François-Bernard Mâche

Composition musicale
Élu(e) le
Prédécesseur
Né(e) à
Clermont-Ferrand
Le
Portrait de François-Bernard Mâche

Né en 1935 à Clermont-Ferrand dans une famille de musiciens depuis trois générations, François-Bernard Mâche a durant toute sa vie mené parallèlement deux carrières universitaire et musicale. Après une première formation dans sa ville natale (prix de piano et d’harmonie), il est reçu en 1955 au concours de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm dans la section des Lettres. Il y passe quatre années jalonnées par :
• un Diplôme d’Études Supérieures d’archéologie grecque et son premier concert public au Festival de Bilthoven aux Pays-Bas en 1957,
• dans la même année 1958 : une Agrégation de Lettres classiques et la participation à la création du Groupe de Recherches Musicales de P.Schaeffer, ainsi que l’entrée dans la classe d’Olivier Messiaen au Conservatoire.
• un poste de Chargé de cours d’Histoire de l’Art antique à la Sorbonne et un Prix de Philosophie de la Musique en 1960.
Au retour de deux années où il sert comme sous-lieutenant en Algérie, il est professeur de Lettres classiques au Lycée Pasteur à Neuilly, puis à Louis-le-Grand à Paris jusqu’en 1983. Titulaire d’un Doctorat d’État de musicologie en 1980, il est alors nommé Professeur d’Université à Strasbourg, où il dirige pendant une dizaine d’années le département Musique. Il y crée le centre Primus, première formation en France de « Tonmeister ». En 1993, il est élu Directeur d’Études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.
Parallèlement à une intense activité d’écrivain, avec des articles de critique à la NRF, des traductions de grec moderne, et plusieurs ouvrages de réflexion, il poursuit une carrière internationale de compositeur. Il est invité d’abord en 1965 par Hermann Scherchen dans son studio de Gravesano en Suisse, puis dans une trentaine de pays tels que la Pologne, l’
Iran, la Finlande, la Grèce, Israël, le Japon, l’Argentine, les Etats-Unis, la Chine, le Mexique, la Corée etc.. Ses oeuvres orchestrales ont été dirigées, entre autres, par Hiroyuki Iwaki, Witold Rowicki, Roger Albin, Charles Bruck, Michael Gielen, Esa-Pekka Salonen, Gustavo Dudamel.

Parmi les multiples explorations esthétiques auxquelles il s’est intéressé figurent les modèles linguistiques. Dès 1959, il a transposé instrumentalement la structure phonétique d’un poème grec dans Safous Mélè. Il a aussi fait œuvre de pionnier dans Le son d’une voix en 1964, avec son usage de l’analyse par sonogrammes pour élaborer une écriture instrumentale, préfigurant l’école dite « spectrale ». Depuis, il a exploité le potentiel musical d'une quarantaine de langues ou rares ou éteintes, et proposé des méthodes d’analyse structurale inspirées par ses études linguistiques.
Un autre intérêt récurrent dans ses œuvres est celui qu’il porte à des cultures musicales lointaines. Dès 1970, avec Kemit, et surtout après un voyage d’études dans le Sud-Est asiatique en 1972, il y a souvent fait référence jusque dans des titres tels que Korwar, Naluan, Maraé, Temboctou, Guntur Madu, Chikop.
Les modèles les plus insolites dont François-Bernard Mâche s’est emparé sont certainement les sons bruts enregistrés, qui l’ont fait définir comme chef de file d’une esthétique dite « naturaliste ». Il a en effet souvent intégré des sons élémentaires ou animaux dans une écriture instrumentale, au sein de laquelle ils fusionnent. Cet effacement délibéré des frontières habituelles entre nature et culture apparaît dès 1969 dans des œuvres comme Rituel d’oubli, où les bruits sont méticuleusement transcrits et intégrés sur la partition.
Enfin, son activité d’helléniste l’a conduit à se référer fréquemment aux forces vives du mythe, particulièrement présentes dans Danaé, Andromède, Kassandra, Styx, Khnoum, l’Estuaire du temps ou Taranis. Les deux ouvrages principaux intitulés respectivement Musique, mythe, nature, (publié en 1983, 1991, 2015, traduit en anglais et en italien), et Musique au singulier (2001) illustrent et expliquent ces différentes démarches qui font de François-Bernard Mâche une figure très originale dans l’histoire musicale contemporaine.

François-Bernard Mâche est Officier de la Légion d'Honneur, Chevalier des Palmes académiques et Commandeur des Arts et Lettres.

