Adrien Goetz

Membres libres
Élu(e) le
Prédécesseur
Né(e) à
Caen
Le
Portrait d'Adrien Goetz

Né en 1966, Adrien Goetz, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, docteur en histoire de l’art, enseigne à la faculté des lettres de Sorbonne-Université. Ses recherches universitaires concernent surtout l’époque romantique et le cercle d’Ingres et de ses élèves.
Il est l’auteur de nombreux romans qui ont souvent trait à l’art, La Dormeuse de NaplesIntrigue à l’anglaiseVilla Kérylos
Il a reçu le prix François-Victor Noury décerné par l’Académie française, le prix Roger Nimier,le prix des Deux Magots, le prix Arsène Lupin de littérature policière. Il a été durant dix ans le secrétaire général puis le vice-président de l’association Patrimoine sans frontières. Il a écrit dans plusieurs titres de presse et tient une chronique hebdomadaire intitulée « Les Arts » dans Le Figaro.
Il est le directeur de la rédaction de Grande Galerie, le Journal du Louvre.

Adrien Goetz est Chevalier de la Légion d'Honneur, Chevalier de l'Ordre National du Mérite et Commandeur des Arts et Lettres.

Epée d'Adrien Goetz

Symboles de l'épée

L’épée d’Adrien Goetz est un souvenir de famille, une épée d’officier d’Etat-Major du XIXe siècle qui a appartenu à un de ses ancêtres et qui lui a été offerte par son grand-père comme cadeau d’anniversaire pour ses dix ans. En mémoire de Pierre Dehaye, qui fut directeur des Monnaies et Médailles, auquel Adrien Goetz succède, c’est Monsieur Joaquin Jimenez, héritier de la longue tradition des graveurs généraux de la Monnaie de Paris, qui a gravé cette épée à son nom en y ajoutant l’ornement d’une branche d’olivier, symbole de l’Institut de France.

Constance Guisset, dont les créations ont fait l’objet l’an dernier d’une exposition monographique au Musée des Arts décoratifs, a dessiné un porte-épée de cuir qui permet de porter au côté cette arme symbolique.

Ses actualités

Le 

Ecrit Adrien GoetzParution de la nouvelle Les Constellations de Varengeville (collection Cartels) à l'occasion de l’exposition Miro au Grand Palais.