Printemps_2005 - page 12

Ci-contre : Honoré Fragonard,
Le Cavalier de
l’Apocalypse
, écorché en cire, 1766-1771.
11
voire participent, des étudiants des Beaux-Arts qui reçoivent
dans leurs propres écoles un enseignement spécifique.
On ne peut passer à la révolution suivante sans scruter les
enjeux et conséquences, positives ou négatives, de la récu-
pération par les arts plastiques de cette anatomie scientifique.
Enjeux politico-financiers
Après Léonard, Michel-Ange et leur mécénat papal, avant
Rembrandt, ses mécènes chirurgiens et tant d’autres qui
bénéficieront heureusement et légitimement de commandes,
l’œuvre de Vésale illustre les enjeux de l’anatomie introduite
dans les arts plastiques. Sa
Fabrica
, souligne Christine
Heilmann, présente un savoir au destin de pouvoir.
Pouvoir personnel : elle est dédiée au “divin Charles
Quint”, dont Vésale attend d’être nommé premier
médecin ; pouvoir médical : l’ouvrage veut
restaurer l’art médical et le rendre aux
médecins et chirurgiens, attardés à l’enseigne-
ment oral d’Aristote et de Galien (celui-ci
n’avait disséqué que des animaux), qui aban-
donnaient la pratique aux barbiers
ou apothicaires ; pouvoir
politique enfin :
la réalisation
du livre par un
trio hollando-
suisse et son édition
à Bâle plutôt qu’à
Venise, est significatif.
Au-delà de l’anatomie,
à la recherche
d’une forme nue
Antoine Poncet
Membre de la section de Sculpture
Je dois, pour faire comprendre mon rapport à
l’anatomie dans ma pratique de la sculpture,
parler de mon père Marcel qui, m’ayant conduit dans la
connaissance et l’admiration de l’art du passé, m’a
cependant permis d’éviter une recherche trop
respectueuse de l’anatomie et de la figuration.
Il ne voyait, dans ses vitraux représentant prophètes ou
autres formes de sa foi, que la force expressive des
accords de couleurs, des valeurs englobées dans un
dessin vigoureux séparant les équilibres pour les
valoriser. C’est dans cette difficulté, souvent
dramatique, qu’il atteint la vérité poignante de ses
réalisations de peintre-verrier.
Là est la source de ma propre recherche plastique.
Pénétrer à l’intérieur en oubliant l’enveloppe
figurative, ne pas s’arrêter à la dissection des corps
nécessaire à la connaissance scientifique mais inutile
à l’artiste !
Comment poursuivre, une fois écartés ces magnifiques
moteurs ayant apporté la beauté à tant d’œuvres
magnifiques de l’art du passé ?
Oui, comment poursuivre devant une forme nue ayant
écarté l’apparence, le détail anatomique et les autres
artifices accrocheurs ? Comment la justifier,
justifier la poursuite prétentieuse pour un
créateur de ces formes nues sans apparence de
vie anecdotique ?
Là est l’immense audace qu’il faut assumer après
avoir reconnu les innombrables échecs passés. Puis il
faudra tenter toujours au-delà de ceux-ci quelques
réussites futures dues à l’acharnement obstiné, au
hasard et autres mystères indéchiffrables !
Perfuser les formes pour les remplir de poésie, de
mystère, de ferveur, faire ressentir à un espéré regard
curieux et tolérant l’invisible spirituel, celui qui existe
dans les profondeurs les plus grandes aussi bien que les
plus petites particules matérielles issues de la nature,
des corps humains et de leurs anatomies qui un jour
redeviennent poussière en retrouvant la Terre-Mère !
Le métier, la culture, l’intelligence n’ont plus rien à
dire, ni à voir à ce moment, seule la sensibilité lucide
s’y retrouve !
Dossier
1...,2,3,4,5,6,7,8,9,10,11 13,14,15,16,17,18,19,20,21,22,...28
Powered by FlippingBook