 

 

Ses actualités

Le 

à l'Auditorium André et Liliane Bettencourtà l'Institut de France : Phénix pour percussion interprété par Emmanuel Séjournéà l'occasion du concert consacré à la succession des compositeurs occupant le Fauteuil N°5 de la section de composition musicale de l'Académie des beaux-arts.

Œuvres

Extraits audio

 

Choix de composition

Musique de chambre

Octuor op.35 (1977), Aera pour 6 percussions (1978), Phénix pour percussion solo (1982), Styx (1984) et Léthè (1985) pour 2 pianos 8 mains, Éridan pour quatuor à cordes (1986), Aliunde pour 2 instruments, voix et échantillonneur (1988), Figures pour clarinette basse et vibraphone (1989), Khnoum pour 5 percussions et échantillonneur (1990), Hiérogamie pour flûte piccolo et percussion (1993), Brûlis pour clarinette, piano et violoncelle (1999). Canopée pour sons enregistrés et 9 cordes (2003).

Musique vocale

Safous Mélè pour chœur de femmes, voix d’alto et 6 instruments (1959), Canzone IV pour 5 voix mixtes (1968), Danaé pour 12 voix solistes et percussion (1970), Trois chants sacrés (MuwatalliRasna et Maponos) pour voix de femme (1982-1990), Kengir5 chants d’amour sumériens, pour voix de femme et échantillonneur (1991), Manuel de résurrection pour voix de femme et 2 échantillonneurs, Heol dall pour 12 voix solistes et 2 pianos (2003). Chikop pour voix (maya-kiché) et 6 instruments (2004). Perseus pour soprano et 14 instruments (2007). Invocations pour 6 voix mixtes et perc. (2019).

Musique orchestrale

La peau du silence pour grand orchestre (1962-1970), Répliques pour orchestre et public muni de 800 appeaux (1969), Rambaramb pour orchestre et sons enregistrés (1972), Andromède pour grand orchestre, double chœur et 3 pianos (1979), L’estuaire du temps pour échantillonneur et grand orchestre (1993), Braises, concerto pour clavecin moderne et orchestre (1993), Planh pour orchestre à cordes (1994). Taranis pour grand orchestre, chœurs et récitant (2005). 

Oeuvres électroniques

Prélude (1959), Nuit (1971), Quatre phonographies de l'eau (Regmin, Ianassa, Proteus, Spéïô) (1980), Hypérion (1981), Tithon (1989) pour synthèse Upic. Almanach, Spicilège et Sortilèges (2019).

Oeuvres mixtes

Volumes pour 12 pistes et 11 instruments (1960), Rituel d'oubli pour 20 instruments et sons enregistrés (1969), Korwar pour clavecin moderne et sons enregistrés (1972), Rambaramb pour orchestre et sons enregistrés (1972), Naluan pour 8 instruments et sons enregistrés (1974), Kassandra pour 14 instruments et sons enregistrés (1977), Sopiana pour flûte, piano et sons enregistrés (1980), Amorgos pour 12 instruments et sons enregistrés (1979), Nocturne pour piano avec sons enregistrés ad libitum (1981), Aulodie pour hautbois ou clarinette piccolo ou saxophone soprano et sons enregistrés (1983), Uncas pour 11 instruments, sons enregistrés et dispositif de traitement du son en temps réel (1986), Moires pour quatuor à cordes et sons enregistrés (1994). Alcyone pour piano et sons de cossyphes (2016).

Spectacles musicaux

Da capo pour 6 musiciens en scène, 10 comédiens-musiciens, décor sonore et sons enregistrés créé au festival d’Avignon par l’Atelier lyrique du Rhin en 1976 ; Les mangeurs d’ombre  pour 12 voix solistes et 1 percussion, créé au Mai musical de Bordeaux par l’Atelier lyrique du Rhin en 1979 ; Temboctou pour 9 chanteurs, 7 musiciens et sons enregistrés, créé à Colmar et Avignon en 1982 ; musique pour le film d’Alain Cuny L’annonce faite à Marie d’après P.Claudel (1990).

Editeur principal Durand (Universal)

Choix d'essais

• Les mal entendus, compositeurs des années 70, (dialogues avec 15 compositeurs) Revue Musicale n°314-315, 166 p., Paris, Richard-Masse, 1978. 
• Musique, mythe, nature ou les dauphins d'Arion, 138p., Klincksieck, 1983. 2ème édition augmentée, 222p., 1991. 3ème édition Aedam musicae 220 p. avec CD, 2015. ISBN : 978291904624-9.

