photo-exposition-del-duca
Expositions
Du
Au

Lauréats du prix de peinture de la Fondation Simone et Cino Del Duca

Actualité

L'Académie des beaux-arts accueille au Pavillon Comtesse de Caen, du 18 juin au 9 août, une sélection d'œuvres de Guillaume Bresson, Damien Deroubaix, Pierre Monestier, Tursic & Mille, lauréats des Prix artistiques en peinture de la Fondation Simone et Cino Del Duca, décernés récemment sur proposition de l'Académie.

Le commissariat de cette exposition a été assuré par la section de peinture de l’Académie des beaux-arts composée de Pierre Carron, Guy de Rougemont, Yves Millecamps, Philippe Garel, Jean-Marc Bustamante, Gérard Garouste, Fabrice Hyber et Catherine Meurisse.

 

 

Guillaume Bresson

Né à Toulouse en 1982, Guillaume Bresson vit et travaille à New York (États-Unis). Diplômé de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, Guillaume Bresson reçoit les Félicitations du Jury lors de sa sortie d’école en 2007. Son travail questionne la mise en scène de la réalité sociale en peinture. Il est révélé au grand public lors de l’exposition Dynasty au Palais de Tokyo et au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris en 2010 – année où il reçoit également le Prix Sciences-Po pour l’art contemporain.
L’œuvre de Guillaume Bresson a depuis été présentée dans de nombreuses institutions internationales à l’instar de la Kunsthalle de Karlsruhe (Allemagne, 2011), la Biennale de Curitiba (Brésil, 2011), le Musée de Perm (Russie, 2012), l’Institut du Monde arabe à Paris (2015), la Collection Lambert à Avignon (2015), le ArtSpace Boan à Séoul (Corée du Sud, 2016), la Fondation d’entreprise Ricard à Paris (2018), le French Institute Alliance française à New York (2019) et le Couvent des Cordeliers à Toulouse (2020).
Guillaume Bresson est invité en 2015 par Olivier Py, directeur du Festival d’Avignon, à concevoir l’affiche du festival et a bénéficié d’une exposition personnelle au sein de l’Eglise des Célestins.
En 2017, il reçoit le prix Pierre Cardin de l’Académie des beaux-arts dans la section peinture. En 2019, sa première exposition personnelle a lieu aux États-Unis sur une invitation du French Institute Alliance Française à New York.
Guillaume Bresson est représenté par la Galerie Nathalie Obadia, Paris/Bruxelles, depuis 2010.

 

Guillaume Bresson
Guillaume Bresson, Sans titre, 2010
Courtesy Galerie Nathalie Obadia, Paris / Bruxelles
Crédit photo : Bertrand Huet / Tutti image 

 

Guillaume Bresson
Guillaume Bresson, Sans titre, 2019
Courtesy Galerie Nathalie Obadia, Paris / Bruxelles
Crédit photo : Bertrand Huet / Tutti image 


Damien Deroubaix

Né en 1972 à Lille, Damien Deroubaix a étudié à Saint-Etienne et en Allemagne (Karlsruhe, 1998). Depuis 2003, son travail a été exposé dans de prestigieuses institutions européennes et a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles, particulièrement en Suisse et en Allemagne. Il a effectué de longs séjours à l’étranger, notamment lors des résidences au Künstlerhaus Bethanien à Berlin (2005) et à l’ISCP à New York (2008). En 2009, il est nommé au Prix Marcel Duchamp. Ses œuvres font partie des plus grandes collections nationales (le Musée d’art Moderne de la Ville de Paris, le Centre Pompidou à Paris, le MAMC de Strasbourg, les Frac Midi-Pyrénées, Limousin et Basse Normandie, le CNAP et le Musée du dessin et de l’estampe originale de Gravelines) et internationales (le MoMA à New-York, le Mudam Luxembourg, le Saarlandmuseum en Allemagne, le Museu Coleçao Berardo de Lisbonne, l’Albrecht-Dürer-Haus-Stiftung en Allemagne et le Kunstmuseum St Gallen en Suisse).
La pratique artistique de Damien Deroubaix est marquée par une grande diversité de formes et de techniques : peinture à l’huile, aquarelle, gravure, tapisserie, panneaux de bois gravés, mais aussi sculpture et installation. Ses peintures font très souvent référence à des thèmes apocalyptiques.
Il vit et travaille à Meisenthal.

Damien Deroubaix
Damien Deroubaix, Augustine, 2019, huile et collage sur toile, 200 x 150 cm, © Thomas Lannes - Adagp, Paris, 2020, courtesy de l’artiste et galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

 

Damien Deroubaix
Damien Deroubaix, La branche, 2019, huile et collage sur toile, © Thomas Lannes, Adagp, Paris, 2020, courtesy de l’artiste et galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris


Pierre Monestier

Né en 1963 à Saint-Quentin dans l’Aisne, Pierre Monestier vit à Nesle dans la Somme puis à Brunoy en Essonne. Il arrive à Paris en 1971. Il pratique le dessin plus que toute autre activité. En 1982, il entre à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de dessin de Férit Iscan dont il sort diplômé en 1985.
De 1985 à 1998, il abandonne peu à peu la figuration et s’initie à la peinture à l’huile sur des moyens formats, influencé par l’expressionnisme abstrait et d’autres mouvements informels. Durant cette période et jusqu’en 2003, il exerce plusieurs métiers dans la rénovation et la décoration d’appartement, l’architecture intérieure, le décor de cinéma, la copie et l’enseignement du dessin.
Il revient progressivement à la figuration à partir de 1999. Il exerce le seul métier de peintre depuis 2004. Depuis 2006, il travaille successivement avec les galeries Artegalore, Detais et Lyle O Reitzel et intervient régulièrement à l’association La Source à partir de 2007. Il s’installe à Marseille en 2011.

Pierre Monestier
Pierre Monestier, Histoire sans paroles n°2, 2007

 

Pierre Monestier
Pierre Monestier, Nouvelle espèce, 2007


Tursic & Mille

Depuis le début de leur œuvre commune au début des années 2000, les peintures de Tursic & Mille (nés en 1974 respectivement à Belgrade et à Boulogne-sur-mer) interrogent, à travers la question de la peinture, de son support et de son sujet, celle de la reproduction du réel et de la circulation de ses représentations. Dans leur œuvre, Tursic & Mille questionne le spectateur sur le pouvoir de la peinture et sa capacité à transcender le réel.
Leurs peintures, aquarelles et sculptures « recyclent », généralement en séries, des images préexistantes extraites de magazines, de films, de sites internet ou d’autres médias.
Celles-ci sont recomposées par ordinateur puis repeintes sur un support traditionnel de toile, ou récemment de bois découpé ou encore de papier.
Tursic & Mille représentent des scènes où se côtoient le glamour, la pornographie, la nature morte, le paysage, la publicité ou des extraits de film, dans une volonté d’abolition de toute hiérarchie entre les sujets. Les sujets de leurs tableaux explorent les possibilités infinies de la couleur.Ils vivent et travaillent dans le Sud de la France.

Tursic & Mille
Tursic & Mille, Paysage vert et encadré, 2019, huile sur bois, courtesy of the Artists and Almine Rech

 

Tursic & Mille
Tursic & Mille, Kurt and Courtney, 2016, huile sur bois, courtesy of the Artists and Almine Rech


Informations pratiques

Pavillon Comtesse de Caen - 27 quai de Conti - Paris 6e
Mardi au dimanche, 11h à 18h
Entrée libre