Printemps 2007 - page 15

28
29
Les éoliennes
L
e développement incontrôlé des champs d’éoliennes dans le paysage fran-
çais a conduit l’Académie de Beaux-Arts à entreprendre une réflexion sur
cette question d’actualité qui engage l’avenir de notre pays à plusieurs égards,
notamment celui de la préservation de ses paysages.
Dans le cadre de ses travaux académiques, notre Compagnie a consulté
plusieurs personnalités compétentes à divers titres et elle a écouté avec intérêt
les différents points de vues de ces spécialistes.
La synthèse de ces travaux a fait l’objet d’un livre blanc. Dans ses conclusions,
l’Académie des Beaux-Arts a souhaité d’une part faire connaître à travers
quelques propositions ses propres positions et, d’autre part, attirer l’atten-
tion de la puissance publique sur sa responsabilité face à ces implantations
proliférantes de champs d’éoliennes.
Espérant sensibiliser les décideurs d’aujourd’hui et de demain, l’Académie des
Beaux-Arts, dont il faut rappeler que la mission première est de veiller à la
défense et à l’illustration du patrimoine artistique de la France, souhaite parti-
ciper pleinement à ce débat aux enjeux si importants pour notre pays.
u
“Présumés innocents”
L
ors de sa séance du mercredi 7 mars 2007, les membres de l’Académie des
Beaux-Arts, réunis en séance plénière, ont approuvé à l’unanimité le texte
de la motion suivante relative à la mise en examen de personnalités du monde
culturel à la suite de l’exposition
Présumés innocents
en 2000 à Bordeaux :
“Les membres de l’Académie des Beaux-Arts ont été choqués par la mise en
examen d’un ancien directeur du Musée d’art contemporain de Bordeaux et
de deux commissaires d’expositions à la suite d’une exposition intitulée
Présumés innocents
traitant de la représentation de l’enfance dans l’art.
Les membres de l’Académie sont, comme l’est chaque citoyen de ce pays,
soucieux de la protection de l’enfance. Il leur semble toutefois que la mise
en cause des divers organisateurs de l’exposition
Présumés innocents
est due
essentiellement au contexte de faits divers douloureux qui a coïncidé avec
cette manifestation.
La représentation du corps humain a été de tout temps l’un des modes d’ex-
pression essentiels des artistes plasticiens, puis des photographes et des
cinéastes et il serait dangereux que cette liberté soit entravée par une censure
disproportionnée et arbitraire.
Connaissant l’intégrité et la compétence des trois
personnes incriminées dans ce dossier, l’Académie
des Beaux-Arts veut leur apporter son soutien et se
tenir à leur côté pour défendre la liberté d’ex-
pression des artistes.”
u
L’Académie des Beaux-
Arts prend position…
Création
du Prix de
Photographie
de l’Académie
des Beaux-Arts
A
fin d’accompagner la création
récente en son sein d’une section
de photographie, l’Académie des
Beaux-Arts crée un Prix de
Photographie. Sa vocation est d’aider
les photographes professionnels à
réaliser un projet significatif et à
promouvoir leur travail.
D’un montant de 15.000 euros,
il récompensera un photographe
confirmé, français ou travaillant en
France, sans limite d’âge, auteur d’un
projet photographique original qui
devra être réalisé dans l’année suivant
l’attribution du prix. Le sujet et le
mode de traitement sont libres.
Le prix sera remis sous la Coupole
lors de la séance solennelle annuelle
de l’Académie des Beaux-Arts et le
projet soutenu exposé au Palais de
l’Institut de France.
Le Prix est financé par la
“Financière Marc de Lacharrière”,
présidée par Marc Ladreit de
Lacharrière, membre de l’Académie
des Beaux-Arts.
Le règlement et le bulletin
d’inscription sont consultables sur le
site de l’Académie des Beaux-Arts,
.
Inscriptions ouvertes jusqu’au 22 juin.
_______________________
Décorations
Michel David-Weill
a été élevé à la
dignité de Grand Officier de la
Légion d'Honneur.
Le peintre
Vladimir Velickovic
a été fait chevalier de la
Légion d'Honneur.
Le compositeur
François-Bernard
Mâche
a été fait chevalier des
Palmes Académiques.
