés sur la presti-
gieuse liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle
apporte une expertise rare, mais déjà reconnue interna-
tionalement, par l’apport novateur de nouvelles technolo-
gies appliquées à l’égyptologie et à l’archéologie du bâti.
Si l’on évoque la douleur dans la peinture, on
pense inévitablement à l’artiste mexicaine
Frida Kahlo, dont l’œuvre est imprégnée de
souffrance mais irradie d’une vénéneuse
beauté. Patrice Queneau l’explore avec nous,
sous l’angle de la transcendance de la douleur
par les artistes…
Douleurs et
représentation
dans l’Art
La douleur transcendée
par les artistes
Par
Patrice Queneau
, membre de l’Académie
nationale de Médecine
1...,10-11,12-13,14-15,16-17,18-19,20-21,22-23,24-25,26-27,28-29 32
Powered by FlippingBook