Printemps_2012 - page 16-17

| 17
16
|
Nadine Eghels : Comment est née
cette Cité du design ?
Ludovic Noël : La Cité repose sur l’École, qui depuis plus
de 150 ans a contribué au développement du territoire et a
formé des artisans requis par l’industrie. La Cité du design
a été créée en 2005, et est devenue un établissement public
regroupant Cité, École et Biennale (laquelle avait été créée
par l’École dès 1998) en 2009.
N.E. : Quel en est le projet ?
L.N. : Le projet est d’accompagner les entreprises qui
souhaitent intégrer le design. Souvent le design est encore
perçu comme relevant de l’esthétique, voire du luxe... il
s’agit d’aider les industriels à se l’approprier. Cela part de
l’observation des usagers, qui permet ensuite de proposer
des objets techniques et utilitaires appropriés. La Cité est
conçue comme un pôle de recherche, avec 20 programmes
différents financés à la fois par les subventions publiques et
par des groupes du CAC 40. Notre laboratoire d’observation
des usagers permet de suivre l’évolution des pratiques
et d’être au plus près des besoins du public. Par ailleurs
nous visitons les entrepreneurs afin de les sensibiliser, et
de les conseiller au mieux dans leur démarche. Il s’agit de
comprendre leurs besoins, de définir un cahier des charges,
de les mettre en contact avec des designers, enfin de les
accompagner dans leur choix et dans leur commande. Les
entreprises les plus innovantes viennent spontanément
vers nous, les plus traditionnelles sont approchées à travers
D
ossier
N°111
Composée de
Sophie Françon
,
Jennifer Julien
et
Grégory Peyrache
, deux designers et un architecte, l’agence N°111
revendique une démarche globale, sensible aux formes et aux matières, ne
se limitant pas à une échelle, une méthode, ou une discipline. Le bureau
N°111 se veut avant tout un observateur du quotidien qui interroge notre
cadre de vie et propose une création collective, établie sur une réflexion
et une écriture commune. Chaque projet tente d’imbriquer étroitement
la conception et le processus de fabrication. N°111 conçoit des projets
divers et variés, dans les champs de l’objet, du mobilier, de l’architecture,
de l’aménagement d’espace et de la scénographie. Il développe ses activités
dans la région Rhône-Alpes, en mobilisant les ressources industrielles et
artisanales locales, et s’expose régulièrement à Paris.
S
o
far
so good
Composé de
Flora Commaret
(designer
graphique),
Romain Delambily
(illustrateur et designer graphique)
et d’
Allan Durand
(programmeur et web designer), le studio So far
so good exprime sa créativité à travers les multiples supports du design
graphique, que ce soit l’édition (livre-objet, monographie, catalogue,
magazine, affiche, logo, papeterie... ), la typographie ou les médias
numériques (site web, installation... ).
A travers la création de leur société, les membres de So far so good ont
réuni leurs compétences sur des projets pluridisciplinaires, requérant
les savoir-faire du design graphique et du numérique. Ils conçoivent
des applications innovantes adaptées aux technologies du futur et aux
nouveaux supports d’information et de communication.
La Cité du design
La Cité du design est le fruit du développement de
l’enseignement du design sur son territoire et du
succès croissant de la « Biennale Internationale
Design Saint-Étienne ». Plateforme d’exploration
des mutations sociales, de développement
économique, de recherche par et sur le design,
elle propose des activités dédiées à chaque public.
Rencontre avec
Ludovic Noël
, directeur
De la théorie à la pratique
Rencontre avec de jeunes designers
issus de l'ESAD de Saint-étienne
différents relais, comme les chambres de commerce. Nous
organisons pour elles des ateliers de sensibilisation. Nous
proposons ce service depuis deux ans et demi, et il y a
beaucoup de demandes !
N.E. : Comment concevez-vous votre mission ?
L.N. : Avant tout comme une mission de service public de
développement territorial. Les entreprises qui font appel à
nos conseils ne paient pas, sauf s’il s’agit d’une recherche
spécifique. La phase de mise en relation est cruciale, car les
designers ne sont pas accoutumés à travailler avec des PME.
Il s’agit de susciter la demande. Nous intervenons aussi pour
des collectivités locales de l’agglomération de Saint-Étienne,
en mettant un designer à leur service, par exemple pour la
rénovation des écoles : un designer les accompagne et les aide
à concevoir les objets qui vont améliorer leur quotidien. Ce
design de service est plus important pour nous que le design
de produits, car il a un impact direct sur la vie collective et
forme les générations futures à la nécessité du design.
u
En haut et au centre : le site de la Cité du design
(photo Agence Lin)
et la salle d'exposition intégrée au bâtiment futuriste « La Platine »
(photo CM Pezon).
En haut, à droite : vues de la « Biennale Internationale Design
Saint-Étienne » dont la 8
e
édition aura lieu du 14 au 31 mars 2013.
Photos P. Grasset.
à gauche : la lampe de table
Olive
conçue par
l'agence N°111, Edition Cinna-Ligne Roset.
Photo DR
.
Ci-dessous : travaux de l'agence So far so good.
Couverture de la plaquette de présentation de l’école
Supérieure de commerce de Saint-Étienne
(photo Benoît
Maharaux)
, et page extraite de l'application musicale
Incredibox
, accessible sur internet.
1,2-3,4-5,6-7,8-9,10-11,12-13,14-15 18-19,20-21,22-23,24-25,26-27,28-29,30-31,32
Powered by FlippingBook