Marc Barani

Architecture
Élu(e) le
Prédécesseur
Né(e) à
Menton
Le
Portrait de Marc Barani

Après avoir étudié l’architecture et la scénographie, Marc Barani complète sa formation par des études d’anthropologie qui l’ont conduit notamment un an au Népal. En 1992, il reçoit sa première commande publique, avec l’extension du cimetière de Saint-Pancrace, à Roquebrune-Cap-Martin.
En 2008, il reçoit le prix de l’Équerre d’argent du Moniteur pour la gare des tramways de Nice ; il est avec ce même projet, finaliste du prix Mies van der Rohe en 2009. Il réalise en 2010 le Pont Renault de l’Ile Seguin et en 2011 le Pont Éric-Tabarly à Nantes. En 2013, il est lauréat du Grand Prix National de l’Architecture.
En 2018, il reçoit la Grande Médaille d’Or décernée par l’Académie d’Architecture qui salue son approche transversale de l’architecture, du paysage et de l’urbain associée à un sens scrupuleux du détail constructif.

De 2015 à 2017, Marc Barani s’est impliqué, pour le Ministère de la Culture, dans l’élaboration de la nouvelle Stratégie Nationale pour l’Architecture.
Son équipe est pluridisciplinaire et réunit selon les projets, architectes, scénographes, designers et paysagistes. L’Atelier travaille sur des projets de taille et de nature très différentes, comme des équipements culturels, des bâtiments d’enseignement, des logements, des bureaux, des infrastructures de transport, des ouvrages d’art. Marc Barani a enseigné l’architecture de 1993 à 2003 et donne régulièrement des conférences en France et à l’étranger.
 

Ses actualités

Du 
 au 

Exposition Un paysage de l'excellence. Trois figures de l'architecture française à la Cité de l'architecture consacrée à Frédéric Borel, Marc Barani, et le duo Jean Marc Ibos & Myrto Vitart, chacun distingué par le « Grand Prix National de l'architecture ».