Hiver_2012 - page 4-5

Extrait du discours prononcé par le Secrétaire
perpétuel Arnaud d’Hauterives et intitulé 
Images
de guerre
:
La matière épique et la représentation de la guerre
sont une source essentielle d'inspiration et d'interrogation
pour les artistes, des vases grecs de l'Antiquité aux toiles
du XIX
e
siècle français en passant par les fresques de la
Renaissance italienne. En dehors du dessein politique et
des commandes officielles qui expliquent la pérennité et
la fécondité du genre, la célébration de l'exploit martial
pose en effet des problèmes de création motivants pour un
peintre. Dans une scène de bataille ou de siège, comment
saisir en mouvement, sur une surface nécessairement
limitée, des figures innombrables dans un espace
immense ? Comment exalter les vertus héroïques à travers
une esthétique de la violence qui oscille nécessairement
entre idéalisation et réalisme ? L'invention de la
4
|
| 5
Le 21 novembre, sous la Coupole de l’Institut
de France, a eu lieu la séance solennelle de
l'Académie des Beaux-Arts.
Séance publique annuelle de l’Académie des Beaux-Arts
A
u cours de cette séance, François-Bernard Michel,
Président de l’Académie des Beaux-Arts et membre
de la section des Membres libres, a rendu hommage
aux académiciens de notre Compagnie récemment disparus.
Le palmarès des nombreux prix et récompenses décernés
par l’Académie des Beaux-Arts a été proclamé par
Lucien Clergue, vice-Président, membre de la section de
Photographie.
L’Orchestre Colonne, sous la direction de Laurent
Petitgirard, a interprété des extraits de la version de 1919
(éditions Schott) de
L’Oiseau de feu
, d’Igor Stravinsky.
L’ensemble Diabolus in Musica, sous la direction
d'Antoine Guerber, nous a offert de découvrir le
Credo
,
extrait de la
Messe sicut spina rosam
de Jacob Obrecht
(vers
1457-1505). La séance s’est terminée traditionnellement
avec la
Fanfare de La Péri
de Paul Dukas.
u
A
ctualités
perspective, l'art du dessin et de la composition, les tensions
entre romantisme et réalisme permettent aux artistes, au
fil du temps, de répondre à ces questions. En marge de la
célébration de la gloire et de l'idéalisation des batailles,
d'autres regards compatissants et épouvantés se portent
cependant sur les destructions et sur les souffrances
provoquées par la guerre. Breughel, Callot ou Goya, bien
avant les artistes du XX
e
siècle, dénoncent les massacres
et refusent de donner une forme esthétique à la guerre en
représentant ce qui pourtant ne peut pas l'être, le chaos
[…]
Désormais, c'est la photographie qui met en image les
conflits. Pendant la guerre de Crimée, puis en 1870, le
dessin et la peinture témoignent encore de la guerre, la
jeune photographie exigeant de trop longs temps de pose.
Mais dès les premiers jours de la guerre de 1914, et jusqu'à
la fin du conflit, les instantanés des journaux comme
Le
Miroir
, rendent compte des explosions, des destructions,
des morts... Puis les lecteurs de
Vu, Life
ou
Regards
suivent
les combats de la guerre d’Espagne et les souffrances des
civils avec les clichés de Robert Capa, Chim ou Gerda Taro.
Et au moment de l'ouverture des camps nazis en 1945,
c'est encore la photographie qui révèle l'horreur. Toutes
ces images, malgré leur exactitude, restent cependant
insuffisantes pour montrer la réalité de la guerre. Seuls
les mots des témoins et des historiens peuvent rendre
compte de la déportation et de l'extermination, comme le
fait remarquer Laurent Gervereau. La guerre n’est pas
faite pour les images conclut-il alors que, paradoxalement,
la photographie des conflits armés les plus meurtriers
de l'histoire de l'humanité fait tristement partie de notre
quotidien depuis plus d'un siècle. »
En haut : les membres présents de l'Académie posaient pour le
traditionnel portrait de groupe. Assis, au premier rang, de gauche à
droite : Pierre Cardin, Arnaud d’Hauterives, Charles Chaynes et
Claude Parent. Au second rang : Vladimir Velickovic, Roger Taillibert,
Yves Boiret, Gérard Lanvin, Pierre-Edouard, Jean Cardot,
René Quillivic, Érik Desmazières, Claude Abeille, Régis Wargnier,
Louis-René Berge, Paul Andreu, Brigitte Terziev, Laurent Petitgirard,
Leonard Gianadda, François-Bernard Mâche, Guy de Rougemont,
Aymeric Zublena, Jacques Rougerie, Antoine Poncet, François-Bernard
Michel, Lucien Clergue, Hugues R. Gall et Yves Millecamps.
Photos Juliette Agnel
1,2-3 6-7,8-9,10-11,12-13,14-15,16-17,18-19,20-21,22-23,24-25,...32
Powered by FlippingBook