Election Carolyn Carlson, académie des beaux-arts
Élections

Election de Carolyn Carlson

Actualité

Au cours de la séance plénière du mercredi 2 décembre 2020, l’Académie des beaux-arts a élu Carolyn Carlson au fauteuil IV de la section de chorégraphie. Cette élection sera soumise dans les prochains jours à l’approbation de Monsieur le Président de la République, protecteur de l’Académie.
La section de chorégraphie est ainsi désormais composée de 4 membres : Thierry Malandain, Blanca Li, Angelin Preljocaj et Carolyn Carlson.

 


 

Carolyn Carlson
© Jean-Louis Fernandez

Née en Californie en 1943, Carolyn Carlson se définit avant tout comme une nomade. De la baie de San Francisco à l’Université d’Utah, de la compagnie d’Alwin Nikolais à New York à celle d’Anne Béranger en France, de l’Opéra de Paris au Teatrodanza La Fenice à Venise, du Théâtre de la Ville à Helsinki, du Ballet de l’Opéra de Bordeaux à La Cartoucherie de Paris, de la Biennale de Venise à Roubaix, Carolyn Carlson est une infatigable voyageuse, toujours en quête de développer et faire partager son univers poétique.

Héritière des conceptions du mouvement, de la composition et de la pédagogie d’Alwin Nikolais, elle est arrivée en France en 1971. Elle a signé l’année suivante, avec Rituel pour un rêve mort, un manifeste poétique qui définit une approche de son travail qu’elle n’a pas démenti depuis : une danse assurément tournée vers la philosophie et la spiritualité.

Au terme « chorégraphie », Carolyn Carlson préfère celui de « poésie visuelle » pour désigner son travail. Donner naissance à des œuvres témoins de sa pensée poétique, et à une forme d’art complet au sein de laquelle le mouvement occupe une place privilégiée.

Depuis quatre décennies, son influence et son succès sont considérables dans de nombreux pays européens. Elle a joué un rôle clef dans l’éclosion des danses contemporaines françaises et italiennes avec le Groupe de Recherches Théâtrales de l’Opéra de Paris et le Teatrodanza à La Fenice. Elle a créé plus d’une centaine de pièces, dont un grand nombre constituent des pages majeures de l’histoire de la danse, de Density 21,5 à The Year of the horse, de Blue Lady à Steppe, de Maa à Signes, de Writings on water à Inanna. En 2006, son œuvre a été couronnée par le premier Lion d’Or jamais attribué à un chorégraphe par la Biennale de Venise.

Fondatrice de l’Atelier de Paris-Carolyn Carlson à La Cartoucherie en 1999, elle a été, de 2004 à 2013, directrice du Centre Chorégraphique National Roubaix Nord-Pas de Calais et artiste associée au Théâtre National de Chaillot de 2014 à 2016 avec la Carolyn Carlson Company. En 2017, en parallèle du cœur d’activité de la compagnie axé sur la diffusion, de nouvelles formes de créations voient le jour : une exposition, un long-métrage… En 2019, la chorégraphe obtient la nationalité française.