Printemps_2004 - page 12

23
22
Prix
et
concours
Prix
et
concours
L
e 16 mars 2004, l’Académie des
Beaux-Arts a décerné les Prix de
Portrait Paul-Louis Weiller 2004,
attribués cette année à des peintres.
Ce concours international a été créé en
1971 par le Commandant Paul-Louis
Weiller. Celui-ci, décédé en 1993, fut
d’abord un héros de l’aviation pendant
la 1
re
Guerre Mondiale, puis il devint un
grand industriel.
Collectionneur avisé, il fut enfin un
grand mécène et une personnalité
éminente du monde des arts.
Membre
de l’Académie des Beaux-Arts, élu en
1965, il a tenu, en créant les Prix qui
portent son nom, à susciter chez les
artistes l’intérêt et le goût pour un art
exigeant et noble, celui du Portrait, en
peinture ou en sculpture. Ses enfants
poursuivent aujourd’hui avec constance
cette action de mécénat, ce dont
l’Académie des Beaux-Arts leur est
particulièrement reconnaissante.
En 2004, selon l’alternance prévue
par le règlement du Prix, le concours
était réservé à la Peinture
,
et doté de
cinq Prix.
Sur 298 candidats inscrits, 286 ont déposé
un portrait peint, parmi lesquels 104
artistes étrangers représentant 31 pays
(Argentine, Allemagne, Belgique,
Bulgarie, Canada, Chine, Corée,
Etats-Unis, Grande-Bretagne, Italie, Iran,
Japon, Liban, Pologne, Russie, etc.).
Le Grand Prix, d’un montant de
15 245
, destiné à un peintre sans limite
d’âge, a été attribué à
Susanne Hay
,
de nationalité allemande, née en 1962 à
Bad Mergentheim (Allemagne).
D
epuis 1975, l’Académie des
Beaux-Arts organise le Grand Prix
d’Architecture, créé à l’initiative
de notre regretté confrère Henry Bernard,
nostalgique du Grand Prix de Rome sup-
primé par André Malraux en 1968.
En 2001, l’Académie des Beaux-Arts
introduit l’utilisation de l’outil informa-
tique comme moyen d’expression et la
rend même obligatoire.
Ce concours est ouvert aux étudiants en
architecture et aux jeunes diplômés euro-
péens de moins de 35 ans. Il est doté de
trois Prix. Le premier Prix (Prix Charles
Abella), appelé Grand Prix, est doté, en
2003, de 25 000
. Les deuxième et troi-
sième Prix (Prix Paul Arfvidson) sont dotés
respectivement de 10 000
et de 5 000
.
Chaque année, l’Académie choisit un
thème d’actualité, et conçoit un pro-
gramme afin de mettre en situation les
candidats en leur demandant de conju-
guer imagination et connaissances tech-
niques. Le thème retenu pour le concours
2003 était : “
Le musée de l’histoire de
l’homme à travers le monde
”. Situé au
bord de la Seine, sur le site du futur
musée des Arts Premiers.
Le concours a été lancé le 27 mars 2003.
86 concurrents se sont inscrits, dont 13
étrangers européens (25 architectes et 61
étudiants). 30 candidats ont déposé une
esquisse, tous français (3 architectes et 27
étudiants). Le jury, constitué par les
membres et les correspondants de la sec-
tion d’Architecture, a sélectionné, le 16
juillet 2003, 17 concurrents (2 architectes
et 15 étudiants), qui ont participé à une
montée en loge de 20 heures, le 14
novembre 2003. 6 concurrents (1 archi-
tecte et 5 étudiants) ont été retenus le 25
novembre 2003 pour réaliser le projet
définitif. Le 28 janvier 2004, le jury,
constitué des membres et des correspon-
dants de la section d’Architecture, que j’ai
eu le plaisir de présider, a classé les
trois premiers candidats. Ce classement a
été soumis à l’ensemble des membres
de l’Académie des Beaux-Arts, qui l’a voté
à l’unanimité.
Premier Grand Prix d’Architecture
2003 :
Alban Simonet
, étudiant, né en
1975 à Montreuil sous Bois, élève de Jean-
Louis Latour à l’Ecole EAPVS en 3
e
cycle.
