Printemps 2008 - page 3

5
4
Dossier
Et la gravure?
Regards croisés
sur une discipline
artistique
méconnue
La gravure… Une discipline artistique méconnue, des artistes qui sont
en même temps des artisans, un genre intimiste, des techniques
diverses, un vocabulaire spécifique, un public d’amateurs et de collec-
tionneurs… et la cinquième section de l’Académie des Beaux-Arts.
Si la gravure connut dans les siècles passés des temps de gloire - elle
était alors le seul moyen de reproduction des œuvres imprimées -, elle traverse à
notre époque une période difficile, apparaissant tantôt désuète, tantôt élitiste,
produite essentiellement par des amateurs passionnés. Les causes de ce retrait de la
gravure aux confins du champ artistique sont multiples : les contraintes techniques
qu’impose sa pratique, l’étroitesse du marché, la disparition progressive des grands
collectionneurs et éditeurs d’art, la nécessité pour les artistes peintres par exemple,
qui auparavant étaient souvent aussi d’excellents graveurs, de se consacrer entière-
ment à la peinture, plus rentable que la gravure, toutes ces raisons peuvent être légi-
timement avancées. Reste que, de nos jours, la gravure connaît néanmoins un
sursaut : de plus en plus de jeunes artistes y viennent, ou y retournent, non sans la
confronter aux techniques artistiques contemporaines. Reste aussi la passion qui
anime ces praticiens jeunes et vieux, le sentiment de tension créatrice et en même
temps de plénitude qu’elle leur procure. Non la gravure n’est pas morte, il lui reste de
beaux jours à vivre si elle accepte aussi de se renouveler et de s’enrichir de ces
nouveaux regards. En écho à ce dossier, notre confrère Pierre Cardin présente, du 14
au 20 mai, une exposition réunissant les œuvres de dix-huit graveurs contemporains.
‘‘
Roger Vieillard,
Les Armes du Temps
, 1960-1987, burin et roulette sur cuivre
1,2 4,5,6,7,8,9,10,11,12,13,...17
Powered by FlippingBook