L
e premier tome en deux volumes des textes des conférences de l’Académie
Royale de Peinture et de Sculpture vient de paraître aux éditions de l’Ecole
nationale supérieure des Beaux-Arts. La publication complète et scientifique de
l’intégralité des textes des conférences est prévue sur dix années, à raison d’un
tome en deux volumes par an. Cette parution représente une entreprise patrimo-
niale, culturelle, intellectuelle, d’envergure nationale.
En effet les collections de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts détiennent
un trésor inestimable : l’intégral des manuscrits des Conférences de l’Académie
Royale de Peinture et de Sculpture (1648-1793) provenant pour la plupart du fonds
des Archives de l’ancienne Académie Royale de Peinture et de Sculpture.
Dés son arrivée à la direction de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts
en juillet 2000, Henry-Claude Cousseau a eu le projet de publier l’intégralité des
Conférences de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture. Sollicité dans ce
sens par Jacqueline Lichtenstein, professeur de philosophie de l’art à l’université
de Paris-IV-Sorbonne, et Christian Michel, professeur d’histoire de l’art à l’uni-
versité de Lausanne, deux spécialistes reconnus dans ce domaine, qui travaillaient
depuis de longues années sur l’établissement de ces textes, il a entrepris de mener
à bien une édition qui permette aux chercheurs, aux étudiants et à tous les
passionnés d’histoire et d’art d’accéder à ces textes fondamentaux.
En 2001, le Centre allemand d’histoire de l’art de Paris, en la personne de
son directeur Thomas Gaehtgens, historien de l’art spécialiste de cette période
est associé aux éditions de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts pour
contribuer activement à ce projet, avec l’aide financière de la Fondation Gerda
Henkel. Enfin, l’Académie des Beaux-Arts est elle-même sollicitée à travers son
Secrétaire perpétuel Arnaud d’Hauterives, et apporte immédiatement un soutien
sans lequel cette entreprise déterminante n’aurait pu avoir lieu.
L’édition intégrale des conférences est établie sous la direction scientifique
de Jacqueline Lichtenstein et de Christian Michel. Un comité scientifique réunit
Henry-Claude Cousseau, Thomas Gaehtgens, Jacqueline Lichtenstein, Christian
Michel, Alain Mérot, Pascale Le Thorel, Pascal Griener, Thomas Kirchner et
Marcus Kastor.
u
Les conférences de l’Académie
Royale de Peinture et de Sculpture
Publication des textes par les Editions de l’Ecole
nationale supérieure des Beaux-Arts
A
ctualités
A
ctualités
Mstislav
Rostropovitch
Notre confrère, membre associé
étranger de l’Académie des Beaux-Arts,
Mstislav Rostropovitch, est décédé le
27 avril à Moscou, à l’âge de quatre-
vingt ans. Ce musicien exceptionnel,
né en 1927, avait débuté le piano
auprès de sa mère dès l’âge de quatre
ans avant de s’initier au violoncelle
avec son père. Les plus grands
compositeurs du XX
e
siècle ont écrit
pour lui, parmi lesquels on peut citer
Leonard Bernstein, Benjamin Britten,
Dmitri Chostakovitch,
Henri Dutilleux...
Photo D.R.
Elections
Au cours de sa séance du 4 avril
dernier, l'Académie a élu deux
nouveaux membres : le sculpteur
Brigitte Terziev
et le réalisateur
Régis Wargnier
. Nous reviendrons
plus en détail sur ces deux
personnalités dans notre
prochain numéro.
_______________________
Elections de
correspondants
De nouveaux correspondants de
l’Académie des Beaux-Arts ont été
élus en 2006 :
P
EINTURE
:
Marc Jaulmes
, peintre et
Lydia Harambourg
, historienne,
critique d’art. S
CULPTURE
:
Jean Dubos
, ancien directeur de la
fonderie d’art Coubertin et
Caroline Lee
, sculpteur.
A
RCHITECTURE
:
Gilles de Bure
,
journaliste et écrivain et
Frédéric Migayrou
, écrivain,
conservateur en chef au Centre
Pompidou. G
RAVURE
:
Claude-Jean
Darmon
, graveur et
Sylvie Patin
,
conservatrice générale au musée
d'Orsay, écrivain. M
USIQUE
:
Gilles Cantagre
l, musicologue.
C
ORRESPONDANT LIBRE
:
Jean Bonna
, mécène.
1...,5,6,7,8,9,10,11,12,13,14 16,17
Powered by FlippingBook