Le parti général affirmé est conforme à
l’esquisse et répond aux exigences requises
d’usage, d’identité, d’insertion urbaine et
de fonctionnement. La relation entre la
Seine et le quartier est bien traitée ; la
recherche structurelle des espaces a une
réelle qualité lyrique. Enfin, les circulations
sont organisées de manière rationnelle
.
Deuxième Prix 2003 :
Cyrille Réfaut
,
étudiant, né en 1973 à Yaoundé
(Cameroun), élève de Jean-Louis Nouvian
à l’Ecole EAPVS en 3
e
cycle.
L’expression
très plastique du plan témoigne d’une
grande habileté. Les façades expriment
bien le caractère de musée. Les circula-
tions, par contre, manquent de clarté et la
relation entre la Seine et le quartier n’est
pas évidente.
Troisième Prix 2003 :
Benjamin
Chanu
, étudiant, né en 1978 à Orsay,
élève de Jean-Louis Latour à l’Ecole
EAPVS en 2
e
cycle.
Le programme est
développé de manière satisfaisante. Le
mélange de matériaux structurants est mal
maîtrisé et les volumes morcelés manquent
de dominante.
L’Académie des Beaux-Arts a confié à
Olivier Bouet, enseignant-chercheur à
l’EVCAU
(Espace
Virtuel
de
Communication en Architecture et
Urbanisme) de l’Ecole d’Architecture
de Paris-Val de Seine, une mission de suivi
informatique du concours.
L’exposition des projets des finalistes,
ouverte du 29 janvier au 5 février, a
accueilli plus de 1500 visiteurs.
L’organisation de ce Grand Prix n’est
possible que grâce au partenariat établi
avec les constructeurs de matériel, les édi-
teurs de logiciels et les techniciens pré-
sents pendant l’épreuve pour veiller au
bon fonctionnement de l’ensemble.
La Société Hewlett-Packard a prêté
gracieusement à l’Académie un matériel
de haute qualité, et chaque candidat a
pu disposer des logiciels les plus utilisés
par les architectes et les étudiants en
architecture,
mis à leur disposition par
les éditeurs (Abvent, Aca, Arc Plus,
Autodesk, Bentley,
Discreet, Eurostudio
et Nemetschek).
Enfin, la Société Hewlett-Packard par-
ticipe à la dotation du Grand Prix en
offrant aux trois lauréats un matériel infor-
matique professionnel.
Ce Grand Prix apporte aux lauréats,
outre la gratification matérielle, le pres-
tige et la reconnaissance.
Michel Folliasson,
membre de la section d’Architecture
Grand Prix d’Architecture 2003
Le 29 janvier 2004, a eu lieu la proclamation officielle des résultats
du Grand Prix d’Architecture 2003 de l’Académie des Beaux-Arts.
Prix de portrait Paul
-Louis Weiller 2004 en peinture
Le deuxième prix, d’un montant de
6 861
, destiné à un artiste de moins
de 35 ans, a été décerné à
Emmanuelle Pérat
, de nationalité
française, née en 1970 à Toulouse.
Le troisième prix, d’un montant de
3 812
, également destiné à un artiste
de moins de 35 ans, a été décerné
à
Rosamond Lamb
, de nationalité
américaine, née en 1973 à
Sandwich (Etats-Unis).
Les deux autres prix, dits “Prix spéciaux
du jury”, d’un montant de 2 287
chacun, ont été attribués à
Alexeï Machina
, de nationalité russe,
né en 1966 à Douchambé Tadjikistane
(Russie).
Et, pour le prix destiné à un peintre
n’ayant pas atteint 25 ans,
à
Reda Abdallah
, de nationalité
franco-libanaise, né en 1979 à
Beyrouth (Liban).
Outre ces cinq artistes récompensés,
25 œuvres dont 8 d’artistes étrangers
ont été retenues pour participer à
l’exposition qui s’est tenue du 1
er
au
9 avril, au Palais de l’Institut,
salle Comtesse de Caen.
On trouvera tous les résultats
du concours ainsi qu’un reportage
photographique sur le site internet
de l’Académie des Beaux-Arts :
De haut en bas et de gauche à droite :
œuvres de Susanne Hay,
Emmanuelle Pérat
et Rosamond Lamb
Ci-dessous : projet d’Alban Simonet,
Premier Grand Prix d’Architecture 2003.
1...,2,3,4,5,6,7,8,9,10,11 13
Powered by FlippingBook