Claude-Jean Darmon

Gravure
Élu(e) le

Correspondant de l'Académie des beaux-arts

Le
Portrait de Claude-Jean Darmon

Dessinateur et graveur sur cuivre né le 25 décembre 1934, Claude-Jean Darmon a été élu ‘’Correspondant de l’Institut ‘’ le 29 novembre 2006 (Section ‘’Gravure’’ de l’Académie des Beaux-Arts).

Auteur d’articles et de conférences sur l’esthétique, l’histoire et les techniques de l’estampe, concepteur des cycles d’expositions ‘’Le Signe et la Marge’’, membre du ‘’Comité National de l’Estampe’’ (B.N.F.), Président de la ‘’Section Gravure du Salon d’Automne’’, Vice-Président de ‘’Gravure Contemporaine’’, son itinéraire est ponctué d’expositions personnelles et collectives à Londres, Erlangen, Genève, Prague, Bratislava, Madrid, Moscou, Tokyo, Varsovie, Katowice, Paris et en province.

Ses dessins et gravures ont fait l’objet d’acquisitions par le ‘’Fonds National d’Art Contemporain’’, le ‘’Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris’’, le ‘’Département des Estampes de la B.N.F.’’ ainsi que par neuf musées de province.

 

Démarche

"Parfois ma pointe-sèche laboure plus ou moins profondément sur presque toute l’étendue de la plaque, scandant les noirs jamais ébarbés, modulant les demi-teintes dans une tessiture bien tempérée, épargnant pauses et ponctuations blanches, attentes silencieuses et sources de lumières. Ailleurs, le discours graphique s’épure et se resserre en écritures circonscrites sur un fond presque immaculé, articulant trois micro-structures principales de gris timbré comparables aux trois voix d’une fugue. Deux conceptions de l’espace qui préludent en alternance à la réalisation de mes estampes, à partir d’une esquisse initiale spontanée et en un mouvement progressif de densification des valeurs. Leur intensité, intuitivement conçue et tactilement pressentie avant d’être visuellement perçue, est en quelque sorte proportionnelle au degré de pénétration de l’outil. Chaque poussée de l’outil dans le cuivre, ample ou ténue, est une décharge émotive apte à vaincre sa résistance. " (Extrait d’un article de Claude-Jean Darmon intitulé ‘’De la pointe-sèche’’ paru en mars 1996 dans le numéro 145 des Nouvelles de l’Estampe (B.N.F.)

 

"Comme certaines de mes pointes-sèches d’hier ou d’aujourd’hui mais avec plus de fluidité et moins de densité, les lavis d’encre de Chine articulent trois valeurs de gris comparables aux trois voix d’une fugue. Ils se distinguent des pointes-sèches surtout en raison de leurs accentuations géométriques. 

Les graphismes à la plume révèlent une géométrisation des formes plus accusée encore, aux antipodes de l’esthétique de suggestion de certains de mes dessins à connotation onirique dont la qualité de texture disparaît à l’écran. 

Mes différentes manières n’obéissent pas à une évolution chronologique irréversible. Elles ressurgissent ponctuellement en leitmotiv. (2016) "

Œuvres