• Entre l'observatoire et l'atelier, volume I, 218 p. ( 33 textes écrits de 1960 à 1995 ), Paris, éditions Kimé, 1998 . ISBN : 2-84174-112-5
• Un demi-siècle de musique…et toujours contemporaine, ( 70 textes écrits de 1959 à 1999 ) Paris, L’Harmattan, 2000, 430 p. ISBN : 2-7384-8776-9
• Musique au singulier, Paris, Odile Jacob, 311 p. . ISBN : 2.7381.1028.2
• François-Bernard Mâche, de la musique, des langues et des oiseaux, entretien avec Bruno Serrou, éd. INA-Michel de Maule 280 p., 2007, ISBN : 9782876231801 
• Cent opus et leurs échos, éd. L'Harmattan, collection Perspectives musicologiques contemporaines, 2013. ISBN : 9782336000893• Le sonore et l'universel, éd. EAC, 2018, 350 p. ISBN : 9782813003027

Sélection bibliographique

• Numéro spécial François-Bernard Mâche, Musique et Culture, série 29 n°4, Strasbourg 1984.
• Numéro spécial François-Bernard Mâche, N° 22-23 des Cahiers du C.I.R.E.M., 210p., Rouen 1992.
• L'universel et l'utopique, hommage à F-B.Mâche, 11 articles, 186 p. Université de Paris-Sorbonne, éd. Zurfluh (2006), ISBN 2-84591-136-X
• Francis Bayer : Sous le signe du réel, autour de l'œuvre de F-B.Mâche, Musique présente, Revue d'Esthétique n°4, décembre 1982. Repris dans Instantanés, Millénaire III, Paris 2003, p.96-120 ISBN 2-911906-10-1.
• Bernard Thomas : Nature et musique dans l'œuvre de F-B.Mâche, mémoire de maîtrise, Université de Paris-VIII, 167p., 1986.
• Dany Genoud : F-B.Mâche : Musique et philosophie dans Kassandra, mémoire de maîtrise de l'Université de Lyon-II, 159p. , septembre 1988.

• Márta Grabócz : The Demiurge of sounds and the poeta doctus, Contemporary Music Review, special issue Music, Society and Imagination in Contemporary France, vol.8, part 1, 1993, Harwood Academic Publishers, ISBN 3-7186-5421-0
• Daniel Charles : Petite introduction à l’esthétique de F-B.Mâche, in Musiques nomades, Kimé 1998, p.172-186.
ISBN 2-84174-125-7 
• Makis Solomos : Notes sur F-B.Mâche et l'Estuaire du temps, juillet-août , paru dans Méthodes nouvelles Musiques nouvelles, Presses Universitaires de Strasbourg, 1999, p. 237-249. ISBN 2-86820-090-7
• Patrick Clette : L’influence du modèle sonore naturel dans Korwar et Éridan op.57 de François-Bernard Mâche : imitation de structure ou structuration du sensible ?, mémoire de maîtrise, Université de Nice-Sophia Antipolis, octobre 2001, 158p.
• Marie-Christine Semat-Jannot : En quoi l’utopie d’une esthétique fondée sur l’association Nature-Culture est-elle productive dans la création de François-Bernard Mâche ?, mémoire de D.E.A. en Esthétique et Pratique des Arts, Université de Nice-Sophia Antipolis, septembre 2003, 75 p.
• Vanessa Médecin : Danaé de F-B.Mâche et le mythe du langage originel, Master de l'Université Carlone à Nice, juin 2007

• (divers) : François-Bernard Mâche, le compositeur et le savant face à l'univers sonore, 418p. avec DVD, Hermann 2018. ISBN : 9782705695811

Sélection discographique

• Attacca CD Babel 9481 : StyxLéthè, (Dutch quartet)
• Erato, MFA, CD 2292-45826-2  : AliundeAulodieFiguresKemitMuwatalliRasna,     MaponosPhénix (Accroche-Note)
• Jade CD 015/12 19.34 : HypérionL’Annonce faite à MarieTithon.
• INA-GRM CD C 1018 275192 : AmorgosKassandraManuel de RésurrectionMoires                                   Sopiana (2E2M, quatuor Arditti, P-Y.Artaud, M.Joste, F.Kubler, J.Mefano, Orchestre Philharmonique de Radio-France, F.Tanada, B. de Vinogradow).
• MFA Radio-France CD 216034 : AndromèdeBraisesL’Estuaire du Temps (G.Amy, E.Chojnacka, E.Howarth, M.Levinas, Orchestre Philharmonique et chœurs de Radio-France, P.Rophé).
• Assai (MFA) CD 222192 : KengirPhénixBrûlisFiguresAulodie (Accroche Note : A.Angster, G.Johns, F.Kubler, M.Renoul, E.Séjourné)

CD "Pluie d'or" L'empreinte digitale 2019 - ED13257 : Safous Mélè, Danaé, Heol dall, Invocations (Musicatreize).